Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par leanore le Lun 20 Mai 2013 - 18:28

L'homélie suivit le credo et ce fut comme si la magie de la prière avait opéré auprès d'elle. Plus de querelle latente, chacun avait repris place.

Léanore écouta attentivement le texte et comme chacun sans doute se mit à réfléchir au sens de celui-ci. Prendre les plaisirs comme ils viennent, cela était permis par ARistote. Elle se tortilla sur son banc un peu mal à l'aise non pas parce que ce texte la gênait mais bien parce qu'elle avait l'impression de ne pas jouir de tous les plaisirs que pouvait offrir la vie. Parfois une sorte de petite voix intérieure lui chuchotait : allez...... vas-y.... fonce..... ose..... mais à chaque fois cela avortait. Elle donnait toujours une bonne raison à cela : ça ne se faisait pas, on allait se moquer d'elle, ça ne lui ressemblait pas..... Pourtant bon nombre de personnes autour d'elle avaient le même discours et beaucoup appliquaient ces préceptes.

Elle déglutit un peu et serra si fort ses mains que les jointures blanchirent.

Un léger remous à l'arrière, des têtes se retournèrent...puis la voix de Xalta qui pria les mariés à prononcer leur serment.

Léanore fut toute attentive. Ce fut Lexhor qui commença et bien malgré elle, ses yeux se brouillèrent un peu lorsque les dernières paroles furent énoncées. Elle songea à son propre mariage râté : à qui la faute ? Sans doute les deux.... mais ce qu'elle avait retenu c'est qu'au moment où elle avait eu besoin de soutien, son époux ne l'avait pas soutenue, pire même il avait insinué qu'elle avait simulé sa faiblesse passagère pour se venger.
Un sourire crispé s'afficha sur son visage. Se venger....... Elle se souvenait de ses paroles et n'avait pas compris. Le sentiment de vengeance était bien quelque chose qu'elle n'avait pas en elle. Furtivement espérant que personne ne l'ait vue, elle essuya une larme s'en voulant de ne savoir retenir ses émotions.

Elle leva les yeux qui se posèrent sur la voûte de la collégiale et murmura à l'adresse du Très Haut

Aristote, montre-moi le chemin...


Elle se sentait si souvent seule, si démunie, si ignare..... Elle aurait aimé auprès d'elle quelqu'un pour la guider et lui donner de l'assurance.

Elle attendait à présent et avec impatience la réponse de Ellesya.

leanore
Seigneur / Dame
Seigneur / Dame

Nombre de messages : 49
Date d'inscription : 26/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Ellesya le Lun 20 Mai 2013 - 20:45

Petit moment de silence qui tomba à pic pour terminer les réflexions de chacun, positive ou négative sur le sermon du Cardinal.
Et enfin Xalta prit la suite. Ils n'avaient réellement discuté que du début de la cérémonie qui ressemblait bien à d'autres offices. Mais maintenant, c'était leur moment, celui de l'engagement face à Dieu et à la Société. Ellesya ne savait pas exactement comment se déroulerait la suite et c'était mieux ainsi. De toute manière, ce mariage avait été organisé avec une certaine légèreté par les deux promis, pressés.

Elle n'eut pas besoin de joindre sa main à celle de son presque ex-fiancé car, plus vif qu'elle, il avait déjà saisi cette main qu'il avait tant convoité. L'orléanaise les scella d'azur symbole de tant de valeurs précieuses dans un couple comme la persévérance, la loyauté notamment.
La Duchesse d'Amboise sourit légèrement à la taquinerie adressée à Lexhor. Depuis qu'ils étaient ensemble, il en prenait pour son grade à ce sujet. Et même si il aurait pu être aussi bien son père que simplement son frère, c'était un compagnon de vie qu'elle voyait en lui.
Quant au « Vous n'êtes point parents », elle faillit corriger, surprise, que si elle n'avait pas d'enfant, Lexhor bien. Son regard chercha celui de Lex qui n'eut qu'à lui préciser dans un souffle qu'elle se trompait, que Xalta disaient qu'ils n'étaient pas du même sang tout simplement. Elle s'empourpra un peu devant sa bête incompréhension et eut une fugace pensée pour Anthoyne.

Maintenant face à Lexhor, elle sut qu'elle n'avait pas besoin de l'encourager pour qu'il s'exprime. Il aimait déjà cela à la base. Alors sur ce thème...
Ils se regardaient intensément et il parla donc.

La future épouse accueillit les propos émis publiquement avec une légère gêne due justement au manque d'intimité mais également avec fierté d'être aimée de cet homme.

Oui, tout s'était joué au Tournel. C'était aussi pour cela qu'Ellesya avait écrit à Actarius pour lui demander qu'il lui fasse l'honneur de la conduire devant l'autel. Si elle avait su que c'était Lui, sous la tente-taverne, elle aurait tourné les talons tellement leur précédente rencontre était restée gravée comme un moment incommode. Mais elle l'avait vu pour la première fois lors d'un autre tournoi, en fait. Il était bien entouré et elle s'était rendue compte de sa solitude de l'époque. C'était ce jour-là aussi qu'elle avait fait la connaissance d'Actarius. Et à ce tournoi qu'elle avait commencé à tisser des liens réels avec Guillaume si sa mémoire était bonne. Un tournant donc, à plus d'un égard.
La vraie rencontre, au Tournel, avec Lexhor autour d'un verre de vin avait été un véritable plaisir qui avait éclipsé le souvenir d'Auxerre. Mais leurs sentiments ne s'étaient pas développés de la même manière. Elle avait d'autres projets, d'autres courtisans et même d'autres désirs jamais avoués. Il avait du vaincre ses défenses, gagner sa confiance et la conquérir.
Pour lui, oui, tout avait été évident. Pour elle, cela s'était fait progressivement mais elle n'avait aucun doute en ce jour, pas la moindre envie de tourner bride. D'ailleurs ni Carnage ni Souris n'étaient tenus prêt près d'un accès de la collégiale. Lu avait seulement été chargé de Glace, pour se débarrasser des éventuels mauvais esprits.

Quant il parla de son enfance, un moue presque indiscernable anima ses traits. Oui, son géniteur avait blessé profondément l'esprit de son ainée, mais elle ne fut pas Cosette non plus. Restait à espérer que Miguaël ne tente pas non plus de faire pleurer l'assistance. Elle ne tenait pas vraiment à ce que ses faiblesses nées surtout des nombreux deuils qu'elle avait du gérer dès sa sortie de l'enfance ne soient étalées devant tous, amis ou non.
Heureusement, la fin du discours de Lexhor balaya ces pensées. Oui, il lui offrait ce qu'elle avait ardemment désiré. Un Duc d'Amboise à ses côtés. Attentif et présent. Fiable.

Elle sourit et prit la parole à son tour alors que sa main serrait plus étroitement la Sienne.


Loin de la fougue et de la certitude, tu m'es apparu dans tes premières lettres, sinon je t'aurais plus ou moins aimablement repoussé. Plus d'une fois, l'on m'a prédit la solitude jusqu'à la fin de mes jours.
D'autres avenirs se dessinaient devant moi jusqu'à ce qu'un jour je découvre que tu avais pris toute la place dans mon horizon, m'offrant bien plus que je n'espérais jamais avoir auprès d'un homme.

Sur cette terre, nous avons pour de bon lier nos destins, malgré nos imperfections, nos passés et nos aspirations futures. Qu'Amboise accueille mes promesses envers Toi, devant les témoins ici présents.

Nous avons appris d'emblée à nous faire confiance, à nous respecter, à préserver la paix et l'amitié en plus de nourrir l'Amour qui nous a été insufflé l'un envers l'autre. Je m'engage en ce jour à persévérer en cette voie. A tout faire pour te rendre heureux et que jamais la certitude d'être aimé ne te quitte.

Je chérirai la descendance qui nous sera accordée et offre de même mon affection et ma bienveillance à tes enfants ici présents.

Nous avons également des routes propres qui nous mèneront à nous séparer pour accomplir nos devoirs, à respecter d'autres serments que celui de ce jour sans toutefois jamais le rompre. Mes prières t'accompagneront sans défaut pour que tu sois préservé et que nous puissions fêter comme il se doit nos retrouvailles.

Il m'a été donné de te rencontrer et de t'aimer. A toi, d'entamer une nouvelle page après en avoir tourné d'autres. Puisse l'histoire être belle.


Elle n'avait pas préparé ses voeux. Peut-être aurait-elle du. Pour ne rien oublier mais aussi rationaliser plutôt que d'imposer ce discours à leurs amis et connaissances. Mais voilà, n'était-ce pas leur union à eux ?
Les allergiques aux bons sentiments n'avaient qu'à prendre leur antihistaminique ou éviter le lieu !


Dernière édition par Ellesya le Jeu 23 Mai 2013 - 12:13, édité 2 fois
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 11048
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Jehanne Elissa le Lun 20 Mai 2013 - 22:51

Elle était là, presque depuis le début. Dût-il se retourner, son fiancé la verrait, ou du moins devinerait-il, sous son chaperon perlé, les mèches incandescentes et folles de la goupile. Elle n'avait pas poussé l'audace jusqu'à aller aux premiers rangs, après que la plupart des invités fussent entrés. Elle savait qu'elle aurait eu des arguments pour justifier une telle impolitesse — tout le monde n'est pas belle-soeur en devenir de la mariée — , mais non, vraiment... Ce n'était pas son genre.
Elle pria, elle écouta l'homélie, elle suivit du regard le contour du profil de Miguaël, entre les têtes, lorsque c'était possible.
Et lorsque ce n'était pas possible, elle baissait les yeux sur ses mains et faisait tourner autour de son doigt sa bague de fiançailles à l'éclat éternel. Un jour... Bientôt... Son tour...
avatar
Jehanne Elissa
Vicomte(sse)
Vicomte(sse)

Nombre de messages : 41
Duché/Comté : Bourgogne
Date d'inscription : 10/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Aaron le Mar 21 Mai 2013 - 21:52

Le cardial remercia l’assemblé pour son attention d’un signe de la tête, puis descendit de chaire. Il était important que le fidèle mûrisse ces paroles, qu’il les fasse siennes et comprenne le véritable sens des sacrements, aujourd’hui où l’heure est à la mode du « sacerdoce universel ». Après cette courte pause, la diaconesse de Montargis reprit le cours de l’office, entourant les mains des mariés dans une étole en signe du lien étroit qui allait maintenait les lier. Ils témoignèrent alors chacun de leur amour et de leur sincère engagement. Le cardinal sourit devant ce spectacle tout en simplicité et en sincérité… Il se leva alors et on lui apporta les alliances avant que les mariés ne prononcent leurs vœux.

