Baptême de Grimoald

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Baptême de Grimoald

Message par Grimoald le Sam 22 Mai 2010 - 11:33

[Je suis le passager]


Le jour était arrivé, enfin. Après d'intenses et d'obscurs cours, Grimoald allait enfin être baptisé... Si Hakon était à l'heure, mais ça, c'était une autre histoire. Assis sur son lit, encore à moitié nu, il regardait pas la petite fenêtre. Le temps était beau... En ce moi de mai, il allait surement faire chaud. Mais pour son baptême, il allait éviter de se promener les guiboles à l'air. Non, il lui fallait une tenue sobre et élégante. Une tenue à la Grimoald, quoi... Même si avec l'âge, il était de moins en moins titillant sur le sobre, il lui fallait toujours l'élégance, qui, pour lui, faisait la différence entre un noble, et un noble de goût.

Alors le jour se levait, comme si, les étoiles laissaient places aux oiseaux, la lune au soleil. Et pourtant, il fallait vite se préparer, parce que les quelques invités allaient vite arriver. Il poussa un cri pour prévenir les valets que le ronchon était levé, puis il mit un pied à terre. Il regarda une femme de chambre arriva et elle l'aida à se changer. Une fois qu'il eut mangé quelques crêpe, depuis le début, il adorait les crêpes, il se dépêcha d'aller trouva Ellesya. Il la prévint qu'il allait dehors, près de la collégiale, pour attendre tout le monde.

Il trouva un valet, en chemin.


« Eh ! Toi ! Va au poste d'entré. Tu y attendras les invités et tu leur montrera le chemin jusqu'ici. Allé, va ! »

Voilà comment il faut traiter les valets. Avec force et courage. On est pas des lavettes, à Amboise !

Bon, pas des lavettes, mais des gens qui attendent... Grimoald s'assit sur un muret, et attendit que quelqu'un arrive... espérant qu'ils arrive, quand même...
avatar
Grimoald

Nombre de messages : 188
Duché/Comté : Près de sa nouvelle maman
Date d'inscription : 22/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par AsdrubaelVect le Sam 22 Mai 2010 - 12:25

Un baptême ? Gasp, encore l'occasion d'entendre le serment entendu et ré-entendu, pété et répété. Encore l'occasion d'entendre un charabia inextricable pervertir la parole d'Aristote, car oui plus le Duc lisait Aristote, plus il se rendait compte que ses idées étaient détournées et perverties. Il se gardait bien de le dire car il savait que le joueur de flûte les guiderait tous vers la raison, vous savez là où s'entremêle Logique et modernisme, là où il nous faut tous chanter le même air, ce chant délicat qui sonne comme un arbre plein de pommes, celles du Paradis ?
Peut-être l'esprit ducal cherchera t-il toujours à s'évader jusqu'au grand ménage de la Reine de Mai ?
Les paroles de ses gens chargés de l'habiller ne lui arrivaient que par vague ; il voyait bien leurs lèvres bouger mais aucun son ne parvenait à son esprit embrumé et ankylosé. Le Duc se rappelait de son enfance, une fièvre terrible l'avait emporté dans un monde aussi féerique que celui des Korrigans et il fut réveillé par un cygne chanteur, les mains gonflées et le visage suant. Les hallucinations ne cessèrent que lorsqu'il vit l'escalier pour grimper au Soleil. Pourtant il ne put l'utiliser, car tout ce qui brille n'est pas d'or et l'attente fut longue...longue... Avec son épouse il avait réussi à l'emprunter mais sans le voir : une sorte de montée sans support physique, une élévation métaphysique et transcendantale de l'esprit ducal embrumé mais pas de la même manière qu'en ce jour.
Le Duc était totalement engourdi, il lui aurait fallu une petite piqûre pour assurer le spectacle mais c'était sans espoir : la Princesse ne le voulait pas. Vous savez, celle qui croit que tout ce qui brille est d'or ? Elle se trompe à n'en pas douter mais ses désirs font désordre -et sont des ordres.
Il avance, faisant fi des convenances et ayant distingué dans sa torpeur un son résonnait comme un "vous êtes prêt", quel doux euphémisme ! Le voilà arrivé dans le jardin, passant près de la Loire il entendit un bel oiseau lui chanter une douce comptine mais son périple continua : il savait qu'il était dans la bonne direction.
Il n'écoutait pas les voix de ceux qui regardent sans rien faire et il était totalement engourdi.