Lexhor, Ellesya, voici les alliances qui vont devenir le signe de votre amour, de votre nouvelle vie à deux. Un anneau, symbole d’union, cercle parfait et infini, sans début ni fin, témoin du bonheur que vous partagez et partagerez encore dans les années futures. Un anneau semblable pour l’un et pour l’autre, un anneau qui vous lie et liera votre destin jusqu’à la mort. Rappelez-vous cette matinée où vous vous serez dit oui, en regardant cette bague, les jours où le Très-Haut semblera vous avoir mis à l’épreuve dans votre couple. Rappelez-vous que comme cette anneau, la vie est un cycle, avec des haut et des bas, mais où l’amour triomphe toujours, si ce n’est ici-bas, du moins aux cieux.

Au nom du Tout-Puissant et par les pouvoirs sacerdotaux et épiscopaux qui m’ont été conféré, je bénis ces alliances, signe de votre amour…


D'un signe de la main, brassant l'air au-dessus du petit coussin où était posé les alliances, le cardinal fit un signe de croix, ferma les yeux, pria intérieurement...

_________________
avatar
Aaron
Parrain de la Walkyrie
Parrain de la Walkyrie

Nombre de messages : 115
Duché/Comté : Champagne - Rome
Signe(s) distinctif(s) : Très élégant
Humeur : Concensuelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Perrinne le Jeu 23 Mai 2013 - 10:00

Vinrent la confession et le credo avec une impression de "dejà vu" latente. Normale aussi puisque deux jours plus tot, elle prononçait les mêmes mots à une légère variation près.
Y avait il vraiment motif à confession en deux jours ? Cette question l'occupa un long moment tandis que ses lèvres prononçaient machinalement les paroles rituelles. Voyons voyons... bah non, ils avaient remplis leurs devoirs de jeunes époux pour lesquels ils avaient reçu bénédiction d'ailleurs... Mais bon, par précaution, mieux valait une nouvelle contrition, juste au cas où...

Suivirent les homélies... Si le texte choisit lui évoqua certaines réflexions personnelles, les interprétations des prélats la laissèrent perplexe. Retrouvant dans les paroles du cardinal nombre de points d'intransigeance que malheureusement, elle ne pouvait soutenir. Ayant été élevée par un cardinal préférant la tolérance et la souplesse à la pruderie et l'intransigeance, soient donc une branche opposée à celle de l’Éminence en terme de pratique et de profession au sein de l’Église de Rome, elle comprenait mieux maintenant certaines raisons des tensions internes existant là bas comme partout ailleurs au final. Même les hommes de foi n'étaient pas épargnés par ces divergences... Dommage.
De nombreuses discussions à l'hérauderie - quand il daignait s'y montrer - elle avait eu l'occasion de se faire une opinion quant à cet homme. Homme qu'elle respectait, à défaut d'approuver aveuglement tous ses dires. Elle écouta donc, ne conservant de son discours que ce qui n'était pas teinté d'humeur et d'opinion. Hochant la tête à la fin de l'homélie et restant tout autant silencieuse par la suite.

Haussant un sourcil face à l'ordre choisit ici pour effectuer le sacrement, elle retint un léger souvenir face à l'impatience de ses propres témoins et des précautions prises par l'officiante pour que nul ne puisse se dédire de ses engagements. Ce furent donc les voeux.... Voeux qu'elle écouta attentivement, tandis que sa main se resserrait sur celle de son époux. Ravivant les souvenirs.

Voeux personnels, intimes presque, dévoilant aussi bien pour Sya que pour Lexhor des facettes méconnues d'elle. Facettes intéressante, fragiles même, touchantes et attendrissantes. Et même si elle virait à la fleur bleue depuis quelques jours, cela n’empêchait pas d'apprécier les mots vrais qui sortaient des lèvres des deux promis. Et de découvrir que pour eux également, les joutes du Tournel avaient été un élément déclencheur...

Son regard se fit plus rêveur, un sourire doux et chaleureux sur les lèvres, tandis que ses pensées repartirent dans leur vagabondages...
avatar
Perrinne
Marquis(e)
Marquis(e)

Nombre de messages : 31
Duché/Comté : Normandie
Date d'inscription : 26/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Yolanda Isabel le Jeu 23 Mai 2013 - 12:04

Depuis l'arrivée d'Aimbaud et Clémence, elle s'était faite toute petite, et puis dire que Yolanda ne croit pas en leur dieu, ne croit pas en leurs préceptes, en cette messe-carade serait un euphémisme, toutefois, s'il est un élément que la Lune d'Anjou ne peut renier, c'est bien l'Amour. Et c'est l'amour qui transparaît dans leurs mots, dans les regards qui lui échappent puisqu'elle est loin, mais qui ne font aucun doute pour ceux du premier rang. Et parce que c'est l'amour, elle se redresse un peu, et sa main se resserre sur celle de Clotaire, mais pas avec angoisse, avec tendresse, cela semble capital, et alors que les mots de Lexhor résonnent, le regard se pose sur une chevelure connue, une chevelure flamboyante. Jehanne Elissa aime. L'azur solitaire glisse sur les bancs pour reconnaître d'autres têtes connues, un bébé aussi, et le cœur se gonfle, oui, ils aiment tous, et si elle ne croit pas en leur dieu, du moins croit-elle comme eux à l'Amour. Et c'est l'amour qui les rend fous, qui les rend heureux ou malheureux, c'est l'amour qui transfigure Ellesya alors qu'elle prend la parole aussi.

C'est beau, c'est grand, c'est fort. L'écho ne déforme aucun des mots, il les amplifie, les rend à leur place de simples mots pour laisser la place aux émotions qui les portent. Ellesya va être mariée et heureuse parce qu'elle le mérite, et Lexhor parce qu'il l'a voulu. Alors une larme perle, mais c'est de la joie, c'est de l'émotion, c'est..


- « C'est si beau.. »

Cela aurait été la Yolanda d'avant qu'elle aurait certainement agité un mouchoir en criant des hourras pour la mariée qui ne l'est pas encore puisqu'Aaron n'a pas dit les mots les plus importants, mais on s'en fout ! Hourra !
avatar
Yolanda Isabel
Seigneur / Dame
Seigneur / Dame

Nombre de messages : 10
Duché/Comté : Exilée
Signe(s) distinctif(s) : Un oeil en moins.
Humeur : Changeante.
Date d'inscription : 26/04/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Hans le Jeu 23 Mai 2013 - 20:06

Depuis un bon moment, le germain suit distraitement le déroulement de la cérémonie. Très distraitement. Même s'il ne s'agite pas, et ne s'est pas non plus endormi. Tant mieux dans un sens, car après le brillant éclatant d'entrée de jeu, le côté un poil mielleux aurait pu l'achever.

Enfin cette cérémonie est sans doute semblable à toutes les autres, d'un grand classicisme dans son déroulement. Mais par l'intérêt qu'a suscité cet évènement, en témoigne la liste des personnes présentes, et puisque les deux principaux concernés paraissent réellement heureux de s'unir, on peut dire sans se tromper que jusqu'ici ce mariage est une réussite.

Le seul problème c'est que comme à chaque fois, ça traine un tantinet...


C'est si long...

_________________
Maître d'Armes et Sénéchal d'Amboise
avatar
Hans

Nombre de messages : 431
Duché/Comté : Touraine
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 23/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par xalta le Jeu 23 Mai 2013 - 22:02

On entend déjà des soupirs. Certains doivent s'impatienter. Surement. Comme à chaque cérémonie. Pourtant la messe va bon train: prières, lecture, homélie, rite du ruban, bénédiction des anneaux. Elle a écouté les vœux que chacun a prononcé. La seule remarque qui lui soit venue en tête est qu'elle ne pourrait jamais parler autant en public. Les sentiments et leur expression verbale est une chose qu'elle ne maîtrise pas et elle doute qu'elle sache un jour. Des vœux émouvants et pour une fois pas trop mielleux. Elle a esquissé un sourire en voyant le jeune Arthur, plus si jeune _c'est fou ce qu'il grandit! _ apporter les alliances aux quasi mariés.

Elle se rapproche de nouveau d'Ellesya et Lexhor, elle dénoue le ruban qui les lie, puis elle pose ledit ruban sur l'autel.

Bien, maintenant que vous nous avez fait part de votre amour devant nous tous. Je me dois de vous demander une chose.

Ellesya, Lexhor
Le mariage suppose que les deux époux s'engagent l'un vers l'autre librement et sans contrainte, qu'ils se promettent amour mutuel et respect pour toute la vie, qu'ils accueillent les enfants que le Très-Haut leur donne, et les éduquent selon les écrits d'Aristote et la pensée de Christos. Est-ce bien ainsi que vous voulez vivre dans le mariage ?


Elle attend la réponse qui ne fait aucun doute. Un sourire à chacun puis elle enchaine.

Lexhor, prends cette alliance , symbole visible de tous de votre engagement mutuel, et glisse la au doigt de ta promise en disant simplement ces quelques mots.

Moi Lexhor, je te prends pour épouse Ellesya


Chose faite. Elle se tourne vers la Tourangelle, un autre sourire.

A vous, prenez cette alliance, glissez la à l'annulaire de Lexhor et prononcez ces mots.

Moi Ellesya, je te prends Lexhor comme époux.


Elle regarde les deux anneaux, puis les deux visages radieux des deux époux. Puis elle se tourne vers Aaron.

Eminence, vous joignez vous à moi. Que d'un seul choeur nous prononcions la phrase finale.
Mais avant que nous leur accordions le droit de s'embrasser


Un sourire amusé étire ses lèvres.

j'aimerai comme convenu avec vous, poser une question aux témoins.


Dernière édition par xalta le Jeu 23 Mai 2013 - 22:38, édité 1 fois
avatar
xalta
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 85
Duché/Comté : Orléans
Signe(s) distinctif(s) : Toujours gantée
Date d'inscription : 29/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Lexhor le Jeu 23 Mai 2013 - 22:33

La bénédiction des anneaux était un moment qu'appréciait Lexhor. Les mots prononcés lui faisaient sens et il ne pouvait s'empêcher de hocher la tête d'approbation. Bien qu'il n'ait déjà d'yeux que pour la brune qui se tenait très de lui, lorsqu'il aurait cet anneau à son doigt il lui appartiendrait officiellement, devant Dieu. Il sourit à cette pensée puis inclina la tête pour remercier Aaron avant de tourner la tête vers Xalta.
Il l'écouta également, le rythme de son coeur s'accéléra légèrement car il savait maintenant que le moment tant attendu était venu, cette fois. Avec une voix assurée et un grand sourire aux lèvres il répondit distinctement.


Oui, c'est ainsi que je veux vivre dans le mariage, auprès d'Ellesya.

Puis, une fois le verdict prononcé il prit la bague destinée à Ellesya sur le coussin que portait Arthur, non sans adresser un large sourire à son fils.

Moi Lexhor, je te prends pour épouse Ellesya.

Puis il glissa la bague à l'annulaire de celle qu'il aimait. Il retient un nouveau geste de la main qui voulait caresser de son revers la joue de la duchesse d'Amboise. Plus tard...
avatar
Lexhor
Pair & Prince
Pair & Prince

Nombre de messages : 446
Duché/Comté : Duché d'Orléans
Date d'inscription : 23/01/2013

http://amahir.jdrforum.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Ellesya le Jeu 23 Mai 2013 - 23:01

Ellesya remercia Arthur d'un regard pétillant d'une joie sans fard, sans savoir si il le remarquerait. Puis son Parrain bénit les anneaux, rendant ceux-ci uniques à ses yeux par rapport à tout autre. En guise de réponse à ses propos, elle hocha légèrement de son chef couronné pour une dernière fois uniquement de fleurons. Ses paroles ne purent que trouver un écho en la jeune femme qui aimaient les symboles.

Exaltation reprit la parole. Cette fois, pour le moment qu'ils avaient attendus avec une patience toute feinte. Pour autant qu'ils aient fait illusion...
Le ruban quitta leurs mains jointes. En le voyant posé sur l'autel, la jeune femme se dit qu'elle demanderait à l'officiante pour pouvoir le récupérer et le garder. Elle avait déjà une idée de ce qu'elle en ferait plus tard...

A la première question qu'elle leur posa sur leur engagement libre et l'éducation qu'ils donneront à leur descendance, elle répondit plus laconiquement que son aimé :


Oui.

Toutes les réponses étaient évidentes mais il fallait les proclamer devant témoins et plus dans le secret d'une alcôve.
L'affirmation de Lexhor suivit alors qu'il lui passait l'alliance au doigt. Elle le regardait dans les yeux sans guère ciller, un sourire plissant légèrement les bords de ses paupières ourlées d'ébène..
Ce fut ensuite son tour.

Elle prit l'anneau restant, un peu plus large que celui qu'elle avait reçu et le glissa à l'annulaire de la senestre, sur la veine du coeur, de l'amour, rejoignant d'après les médecins grecs directement le coeur.
Sa voix s'éleva, claire et animée d'une allégresse contenue.


Moi, Ellesya, je te prends, Lexhor, pour époux.

Avant de reporter son attention vers les officiants, la jeune épouse sourit à son Prince, l'air de dire : « Voilà, c'est fait... On y est ! ».

Enfin, elle répondit la diaconesse sans perdre son sourire.


Je vous en prie.
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 11048
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par xalta le Ven 24 Mai 2013 - 18:13

Elle se place aux côtés du prélat, elle lui adresse un sourire accompagné d'un hochement de tête, et dans un bel ensemble.

Nous vous déclarons mari et femme.

Même si vous en mourez d'envie, il va vous falloir attendre encore quelques minutes avant de vous donner ce baiser qui scellera devant nous tous cette union librement consentie.


Elle se tourne vers les témoins, un regard sur les quatre. Une inspiration, une, parce que là, interdiction de se tromper dans les noms ou les titres, ce n'est pas le moment de vexer qui que ce soit.

Ingeburge von Ahlefeldt-Oldenbourg, Pair et Roi d'Armes de France, duchesse impériale de Namur, marquise de Dourdan et de La Roche, duchesse d'Auxerre, vicomtesse de Durbuy, baronne de Donzy, chevalier d'Isenduil

Miguaël Enguerrand de la Louveterie-Montfort

Keridil d'Amahir-Euphor, Pair de France, Duc de Chartres, Vicomte de Montpipeau, Baron de Seignelay, Seigneur de Bréméan et de Railly

Bourguignon de Sorel, Pair de France, Duc de Beaugency, Vicomte de Fronsac, Baron de Chambord et de Chécy.


Expire puis reprend

vous êtes témoins de ce mariage, par votre présence vous montrez à vos amis et proches que vous êtes à leur côté.

Vous engagez vous à le rester ? A partager avec eux les bons moments de leur vie ? Mais aussi à les soutenir dans les mauvais moments ?


Et d'ajouter.

Si vous avez quelques mots concernant nos héros du jour, je vous en prie.
avatar
xalta
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 85
Duché/Comté : Orléans
Signe(s) distinctif(s) : Toujours gantée
Date d'inscription : 29/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Guillaume_de_Jeneffe le Ven 24 Mai 2013 - 19:09

Si la lassitude du Germain n’avait pas étreint l’humeur du Flamand c’est que ce dernier s’était fait une spécialité, à son corps défendant, des cérémonies interminables. Hommages en Flandre et au roy, remise du collier du lys, intronisation des Grands Officiers ou des Hérauts de France, j’en passe et des moins agréables. Il n’y avait guère que les intronisations à Ryes qui trouvaient toujours grâce à ses yeux. Guillaume s’était donc tissé, avec le temps, un manteau d’indifférence, subtilement cachée sous un visage affichant l’intérêt et l’empathie, qu’il revêtait dès qu’il commençait à sentir poindre l’ennui. Et, soyons honnête, il l’avait porté quelque fois aujourd’hui.

Toutefois, soyons honnêtes, la mièvrerie des propos échangés ne l’avait guère ennuyé, conscient qu’il était de sa capacité personnelle à se laisser aller à ces sentiments. Ainsi donc, il sourit, même. Comme quoi, ce n’est pas parce que la situation ne le ravissait pas totalement – chimères de vieux fou bonsoir – qu’il allait être incapable de faire preuve d’amitié aristotélicienne.

Et, alors que la diacre déclarait la duchesse d’Amboise princesse de Montlhéry et le prince de Montlhéry duc d’Amboise, il glissa à son quarteron de compagnons :
« C’est surtout fi… » avant de s’interrompre ! Quoi ? On rallongeait la sauce ? Et, pire, on l’interrompait ? Monde de m…, bis repetita !
avatar
Guillaume_de_Jeneffe
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 71
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par xalta le Ven 24 Mai 2013 - 19:26

L'avantage ou le désavantage, tout dépend où l'on se situe, dans une petit espace c'est que l'on a vu sur tout, particulièrement quand on est l'officiant. Le moindre mouvement attire l'oeil et l'on dirait bien que cela s'agite en fond. D'ailleurs, quand on veut passer inaperçu, il vaut mieux se placer dans le premier ou le second rang - et ça c'est l'expérience de la narratrice qui s'exprime_ qu'au dernier car l'on porte bien plus volontiers le regard vers le fond que vers l'avant.

Elle esquisse un sourire. Après tout lorsqu'elle n'est pas officiante, elle est la première à trouver le temps long. Alors elle compatit. Il y a même une époque où elle fuyait ce genre de cérémonie. Sauf qu'avec le temps cela devient difficile, car soit elle officie, soit elle est témoin, soit elle est une amie proche et un mariage sans elle : "inconcevable" lui avait dit récemment une amie. Il y a peu on lui avait même demandé quand elle songerait à se remarier. Elle avait feinté avec une excuse mille fois servie: "quand je trouverais un homme capable de me supporter".

Retour à la réalité, quel témoin oserait prendre en premier la parole. Et pis ensuite elle passerait à la surprise qu'elle réserve à Lexhor de quoi faire encore soupirer ou alors sourire.
avatar
xalta
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 85
Duché/Comté : Orléans
Signe(s) distinctif(s) : Toujours gantée
Date d'inscription : 29/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Miguaël Enguerrand le Sam 25 Mai 2013 - 12:05

Ils s'étaient promis monts et merveilles, amour et fidélité, c'était beau, c'était une belle journée. A présent, l'officiante, la fameuse diaconesse qu'il avait rencontrée à Orléans, le jour même où il avait rencontré Lexhor d'ailleurs, demandait aux témoins de s'exprimer et avait cité son nom.
Miguaël tendit le cou, à gauche, à droite. Aucun des témoins ne prenait la parole, alors le jeune homme se leva, honneur au plus jeune, tiens. Les femmes et les enfants d'abord ! Peut-être même ouvrirait-il la voie après avoir ouvert sa voix.