[HRP : petit encart parce qu'obligé. C'est assez incohérent mais pourquoi toujours écrire quelque chose d'attendu ?
Celui qui parviendra à comprendre ce texte aura gagné. Un petit conseil pour ceux qui ne savent pas comment le prendre : écoutez de la bonne musique. La suite au prochain épisode.]
avatar
AsdrubaelVect
Duc toisonné d'or
Duc toisonné d'or

Nombre de messages : 313
Duché/Comté : Bourgogne
Signe(s) distinctif(s) : Toison et couleurs voyantes
Humeur : Changeante : gentil ou très gentil
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Ewaële le Sam 22 Mai 2010 - 15:51

[Départ et voyage]

Les remparts du Mans. Ils devaient se retrouver là pour voyager ensemble, cela semblait évident après tout puisqu’il serait son cavalier pour l’occasion. Elle avait franchit les portes de la ville et, lasse d’attendre, avait confié sa monture aux gardes, croisant les bras sur la poitrine et tapant du pied en plein milieu du passage, évitant de temps à autre coches et voyageurs, ou encore des marchands ambulants ou paysans qui arrivaient avec une charrette pour se rendre au marché. Elle dévisageait les cavaliers dans l’infime espoir de le voir se pointer enfin et de prendre la route. Mais apparemment il en avait décidé autrement et prenait un malin plaisir à se faire attendre. Il devait se douter qu’il trouverait une rouquine furibonde et à la verve beaucoup moins délicate que dans certaines occasions. Et dire qu’elle avait pour l’occasion annuler ses tours de garde, mettant par la même au repos les hommes d’armes de la Licorne qui l’accompagnaient dans sa mission de surveillance de la capitale. Elle lâcha à intelligible voix :

Ah ces hommes!

Et ce fut à cet instant qu’il décida d’arriver… Reconnaissable de loin, elle l’avait repéré avant de lever les yeux au ciel, d’aller récupérer son cheval et de mettre pied à l’étrier pour prendre les devants. Il la rattraperait bien, elle n’en doutait nullement. Et de plus, avec une nouvelle excuse pour son retard. Il était assez fort pour cela, elle devait le reconnaitre. Mais elle avait décidé que le temps serait à l’orage et qu’elle lui ferait payer la situation, reconnaissait aussi qu’elle n’était pas toujours évidente à cerner, mais après tout il le cherchait bien aussi hein! Et ce fut ainsi que commença le voyage en direction de la Touraine. Prometteur aurait pu être sa définition. Des lieues et des lieues à chevaucher côte à côte et seulement quelques interjections pour communiquer. Et plus ils avançaient et plus la rousse se renfrognait. Pourquoi? Ceux qui la connaissaient bien devaient se douter. Elle n’était pas chiffons et n’avait pas prévu pour la cérémonie autre chose que ses braies, son bustier et ses cuissardes. Noirs, bien sûr. Sans oublier sa cape azur à la Licorne pour lui recouvrir les épaules. Elle s’attendait là encore soit à des œillades significatives, voire des remarques sur la façon de s’habiller pour une femme de son rang. Puis zut après tout, elle faisait bien ce qu’elle voulait!