Debout, on n'est pas assis et assis, on n'est pas debout. Mais au moins, debout face au public réuni dans les travées de la basilique, on discerne les présents et on compte les absents. Lui ne comptait pas, il discernait une chevelure rousse, des yeux verts et des traits fins, que demander de plus ? Elle n'était pas *trop* en retard et le cirque des joutes d'Amboise pourrait être évité. Il ne retint pas un sourire qui aurait percé même contre la meilleure volonté du monde, elle l'inspirait et lui donnait du courage.

Avant de finalement prendre la parole, le sans-terre de la Louveterie appuya son regard successivement sur les deux mariés.


Ellesya, Lexhor, je m'engage à rester à vos côtés au cours de votre vie dès lors que ma présence vous sera nécessaire.

Mais avant de laisser la parole à mes comparses les témoins de votre mariage, je souhaiterais dire quelques mots.
Je ne peux avant toute chose que vous féliciter pour avoir officialisé devant le Très-Haut et les Hommes ce lien qui vous unit.

Ellesya, je suis fier et heureux que tu aies trouvé ta voie et l'homme qui saura te rendre, toi aussi, fière et heureuse. J'ai toujours été convaincu que tu méritais un beau mariage, toi plus que nous autres, tu as porté notre famille et tu continueras à la porter car tu es la seule qui puisse le faire si bien.
Je ne sais que te dire de plus que d'agrandir encore notre famille bien trop décimée par les deuils et les absences.
Nos parents auraient été fiers de toi, et je suis certain qu'ils le sont du Soleil d'où ils nous observent.

Lexhor, nous vous confions le bonheur de notre sœur. Les rencontres fortuites de la vie ont cette qualité qu'elles peuvent tisser des liens plus forts encore que l'on eut pu les penser. Je me souviens de ce jour où vous m'aviez demandé des nouvelles de ma sœur, je ne regrette pas ce que je vous aie alors dit.
Vous avez la lourde charge de devenir Duc d'Amboise et de succéder ainsi à notre père, je ne doute pas que vous saurez en être digne. Vous intégrez aussi par ce fait notre famille officiellement, soyez le bienvenu, nous vous attendions.

Je suis convaincu que deux âmes qui s'aiment sont faites pour se rencontrer par la volonté du Très-Haut.


C'est alors que Miguaël tourna la tête vers les bancs avec grâce -au moins tout ça-, ses yeux se fixèrent au même endroit qu'avant son discours, quelques secondes. Qui pouvait savoir ce qu'il faisait ainsi ?
Son regard revint vers l'autel et les mariés.


Soyez heureux, vous le méritez. Je suis très fier de vous.

Voilà, Miguaël n'avait pas fait trop long. Il n'avait pas non plus fait pleurer l'auditoire comme s'en inquiétait sa sœur.
Il était grand temps de laisser la parole aux autres témoins, qui de sa Marrain ou des témoins du marié s'exprimerait ensuite ?
avatar
Miguaël Enguerrand
Comte palatin
Comte palatin

Nombre de messages : 226
Duché/Comté : Amboise
Signe(s) distinctif(s) : Cheveux auburn et yeux vert émeraude
Humeur : Adorable et joyeuse
Date d'inscription : 07/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Ingeburge le Sam 25 Mai 2013 - 13:55

Un mariage d'amour était un événement heureux. Quand cela concernait les autres, bien sûr. Mais point question d'elle ici, non. Il s'agissait de Lexhor qui avait semblé comblé par l'attention qu'elle avait eu pour lui, encore qu'elle se figurait bien plus volontiers qu'il l'était par la nouvelle qu'elle venait de lui communiquer, à savoir que sa fiancée arrivait incessamment sous peu. Enfin, il était heureux et cela se voyait et sa promise le verrait. Il s'agissait aussi de cette dernière, d'Ellesya, sa filleule, celle qu'elle avait quittée quelques minutes plus tôt au terme des moments complices qu'elles avaient toutes deux partagés au cours des dernières quarante-huit heures, celle qui entrait dans une nouvelle étape de sa vie. Et, ce que notait la marquise de Dourdan alors qu'une effervescence palpable parcourait les travées, annonciatrice de l'entrée de celle qui était attendue par tous et en particulier par son futur époux, c'était que ce mariage qui était la voie à la construction d'une nouvelle famille et qui aurait pu distendre les liens à nouveau tissés avec effort les avait considérablement rapprochées. Alors qu'une rayonnante duchesse d'Amboise remontait la nef au bras du comte du Tournel, elle savait que les noces de Sya n'anéantiraient pas ce renouveau, bien au contraire. Et pas parce que Lexhor était le père de Keridil qui était le cousin d'Actarius qui était son propre fiancé et qui était le parrain de Jehanne Elissa qui était promise à Miguaël qui était son propre filleul comme l'était Ellesya qui était aussi la sœur de ce dernier. Non. Les relations étroites du microcosme dans lequel ils évoluaient tous y étaient étrangères. C'était quelque chose de fort et d'une autre nature et ce quelque chose ressortirait consolidé de cette cérémonie. Oui, un mariage d'amour était un événement heureux, surtout qu'il concernait Ellesya qu'elle aimait tant et Lexhor qu'elle appréciait beaucoup plus qu'elle ne le laissait transparaître. D'ailleurs, ce dernier n'avait-il pas obtenu la preuve ultime de l'estime qu'elle avait pour lui?

Assise au premier rang, elle mesurait aussi que si ce mariage était un événement heureux, il la contraignait aussi à gérer des aspects bien plus problématiques. Si elle n'avait pratiquement rien su de l'organisation concrète de la cérémonie, l'invitation du prince de Montlhéry à gagner le coin des proches de la mariée lui avait brutalement fait prendre conscience qu'elle se retrouverait installée aux côtés du Louveteau comme elle avait constaté avec horreur que le comte du Tournel serait l'autre pièce de l'étau dans lequel elle serait enserrée tout le temps de la messe nuptiale. Position inconfortable s'il en était. Comme on l'a vu, la duchesse impériale de Namur se doutait, même si elle ne pouvait en saisir l'ampleur, de l'irritation de son fiancé. Des gens au caractère moins trempé et entier que le Phœnix auraient été plus que vexés par son comportement et elle attendait, sur des charbons ardents mais non sans être mue par la volonté de rendre coup pour coup, de savoir à quelle sauce elle allait être mangée. Et elle était d'autant plus fébrile que la brève rencontre survenue dans les corridors du logis ducal ambacien lui avait servi un Euphor trop calme et souriant pour l'être vraiment. De l'autre côté se trouvait donc Miguaël Enguerrand et là encore, elle ne savait avec celui à quoi s'en tenir. Il y avait quelques jours maintenant qu'elle avait promulgué l'édit entérinant une destitution courue d'avance au regard des coutumes et des lois et elle était celle qui symboliquement – elle n'était au final que la dernière actrice du drame mais le retiendrait-on? – avait conduit à ce que son filleul n'eût plus que de noblesse que celle que lui conférait son sang. En outre, si ce n'était pas suffisant, cet acte l'avait mis dans l'impossibilité de convoler avec celle qu'il avait choisie et qui était elle aussi bien de lignage noble que de noblesse terrienne. Alors, elle évitait et éviterait soigneusement de croiser le regard de l'un et de l'autre et la récitation des prières rituelles vint fort à propos pour lui permettre de mener son dessein à bien, elle se glissa à genoux et ferma les yeux, bien fort.

Maintenant revenue à sa place d'enfer, elle se focalisait sur les échanges d'un quatuor formé du couple des fiancés et de la paire d'officiants. La cérémonie se déroulait sans accroc et avec une diligente et élégante fluidité, glissant de la lecture du dogme à l'homélie, du rappel de la validité du mariage qui se tenait au prononcé des vœux, de la bénédiction des alliances à l'échange des consentements, du passage des anneaux à l'appel aux témoins. D'aucuns se faisaient un devoir de bouder les cérémonies quelles qu'elles fussent, de les trouver invariablement longues, de les juger toujours répétitives, mais Ingeburge qui en avait pourtant certainement bouffé plus que la plupart entre son rôle d'officiante, celui de Grand Maître des Cérémonies de France et celui d'officier héraldique en concevait toujours le même intérêt, la même attention et le même respect. Oh bien sûr, parfois, elle s'embêtait quelque peu mais ce n'était pas chez elle une posture a priori, de principe, elle tâchait d'aborder chaque événement, d'autant plus s'il était un sacrement, sans aucun préjugé. La cérémonie était belle, les fiancés étaient beaux, ceux-ci conduisaient leur affaire comme ils l'entendaient et ils avaient bien raison. Et puisqu'en ce jour c'était sa filleule qui se mariait, elle était toutes esgourdes et prunelles ouvertes. L'homélie. Si elle ne savait ce qu'en penseraient les fiancés, elle, n'apprécia pas. Après la leçon de morale larvée de l'évêque de Nevers lors de la consécration de l'église castrale de Dourdan, ce genre de posture moralisatrice qui tenait plus de la diatribe politique que de l'exégèse d'un texte sacré lui paraissait tout à fait inopportune et avait du mal à passer. Combien de temps encore leur reprocherait-on à eux serviteurs de la Couronne de France des choix qui n'étaient pas les leurs? Et une célébration nuptiale destinée à unir deux personnes honnêtes et pieuses était-elle destinée à être la tribune de pareil sermon? Il lui faudrait peut-être éviter de croiser Aaron au cours du repas et cette journée s'annoncerait encore plus comme celle de tous les hommes comptant dans sa vie avec lesquels elle devrait éviter de se quereller. Les vœux. La furtive évocation des joutes du Tournel la rendit songeuse et elle ne s'occupa pas de lui qui les avait organisées, non, elle se focalisa à nouveau sur le prince Montlhéry, comme précédemment, ayant à nouveau à l'esprit la preuve de l'estime. Elle ne s'occupa guère du reste des discours, étant peu à l'aise avec ces manifestations orales qui semblaient être devenues un passage obligé.

Et en parlant de discours, voilà maintenant que c'était à elle, avec trois autres, de se mettre un peu en lumière et de parler. Hum. À l'appel de ses nom et qualités Ingeburge se leva et déposa son Livre des Vertus sur son siège. Puis, elle suivit le Louveteau qui était son pendant dans le duo des témoins de la mariée. Miguaël ouvrit le feu et se lança dans un de ces monologues dont il avait le secret. Fort bien, il parlerait pour deux même si elle n'aurait jamais prononcé de telles paroles, il parlerait pour eux deux car ceux qui la connaissaient suffisamment bien ne s'étonneraient pas du caractère lacunaire de son intervention. Une fois que son fillot se fût de lui-même réduit au silence, elle déclara :

— Moi, Ingeborg, fille de Magnus, m'engage à demeurer présente aux côtés de ma filleule et de son époux, et ce, en toutes circonstances.
Ce qu'elle se garda bien de dire, c'est qu'elle prendrait toujours fait et cause pour Sya si et seulement si celle-ci le lui demandait car les nouveaux prince et princesse de Montlhéry en étaient déjà édifiés sans qu'elle eût besoin de l'indiquer. Et ce qu'elle garda aussi par-devers elle, c'étaient les mots qui auraient plu compléter son témoignage car qu'elle n'était définitivement pas portée sur les démonstrations en public, sans compter que les journées vécues avec la duchesse d'Amboise et le présent remis à celui qui était désormais son mari avaient déjà parlé pour elle. Il n'était donc point besoin de s'étendre, ce qui lui allait fort bien. Aussi ajouta-t-elle un peu plus fraîchement, sa sensibilité quelque peu éprouvée :
— Le reste ne regarde que ma filleule, son époux et moi.
Ça, on ne la forcerait pas à aller contre sa nature.

Ses prunelles quittèrent alors le couple pour la paire formée par les ducs de Chartres et de Beaugency qui avaient été battus à plates coutures par les réactifs et magnifiques et inspirés filleul et marraine. En même temps, normal, ce duo-là est du camp de la mariée, donc des gagnants!
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par nanozevich le Sam 25 Mai 2013 - 17:35

La veille, Nnozevich avait pris la route qui longeait la Loire. Beaugency, Mer, Blois, Onzain.... Autant de haltes dans autant d'auberges avaient eu raison de sa sobriété. Il avait profité du voyage pour goutter les produits locaux et surtout pour comparer les vins du coin au sien. Il avait fini par s'endormir le nez dans le foin, un pichet à la main.
Le réveil avait été très dur et le soleil était déjà haut. Un soupir convenu, comme à son habitude, le Baron de Meung serait en retard... Hirsute, il puisa un grand seau d'eau et y plongea la tête. Il plaqua ses cheveux en arrière, lissa un peu sa barbe et repris la route qui longeait la Loire.
Quand il arriva sur Amboise, il n'eut aucune peine à trouver son chemin, on voyait le château de très loin, juste en face du pont qu'il traversa au galop. Il demanda le chemin de la collégiale et une fois sur le parvis, il observa un instant le bâtiment de pierre blanche et les lieux autours de lui avant de pénétrer discrètement dans l'église.
Tous les yeux étaient tournés vers l'autel, vers les deux mariés, et il put prendre place au fond de la salle sans se faire remarquer.
Mazette! Il y en avait du monde ici et du beau en plus. Nano aurait du s'en douter, tous les grands du Domaine royal et même du royaume n'aurait loupé le mariage de Lexhor pour rien au monde.
La cérémonie semblait bien avancée, il avait du en rater une grande partie et du coup, il était partagé. Partagé entre le fait d'avoir raté les vœux des deux mariés, de lire l'émotion sur leur visage, de sentir une certaine fébrilité chez son suzerain Lexhor qui était si sûr de lui d'ordinaire. Mais d'un autre côté, il avait échappé à une interminable cérémonie. C'était un beau mariage, un très beau, peut-être même le plus beau auquel il ait assisté depuis longtemps. En même temps, ça faisait un bail qu'il n'avait pas assisté à un mariage.
Son regard se porta sur les gens des premiers. Il reconnut toute la caravane orléanaise, les Lames d'Amahir, quelques personnalités de Touraine et du domaine royal.
Il ne reconnut pas tout de suite Xalta. Comment aurait-il pu la reconnaitre sous ses habits de diaconesse, ses incroyables courbes cachées derrière un tel accoutrement. Il failli rire mais se retint. Il l'observa, l'air un peu idiot et se dit que même ainsi, elle était belle. Son regard se reporta sur les deux mariés et avec un peu d'envie, il soupira...
avatar
nanozevich

Nombre de messages : 1
Duché/Comté : Orléans
Date d'inscription : 10/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par leanore le Sam 25 Mai 2013 - 18:32

Les échanges avaient été magnifiques. Léanore les avait écoutés, médités, et on pouvait sentir toute l'émotion que se dégageait dans la collégiale. Inexplicablement une douce chaleur les entourait. Les paroles étaient pourtant si semblables à celles que tous les mariés s'échangeaient. Elle même en avait prononcées de similaires et elle avait pensé que c'était pour la vie elle aussi. Sans doute n'avait elle pas assez aimé ? Encore une fois elle se rejetait la faute alors que plus d'un lui aurait dit le contraire.
Elle regarda autour d'elle..... des couples, des gens seuls par choix ou parce que la vie était ainsi faite. La passion entre son époux et elle était aussi vite retombée comme un soufflé. Si on le lui demandait aujourd'hui sans doute qu'elle répondrait qu'elle préférerait faire un mariage de raison plutôt qu'un mariage d'amour. Dans le premier on pouvait toujours espéré que l'amour ou tout du moins la tendresse et le respect prendrait place et le temps ferait le reste.

Sa gorge se serra doucement, c'était si difficile de retenir ne serait-ce qu'une larme.

Elle pria donc pour les mariés.

avatar
leanore
Seigneur / Dame
Seigneur / Dame

Nombre de messages : 49
Duché/Comté : orléans
Date d'inscription : 26/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Lucie le Sam 25 Mai 2013 - 19:38

Discrète, elle avait pourtant tout suivi avec attention. Le confiteor, le credo, la lecture du texte et ainsi de suite.
Son côté fleur bleue avait bien évidemment été touché par les paroles des mariés. D'ailleurs qui n'aurait pas pu l'être. Au final, tout le monde chercher la même chose, s'unir avec quelqu'un pour qui on ressent quelque chose.
Machinalement, elle joua avec son alliance, son esprit s'envolant quelque peu.
Mais elle revint vite à la réalité du moment, lorsque les témoins commencèrent à prendre la parole.
Hop et un p'tit coup d'oel en direction du Lionceau aussi, juste pour s'assurer qu'il ne roupillait pas, à défaut de ronfler dans la collégiale.
avatar
Lucie
Seigneur / Dame
Seigneur / Dame

Nombre de messages : 33
Duché/Comté : LD
Date d'inscription : 30/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Håkon le Dim 26 Mai 2013 - 17:01

[Tierce passée, eh oui, il est en retard !]

Les cloches avaient commencé à sonner alors que le chevalier nordique n'était pas en vue de la forteresse ambacienne. Habitué des lieux qu'il avait fréquentés longuement, il savait alors qu'il ne serait jamais à temps pour le début de la célébration auprès de son amie.

Après avoir lâché quelques jurons bien sentis, il dû se rendre à l'évidence que s'il était en retard, c'était que, consciemment ou inconsciemment, il n'avait pas souhaité avoir l'occasion de croiser Sya, sa Tante ou le futur époux de Sya avant la cérémonie. Non pas que le temps fut encore à un amour béat pour son amie d'enfance. Mais la journée serait suffisamment émotionnellement chargée pour chacun pour qu'il n'en rajoute pas une couche.

Nul n'était au courant de sa venue, à part peut-être sa Tante à laquelle il avait envoyé un messager mais dans un délai si contraint qu'il n'était pas sûr que celui-ci n'ait eu le temps ou la possibilité de la trouver avant que lui-même n'arrive à Amboise. Il n'avait pas souhaité attirer l'attention de qui que ce soit. Il n'avait de toute façon plus beaucoup d'amis à prévenir de son retour à la vie commune et il préférait rester discret.

Sa venue au mariage de son amie d'enfance et ancienne suzeraine avait été décidée au dernier moment, sur un coup de tête. Peu de temps après son réveil d'un coma inexpliqué autrement que par un épuisement psychologique et physique, il avait commencé à remettre ses affaires en ordre, lu attentivement les missives envoyées par ses contacts. Sa Tante avait réussi à le surprendre et à le mettre de fort bonne humeur, lui qui tenait d'elle du point de vue de la célèbre humeur "Oldenbourgienne". Il aurait bientôt un oncle à connaître mieux qu'il n'avait eu l'occasion de le faire jusqu'à présent.

Bref, son arrivée impromptue et tardive lui permit de ne pas trop penser à ce qu'il ferait par la suite. Arrivé dans les parages de la résidence de la Duchesse d'Amboise et de Luynes, suzeraine du Clos Lucé, il mit pied à terre et tendit sa longe à un laquais qui patientait dans la cour et parut troublé de voir un revenant. Håkon lui fit un léger sourire et flatta un instant le museau de la jument bai qui avait remplacée Altesse, perdue des années auparavant mais manquant toujours autant à son maître.