Elle préféra se plonger dans la contemplation de ce qui les entourait, les changements qui s’opéraient au niveau de l’agriculture, les différentes semences dans les champs, les couleurs de ses étendues qui faisaient un magnifique mélange comme la palette d’un peintre. Tantôt une rivière, tantôt une forêt, des fleurs des champs qui se laissaient bercer par le léger vent qui rafraichissait l’atmosphère. L’été approchait et le soleil se faisait de plus en plus chaud mais rendait sans nul doute les gens aussi plus souriant. Enfin ils purent voir à l’horizon le domaine où ils étaient attendus se profiler. Elle ralentit sa monture et attendit que son compagnon de voyage la rejoigne pour enfin desserrer les dents :


Bien… Je crois que vous connaissez mieux les lieux que moi. Je vous laisserai donc me guider pour l’occasion.

Elle tourna la tête pour enfin le regarder, peut-être la première fois depuis leur départ du Mans. Il faudrait qu’elle fasse de sacrés efforts. Après tout c’est à son bras qu’elle apparaitrait. Un sourire serait peut-être le bienvenu!
avatar
Ewaële

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Errante
Date d'inscription : 17/05/2010

http://domainedelaboesniere.forumactif.org/index.htm?sid=b6974bd

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Sybillee le Sam 22 Mai 2010 - 17:42

Amboise. Le château majestueuse trônait sur le rocher, ses murs et tours virginales blanches, comme un repère de beauté et pureté, veillant sur le petit village et la Loire. Un petit groupe de cavaliers portant les couleurs d’Arkel se trouva sur la même rive de la demeure impressionnant de la Duchesse amboisienne, se dirigeant vers leur destination. La tête du groupe leva les yeux vers la forteresse, se souvenant de sa première visite en ces lieux, invitée par la duchesse en personne. Elle avait été follement impressionnée et n'avait pas pu attendre découvrir tous les lieux du bâtiment immense. Et elle était toujours impressionnée en le revoyant, mais cette fois-ci elle était beaucoup plus intéressée par la maitresse des lieux que par les lieux eux-mêmes. Parce que bien qu’elle savait qu’elle avait perdu le contact avec la duchesse, elle l’appréciait et respectait beaucoup. Elle avait hâte de la revoir, même si le revoir serait peut-être très rapide et court et les mots futiles.

Lorsqu’ils arrivèrent devant les Tours Cavalières, la jeune comtesse hollandaise fit signe à ses compagnes de descendre, préférant de continuer à pied plutôt que de rester sur le dos de son quadrupède fidèle. Normalement elle optait toujours pour le voyage en cheval, mais les combats de la nuit passée et la manque de sommeil l’avaient fatigués, ce qui avait pour conséquence qu’elle était rapidement irritée et de mauvais poil. Malgré tout ça elle réussit quand même à dessiner un sourire aimable en s’adressant aux gardes d’Amboise pour s’annoncer. Mettre une masque pour maintenir les apparences était plus facile que de montrer les sentiments, ce qui avait toujours comme résultat le jugement des autres. Une fois descendue et ayant reçue permission d’entrer elle pénétra dans la Tour elle fit signe à ses compagnons de prendre soin les chevaux et de les mettre dans les écuries, avant de pénétrer dans la Tour et ainsi le château d’Amboise.

Elle connut le chemin vers la collégiale et refusa donc l’offre du valet qui voulait la guider vers le lieu sacré ou le jeune Grimoald rejoindrais la communauté énorme des fidèles aristotéliciens. Pas pour être méchante, loin de cela, mais simplement parce qu’elle ne supportait plus trop de gens autour d’elle dans son état. Elle se dirigea donc vers la collégiale sans trop de problème, autre que la fois passé, quand elle s’était perdu dans la labyrinthe de murs blancs. Elle arriva dans la collégiale quelques instants après. Avec une certaine joie elle aperçut qu’elle était la première. Elle en profitait pour se trouver un siège confortable à l’arrière du nef.
avatar
Sybillee

Nombre de messages : 15
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 05/11/2009

http://deligne.forumotion.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Aléanore le Sam 22 Mai 2010 - 20:01