Faisant signe au laquais d'amener sa monture aux écuries, il prit des chemins détournés pour entrer dans la collégiale et rejoindre la cérémonie le plus discrètement possible. Sa connaissance de cet édifice lui fut d'une grande aide pour ce faire, lui qui avait été chapelain de la basilique Saint-Bynarr autrefois. Il soupira sur les aléas de la vie qui avaient vu les routes de deux amis aussi proches se séparer. Les inséparables avaient rencontré Aristote et celui-ci leur aurait joué un bien vilain tour.

Il remercia silencieusement plusieurs fois les serviteurs d'avoir bien fait leur office et d'avoir graissé de belle manière les gonds des portes de service. Il était toujours malvenu d'arriver en retard et d'être repéré par un gros grincement vrillant les oreilles. De son temps, il avait spécifiquement demandé que la porte du couloir conduisant à la sacristie ne soit pas huilée sur tous les gonds, afin de pouvoir connaître l'arrivée de toute personne qui aurait souhaité le rencontrer ou autre raison moins avouable. Après avoir pris toutes ses précautions, il lui sembla acquis que cette habitude n'avait pas survécu à son départ -et il en remercia le ciel.

Arrivé à la dernière porte, celle qui donnait à peu près au niveau du dernier rang de la nef, il prit une inspiration et posa la main sur la poignée qu'il tourna doucement.
Sa tenue grise et brune était sobre mais de bonne facture. Il ne portait ni soutane, ni robe de bure, arborant une chemise sur des chausses et une paire de bottes en cuir. Son épée, qui pendait à sa taille encore quelques heures auparavant avait été remplacée à son bras par une canne qu'il conservait toujours à ses côtés, accessoire indispensable lorsqu'il ressentait la fatigue de sa maladie ou de vieilles blessures.

Poussant la porte, il ne sembla pas attirer l'attention d'une autre personne qu'une petite fille qui jouait juste devant la porte, salissant la robe que ses parents lui avaient payée. Håkon referma la porte et se tint debout dans l'ombre d'une colonne, faisant en sorte de ne pas sembler se cacher mais de ne pas apparaitre non plus en pleine lumière. Le son de dizaines de voix récitant le credo se répandait dans la collégiale. Il reprit alors cette mélopée, lui qui n'avait pas manqué de prier une seule journée depuis qu'il était en âge de le faire. Il ne voyait que mal l'avant de la nef mais il n'aurait pas pu manquer les silhouettes qu'il connaissait le mieux, Sya et Ingeborg, tout aussi majestueuses l'une que l'autre, bien que si différentes à ses yeux.

Tout serait désormais différent après cette cérémonie, mais il était de retour. Et heureux de l'être.
avatar
Håkon

Nombre de messages : 296
Duché/Comté : Duché de Bourgogne, Nevers.
Signe(s) distinctif(s) : Léger accent danois, pieux. Un sceau à la main.
Humeur : Amical et mutique la plupart du temps.
Date d'inscription : 05/02/2009

http://inge-von-ahlefeldt.forumactif.org/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Aaron le Dim 26 Mai 2013 - 19:09

Le prélat apprécia de voir la diaconesse de Montargis reprendre le cours habituel d’une cérémonie de mariage. Il faut avouer que sur ce sujet, il était très conservateur et n’appréciait guère qu’on ne suive pas l’ordo séculaire. Mais il avait apprécié l’instant ! Cela l’avait ému. Ainsi, de manière plus formelle, sa filleule et le prince de Montlhéry s’échangèrent leurs vœux de manière solennelle. Les « oui » furent prononcés, les regards complices échangés. Le cardinal sourit.

La duchesse Xalta s’approcha de lui, et dans un sourire complice…


Nous vous déclarons mari et femme.

_________________
avatar
Aaron
Parrain de la Walkyrie
Parrain de la Walkyrie

Nombre de messages : 115
Duché/Comté : Champagne - Rome
Signe(s) distinctif(s) : Très élégant
Humeur : Concensuelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Actarius d'Euphor le Lun 27 Mai 2013 - 0:18

Une place infernale. Une posture délicate. L'Euphor trouvait bien des désagréments à se trouver précisément à cet instant-là aux cotés de celle qui n'en dictait pas moins les battements de son coeur, fierté oblige. Il avait abandonné le bras de l'héroïne du jour et avait pris conscience alors qu'il ne pourrait "siéger" qu'à proximité de sa promise. Lui qui avait tant cherché les rapprochements, les gestes tendres, il pestait intérieurement désormais du manque de distance entre elle et lui. Il savait son coeur sensible sous son impressionnante carcasse, il savait que ce dont il serait le spectateur l'attendrirait et il craignait désormais de voir s'évaporer sa résolution sous les élans d'amour qui ne manqueraient pas de marquer la cérémonie. Rageant au point de le rendre d'une bonhommie un peu trop exagérée pour être tout à fait sincère. C'était le masque qu'il s'était choisi pour ne rien trahir de la vexation qui était sienne. Puis, elle avait l'avantage, contrairement à ce qui aurait pu en être avec une attitude totalement fermée de "boudeur", de ne pas gâcher le paysage des premiers rangs.

D'autant qu'il était sincèrement heureux pour son ami et son amie en devenir. Mais ce qu'il craignait arriva. Il murmura la prière du pardon, entonna, toujours à voix basse, le credo, écouta les paroles des protagonistes, s'émut des déclarations des mariés et sa rancoeur s'estompa aussi sûrement que le soleil un soir d'hiver. Diable de caractère... diable d'esprit qui l'emporta vers un futur pas si lointain où il convolerait à son tour. La perspective était à ce point belle qu'elle relativisa l'objet de son ire, la repoussa jusqu'à un néant de futilité. Qu'importait après tout, ce qu'il avait pu lire. Elle ne voulait pas vraiment le blesser, il le savait. Et puis, c'était ainsi qu'il l'aimait farouche, indomptable, jamais acquise. Il n'avait que trop conscience que même un mariage ne suffirait pas à la faire sienne. Il faudrait la conquérir chaque jour, la méritait chaque jour, lui montrait chaque jour qu'elle était sa vie. Oui, cette querelle presque souhaitée n'avait plus de sens désormais. Il n'avait plus l'envie de se montrer froid, il avait envie de partager ce moment avec elle, un moment qui ne pouvait ne pas la toucher.

Le masque s'estompa, la bonhommie devint franche. La différence ne sentait que dans ce regard qu'il posa sur elle lorsqu'elle se leva - car de fait, son attitude ne varia guère - et remplit son rôle de témoin avec une sobriété qui le bouleversa sans trop qu'il ne comprit pourquoi. Cette pudeur, cette émotion contenue la rendait infiniment supérieure aux autres. Il l'observa, le feu dans ses yeux d'ocre brûlé. Il la contempla et l'admira avec ferveur ainsi qu'avec cette pointe de désir, qu'elle, avouons-le franchement, lui inspirait plus ardemment encore depuis leur étreinte "sacrée". Quelle femme ! Mais quel caractère ! Sa résolution de vengeance froide s'était estompée, répétons-le, mais une autre résolution pointa, plus douce, plus surprenante et sans une once de cette colère qu'on aurait pu attendre de lui. Ce serait terrible aussi, sans doute, mais honnêtement, elle le méritait bien. La Prinzessin attendrait néanmoins, car deux témoins devaient encore parler.
avatar
Actarius d'Euphor
Pair & Comte
Pair & Comte

Nombre de messages : 23
Duché/Comté : Languedoc
Date d'inscription : 25/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Ninouchka du Val Ancien le Lun 27 Mai 2013 - 13:27

Beaux, ils l'étaient assurément ! Ninouchka jeta un coup d'oeil sur la très jeune adolescente assise tout près d'elle. Les tenues des mariés, c'est à elle qu'ils les devaient.
Cette enfant avait dû être touchée par la grâce ou avoir autour de son berceau la présence de toutes les fées couturières. Si toutefois ça existait des fées couturières ...
Ou alors, comme dans ces contes pour enfants, avait-elle en un coin caché du Manoir, une armée de souris poussant, tirant l'aiguille, pendant que d'autres s'affairaient à faire passer le fil dans le chas et que d'autres encore maniaient ciseaux et épingles ... à moins qu'une baguette magique. Mais ça non, ce n'était certainement pas le cas. Il suffisait de voir comme les petits doigts pouvaient être abîmés parfois.

Même si l'habit ne faisait pas le moine, il pouvait y contribuer et il fallait avouer qu'ainsi vêtu, Lexhor avait encore gagné en prestance. Or ce n'était déjà pas ce qui lui manquait ! Elle sourit en se souvenant à quel point il l'impressionnait lors de ses premiers pas dans la vie politique orléanaise. Elle se rappela du jour où il s'était fâché sur elle pour obtenir qu'elle le tutoie.
Au fond, il continuait à l'impressionner et même si elle n'était pas toujours d'accord sur tout ce qu'il disait, elle l'écoutait toujours avec intérêt et respect.

La mariée, elle ne la connaissait pas du tout. Elle n'avait jamais eu l'opportunité de la croiser. Mais, là en ce moment, elle était prête à jurer que c'était la plus jolie mariée qu'elle ait jamais vue.
Quelque chose d'indéfinissable chez cette jeune femme donnait à la duchesse d'Orléans, l'envie de faire sa connaissance. Elle lui sembla d'emblée quelqu'un de qualité. Mille petits riens impalpables, sans doute, qui faisaient que ça "passait" ou non avec une personne inconnue. Le temps viendrait certainement où ce serait possible.
De toute façon, à partir du moment où Lexhor l'avait choisie entre toutes, c'était évident qu'elle n'était pas n'importe qui.

Toute à ses pensées et à la contemplation du couple, elle ne réalisa pas immédiatement que Xalta avait entamé la cérémonie et c'est avec un peu de retard qu'elle se joignit aux autres pour le Confiteor et le Credo.

La lecture la fit plonger dans un abîme de réflexions personnelles, certaines lui disant tu as bien fait d'en profiter, n'aie pas de regrets, d'autres lui disant de ne pas trop réfléchir. La réflexion tuait l'élan.

Puis ce fut les échanges de promesses, émouvants dans leur simplicité, dans leur vérité, mais la ramenant vers un passé qui fut heureux, vers un manque cruel.

Elle s'enfonça dans la prière pour échapper à cette souffrance qui n'en finissait pas de remonter à la surface encore et encore. Elle pria de tout son coeur pour ceux qui se mariaient, qu'ils n'aient pas à connaître certaines épreuves.
avatar
Ninouchka du Val Ancien
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 4
Duché/Comté : Orléans
Date d'inscription : 13/05/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Keridil le Lun 27 Mai 2013 - 16:06

Mince ! Rosa !

Allant s'installer, Keridil avait oublié sa fausse maîtresse. L'émotion, sans doute. Ou dieu qui dans son infinie sagesse avait trouvé amusant d'éloigner l'Amahir de la tentation, quoiqu'il ne fût absolument pas tenté par les charmes de la demoiselle de Pommière. Il admirait ses traits, regardait ses courbes, mais se punissait déjà assez de quelques pensées impures sans que le Très Haut ne vienne y ajouter son grain de sel.
Le témoin allait donc rebrousser chemin pour récupérer sa cavalière, quand les officiants commencèrent. Le duc de Chartres resta donc assis sagement, se maudissant de l'affront qu'il faisait à son amante factice, bien davantage que de celui qu'il faisait à son épouse qui n'avait pas même été informée du mariage de son bôpapa.
Ordre des priorités quand tu nous tiens.

Tout se déroula à merveille. Du credo aux voeux, chaque mot avait résonné dans l'esprit de Keri Keri avec une solennité exagérée. Le manque de foi sans doute, puis le regain, faisaient qu'il perdait le sens de la religion pour le retrouver, pour le reperdre, et le retrouver. Alors, ces textes vertueux qu'il connaissait pourtant depuis une époque où il s'était piqué de dévotion abusive, prenaient un sens nouveau. Il avait l'impression de redécouvrir le message divin. Et qu'il le redécouvre un jour d'union maritale n'était pas anodin. N'avait-il pas lui-même versé dans le chaos avec son épouse ? Si, et largement. Pour preuve, elle n'était pas à son bras. Elle ne serait pas dans sa couche au soir venu, et le brun avait pour la première fois esquissé l'idée qu'une rousse la remplace. Brrr.
Les cierges s'étaient déjà bien amenuisé quand Montpipeau fut appelé, ainsi que tous les témoins, à dire un mot. Quelques pas ponctués de coup de canne plus tard, Miguaël parla. Puis Ingeburge. Honneur aux témoins de Madame. Ce fut le feu et la glace. Quoiqu'à côté de la Froide, tout pouvait prendre des airs de feu. Le jeune Louveterie était bavard, et la moins jeune, sans être vieille, Oldenbourg était laconique. Rien de nouveau sous le soleil. Et comme il n'y a rien de nouveau, pourquoi Keridil économiserait-il son discours bien bien lissé quand vient son tour ?


Moi, Keridil d'Amahir-Euphor, fils de Lexhor, je m'engage à toujours me tenir aux côtés de ceux qui ce jour se sont unis devant nous.

Il se racla la gorge, et surgit l'Illustre des jours de gloire.

Madame, vous venez de devenir ma mère. Et que puis-je encore vous apprendre de mon père ? Lexhor d'Amahir est l'homme le plus juste que je connaisse. Le plus sage, le plus droit. Sa bienveillance n'a pas d'égale et j'ai l'infinie conviction qu'il a le coeur aussi rempli d'amour pour vous qu'il en a pour chacun de ses enfants.
Il vous aimera, n'en doutez pas, comme il a toujours su le faire, et comme l'a invité le Très Haut. Si l'on avait voulu que je choisisse mon père, je n'en aurai pas désiré un autre.

Ce qui était assez cocasse c'est qu'en réalité, Keri Keri l'avait un peu choisi, ce père. A moins que ç'ait été le père qui ait choisi le fils. Qui sait.

Alors puis-je bien vous faire le reproche de l'avoir choisi pour époux ? Entre toutes les femmes, je crois que vous êtes à la fois la plus avisée, et la plus chanceuse.
Nous nous connaissons peu, encore. Mais si mon père a choisi de s'unir à vous, de s'ouvrir à vous, de vous offrir corps, coeur et âme, c'est que vous êtes dotée de grandes qualités. J'ai toute confiance en son jugement, et je me réjouis de vous savoir désormais de notre famille.
Moi, je me tiendrai toujours là, devant, derrière, à côté. Enfin... presque toujours. Il y a sans doute quelques endroits où vous ne voudrez guère me voir. Hum.

Petite rougeur sur les joues pour bien ponctuer l'embarras, et la question intérieure qui est : mais pourquoi tu t'es lancé là-dedans ?

Bref. Toujours avec vous. Je suis le fils de mon père, et jamais je ne parviendrais à oublier celle qui fut ma mère. Je sais, papa, que tu ne l'oublieras pas non plus. Elle veille, et je sais qu'elle bénit cette union qui fait ton bonheur.
Madame, et je me permets de parler aussi aux noms de mes frères, nous vous prenons donc pour mère avec joie. Et vous félicitons tous deux de cette union, qui est une union d'amour.
Dieu vous bénisse.


Voilà voilà.
avatar
Keridil
Pair & Duc
Pair & Duc

Nombre de messages : 18
Duché/Comté : Chartres
Date d'inscription : 27/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par xalta le Mar 28 Mai 2013 - 9:42

Elle écoute les témoins s’exprimer chacun avait son propre style : prolixe ou laconique, ému ou stoïque ou donnant l’apparence. Quand les quatre eurent fini. Elle jeta un regard au Cardinal, sourit, elle avait oublié de le mettre dans la confidence. Il n’y avait plus qu’ à espérer qu’il ne s’offusque pas.

Vous pouvez vous embrasser Monsieur et Madame Lexhor d’Amahir.

Tout en disant ces mots, elle se rapproche de l’autel, se penche et sort un petit paquet qu’elle pose sur l’autel et elle l’ouvre.

Certains d’entre vous l’ignorent peut-être mais notre Grand Maître de France est aussi diacre. Il a marié certains d’entre vous ici. Lexhor, donc quand il officiait, avait un petit rituel bien à lui en fin de cérémonie. Et quand j’ai su que j’allais avoir le plaisir d’officier en compagnie de son Eminence, je n’ai pas pu passer outre ceci et lui adresser un petit clin d’œil.

Elle sort une fine cordelette, fait un nœud coulant et s’approche des mariés. Un sourire amusé, se rapproche de Lexhor, se hisse sur la pointe des pieds, passe le nœud coulant autour du cou de l’Amahir puis en donne l’extrémité à Ellesya. Posant sa main sur l'épaule de Lexhor, un autre sourire amusé :

Il me semble que tu disais ceci
Il faut maintenant que je te dise Lexhor, toute la vérité au sujet du mariage. Jusqu'à cet instant vous partagiez vos goûts, désormais tu partageras les siens.

Un plissement d’yeux.

Et que tu ajoutais cela aussi :
Le mariage consiste en partie à trouver, à deux, des solutions à des problèmes que l'on aurait jamais eus seul..

.
Puis elle se tourne vers Aaron.

Je vous laisse la parole.
avatar
xalta
Duc(hesse)
Duc(hesse)

Nombre de messages : 85
Duché/Comté : Orléans
Signe(s) distinctif(s) : Toujours gantée
Date d'inscription : 29/01/2013

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Ellesya le Mar 28 Mai 2013 - 11:03

« Nous vous déclarons mari et femme. » annoncèrent les officiants. Elle allait offrir un baiser à son époux pour sceller leurs serments lorsqu'Exaltation mit tout son beau projet en suspend.
Ah oui ! Les témoins !
Elle eut un pincement au coeur en entendant le nom de son frère, amputé de ses titres de vicomtes d'Avallon et de Sombernon. Chacun avait fait ses choix, avec des conséquences qu'ils auraient été bien en peine de deviner, bien des mois auparavant.

Sans surprise, ce fut son jeune frère qui prit la parole en premier lieu. La surprise vint de la relative sobriété de ses paroles. Après le court passage de Lex sur son enfance, elle avait craint que son frère n'enfonce le clou, mais son discours, bien que hanté par certaines pertes, était résolument positif. Sans oublier que cela toucha sincèrement le jeune femme d'entendre qu'elle n'avait pas tout à fait raté le rôle qui lui était dévolu bien trop tôt, alors qu'elle se tourmentait encore de ce qu'il advenait de chacun des Loups.
En guise de réponse, elle lui adresse un sourire chaleureux et un « merci » silencieux.

Le regard d'Ellesya allait se tourner vers les témoins du marié quand Ingeburge fit entendre sa voix sous la voûte de la Collégiale. Son sourire ne s'évapora pas. Loin de là. Il s'agrandit et elle salua sa Marraine d'un petit signe du chef. C'était parfait à ses yeux. Enfin, si elle avait pu administrer quelques remarques bien senties à Lex sous un glacis de délicatesse, Ellesya aurait été encore plus heureuse peut-être. Son époux ayant tendance à se plaindre régulièrement que la Marquise prenait bien trop le parti de sa filleule à son goût, ou quelque chose du genre. Parfois, elle n'écoutait que d'une oreille ces divagations, un fin sourire aux lèvres.