Comme le temps passe vite quand on veut qu’il le fasse, mais le veut-elle vraiment ? Allez savoir, la moue est bougonne pour une fois, la raison ? Aucune de vraiment raisonnable, simplement qu’elle a envie de bouder parce que Clarisse a jugé que sa fantaisie de monter à cheval n’est qu’une fantaisie justement et qu’elle se doit d’arriver à Amboise en coche. Fi des convenances ? La bonne blague, on parle d’Aléanore, mes amis, et donc se rangeant à l’avis de sa camériste, c’est revêtue d’une robe à tassel gris souris –oui, c’est bien plus nuancé qu’on ne le croit le gris- et les cheveux ramenés en une longue tresse que la jeune femme se dirige vers Amboise en coche, Amboise qu’elle ne connaît d’ailleurs que par les dires de Grimoald aka Chaton. Dire que le château est magnifique serait un affreux plagiat des descriptions précédentes, ainsi donc l’Etincelle se contente-t-elle d’effacer de son visage, l’odieuse moue rageuse qui jusque là y avait élu domicile – et quel charmant domicile que le radieux visage de la Poupée Sanglante, n’est-ce pas ? – pour y glisser un sourire contemplatif qui peut vouloir dire : « Wahou, comment que c’est trop beau ici ! »

L’arrivée ? Comme toutes les arrivées, une sale petite pimbêche qui descend du coche et jauge autour d’elle de l’effet produit par sa descente, ou presque, cette fois, elle fait profil bas ou plutôt même ne fait aucun profil, personne a impressionné, elle vient pour Grimoald et la chose se limite là.


-« Il faudrait remercier la Duchesse pour sa bienveillance à l’écart du Montmorency, il n’en mérite sans doute pas tant. »

Sourire en coin, bien sur qu’il en mérite tant, et même plus, mais si Aléanore apprécie le gamin, elle ne s’abaissera jamais à le lui exprimer de façon claire. La raison ? Il ne le sait déjà que trop, inutile de lui confirmer la chose, donc. Et alors qu’elle se renseigne sur le lieu du baptême, et qu’elle s’y dirige suivie par sa suivante – élèmentaire mon cher Chaton - voilà que ledit Montmorency est aperçu sur une murette. Eventail détaché de la ceinture et appliqué sur le museau du futur baptisé.

-« L’acédie, quel vilain défaut, n’est-ce pas Grimoald ? Attends-tu un signe ou tes invités ? »

Exécrable Aléanore qui sourit de plus belle avant d’ébouriffer la tignasse du garçon.

-« Tu m’as manqué. »

Bon, bah pour le fait de ne pas lui dire, c’est raté hein.. On repassera Aléanore, bien joué.
avatar
Aléanore

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Anjou
Signe(s) distinctif(s) : Un Caractère de Merde.
Humeur : A chier.
Date d'inscription : 15/05/2010

http://terre-des-framboises.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Hans le Dim 23 Mai 2010 - 1:06

L'est pas vraiment invité lui, on se demande même ce qu'il vient fiche ici. Pas l'habitude de briller en société, encore moins de courir les baptêmes. Le plus grand mal à supporter les neuf dixièmes de ce que l'on appelle communément la noblesse, bien que le baron de Ligueil soit relié à cette caste par son titre. Et depuis plusieurs semaines, ou mois déjà, plus aucune envie ou opportunité saisie de venir montrer sa trombine dans les mondanités d'usage. Sa présence ici tient donc de l'exploit, c'est tellement inattendu que ça frise le louche. Le plus plausible étant que le vieux maître est passé voir son élève, qui se fait bien trop rare ces derniers temps, et qu'il a finalement suivi le mouvement vers l'édifice religieux. Peut-être dans l'espoir d'y croiser également une jeune princesse aux yeux noisettes, sa filleule qu'il n'a plus revu depuis une éternité et qui ne doit même plus se souvenir de celui qui l'a vu naître. Ou alors il cherche juste un coin d'ombre pour se