Cette fois, le regard vif argent abandonna le rang dévolu à ses proches pour rejoindre le camp Amahir. Ce fut son nouveau beau-fils -qui devait avoir l'âge de son grand frère...- qui se lança. Elle n'avait pas la moindre idée de ce qu'il pourrait dire, aussi toute son attention fut-elle acquise à l'Amahir-Euphor tandis que sa main épousait celle de son mari.
Aux propos énoncés, elle hocha un peu du chef. Lexhor était accueilli parmi les Louveterie. Elle l'était par les Amahir. Resterait à consolider ces liens encore ténus pour que rien ne puisse les rompre.
Quant à être toujours avec eux sauf à un endroit. Ou plutôt dans une situation, songea-t-elle, elle sembla amusée et adressa un regard animé de gaieté et de remerciement à Keridil. Puis le souvenir de leur rencontre à Amboise revint en sa mémoire. Pour l'instant, à chaque fois qu'ils s'étaient vu, les situations comportaient leur dose d'incongru et de confusion. Mais au moins, cela ferait des souvenirs distrayants.
Il fut enfin question de celle qui l'avait précédé. La plus « récente » du moins. Ce qui la mit moins à l'aise car si l'amour et le respect qui avaient transpiré des écrits de Lexhor lorsqu'il lui avait parlé de ses deux précédentes unions avaient participé à brosser de lui un portrait plaisant pour la jeune femme, la certitude de ne jamais être « la femme de sa vie » lui avait peiné le coeur. Elle avait fini par s'en ouvrir à lui après qu'il ait lourdement insisté, voyant chez elle un malaise inattendu au vu de leur bonheur tout récent. Depuis, elle avait digéré en grande partie mais conservait l'impression de prendre la place d'une autre. De l'usurper.
Alors les dernières paroles de Keridil la touchèrent au coeur. Elle regarda chacun de la fratrie, Aemilia aussi, avec le sérieux né de l'affirmation du Duc de Chartres puisqu'aucun n'était obligé de lui faire cette place en leur famille. Elle aurait aimé répondre et leur dire l'affection qu'elle avait déjà pour eux mais l'office ne lui permettait guère. Alors elle les salua d'un regard.

Le tour de Bourguignon de Sorel était venu. De même, elle le salua d'un signe du chef (*).

Et enfin, ils purent sceller leur union. Ce ne fut que lorsque ses lèvres furent apposées sur celles de Lex, pour un baiser relativement chaste -sursaut de pudeur oblige- que l'appelation donnée par Xalta la faucha, lui tirant un grognement presque inaudible. « Madame Lexhor d'Amahir » ? Sûrement pas ! Elle serait avant tout « Ellesya de la Louveterie d'Amahir», à la tête de la Maison de la Louveterie. Sa fierté venait d'être piquée au mauvais moment. Elle aimait profondément Lexhor et éprouvait une immense fierté vis-à-vis de lui. Mais elle descendait de deux Pairs, Chevaliers et Grands Officiers de France, en avait compté mains autres dans sa parentèle, alors elle avait, vissée au corps, la volonté d'être digne de son lignage et d'oeuvrer à la prospérité de sa lignée. Alors, jamais elle ne s'effacerait pour se noyer dans l'ombre de son mari. Et quand bien même en ces lieux, nombreux étaient ceux à ne pas la connaître.
Son regard chercha celui de Lexhor alors qu'elle reculait un peu. Il savait tout cela, lui. Et il l'avait acceptée malgré ce qui confinait à de l'orgueil mais qui lui apparaissait à elle comme son prime devoir d'ainée et d'héritière.

Heureusement, vint la « surprise »... Xalta lui avait conté cette anecdote et, évidemment, elle avait approuvé sans rechigner. Une lueur malicieuse éclaira ses traits alors qu'elle suivait le déplacement de l'officiante qui venait près d'eux pour passer la corde au cou de son époux.
Juste retour de bâton pour le diacre qui s'était amusé d'autres jeunes mariés. Elle aimait la taquinerie et espérait que Lex prenne bien la chose. Ses prunelles rieuses se posèrent sur Xalta, puis Lex et enfin sa Marraine.
Puis elle se haussa un peu pour parvenir à l'oreille du Prince de Montlhéry et y souffla:


Promis, j'essayerai de ne pas trop en abuser...

Quant aux dernières affirmations de Xalta, elle ne put s'empêcher de se mordre la lèvre inférieure tant cela était vrai. Surtout pour son époux qui avait vu une foule de soucis arriver dans le sillage de la jeune Duchesse d'Amboise.




[hrp : * : LJDBourguignon postera quand il sera disponible][/i]


Dernière édition par Ellesya le Lun 3 Juin 2013 - 11:23, édité 1 fois (Raison : correction orthographique)
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 11048
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Aaron le Mar 28 Mai 2013 - 23:23

Et après que les témoins eurent parlés, les mariés échangés un baisé, l’archevêque de Césarée reprit sa place derrière l’autel, et, écartant les bras…

Préparons-nous maintenant à la célébration du pain et du vin en reconnaissant que nous sommes pécheurs.

Je confesse à Dieu tout-puissant, je reconnais devant mes frères, que j'ai péché, en pensée, en parole, par action et par omission, oui, j'ai vraiment péché.
C'est pourquoi je supplie les anges et tous les saints, et vous aussi, mes frères, de prier pour moi le Très-Haut.
Amen.

Que Dieu tout-puissant nous fasse miséricorde ; qu'Il nous pardonne nos péchés et nous conduise à la vie éternelle.

Prions ensemble et recueillons-nous un instant…


Le prélat inclina la tête en signe de recueillement. Après avoir célébrer le dernier temps fort de cet office, le cardinal vint reprendre une place plus centrale à l’entrée du chœur, devant les nouveaux mariés. La célébration prenait fin et il allait conclure celle-ci par quelques mots doux sur l’amour. Sachant qu’il aurait ainsi de nouveau la parole, il avait préférez aborder la question plus dogmatique des sacrements lors de l’homélie. Malgré quelques mines crispées – après tout, « qui se sent morveux se mouche ! » –, il estimait son choix sage et nécessaire. Trop souvent les fidèles ignoraient le véritable sens des sacrements. Or c’était selon lui un fondement à connaître lorsque l’on s’engageait ainsi pour la vie. L'amour, les mariés connaissait déjà le début de l'histoire... Les grâces, c'était tout autre chose. Politique? Son discours ne l'était pas pour un sou. Connaissant sa filleule et son goût pour la spiritualité, le choix avait été plus que judicieux...

D’aucun auront trouvé mon homélie dépourvue de sentiments, de mélopée sur la beauté du mariage. Trop théorique sans doute... Elle l’était, recentrant davantage la question du mariage sur ses fondements dogmatique et son rapport avec le Magistère de notre Sainte Mère l’Église. Mais maintenant que j’ai à nouveau l’occasion de reprendre la parole, je me dois de vous lâcher avec un cœur rempli de joie. Comme tout enseignement, la fin doit être agréable !

Il sourit

Elleysa, Lexhor ; madame, monseigneur, votre couple forme aujourd’hui la somme de deux amour. Ces deux amours se nourriront désormais l’un l’autre, l'un de l'autre. Ces deux amours se porteront mutuellement dans les moments de joie comme dans les moments de peine. La destinée de l’homme est d’aimer Dieu par-dessus tout, de lui donner la première place dans nos vies personnelles. Pourtant, n’est-ce pas l’autre que l’on désire ardemment placer en première place ? N’est-ce pas l’autre qui occupe toute nos pensées lorsqu’il est aimé jusqu’à en faire souffrir le cœur ? Sachez qu’en donnant la première place à l’autre dans votre amour, vous donnez la première place au Tout-Puissant. Car c’est dans la célébration de l’amour entre les hommes que le Très-Haut est célébrer et aimez. Aimez votre conjoint plus fort que tout ; vous aimerez Dieu plus que tout.

Aujourd’hui vous vous êtes mariés parce que vous mesurez combien votre amour peut encore grandir. Aujourd’hui, vous vous mariez parce que vous sentez votre cœur se dilater lorsque, baigner dans l’amour de l’autre, vous entrevoyez une vie heureuse dans la joie maritale. Aujourd’hui vous vous donnez l’un à l’autre et vous apprêtez à recevoir le bien le plus précieux qui soit : un amour infini, intemporel, sceller sous le sceau de l’éternité. Vous aviez atteint une limite, vous avez décidez de franchir un nouveau cap, d’ouvrir de nouvelle perspectives, avec un horizon aujourd’hui, toujours plus lointain, car votre amour s’ouvre désormais sur l’éternité.

Et comme je l’affirmais lors de mon homélie, bouclant ainsi le cycle, n’oubliez jamais que c’est pour vous préparer à la rencontre dans les cieux que vous vous donnez l’un à l’autre sous le regard de Dieu et des hommes. C’est dans le sacrement du mariage, pourvoyeur des grâces infinies du Seigneur, que vous vous élèverez dans la vertu et bâtirez votre paradis…

Allez dans la paix et l'amitié aristotélicienne !


Et il ouvrit les bras en signe de paix, clôturant ainsi l'office. A peine eut-il dit son dernier mot que la chorale reprit en chœur le chant joyeux du départ. La petite chapelle trembla au son des voix montant vers les cieux... Un mariage venait d'avoir lieu. Dieu en était informé !

_________________
avatar
Aaron
Parrain de la Walkyrie
Parrain de la Walkyrie

Nombre de messages : 115
Duché/Comté : Champagne - Rome
Signe(s) distinctif(s) : Très élégant
Humeur : Concensuelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Mariage d'Ellesya et de Lexhor

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 6 sur 7 Précédent  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum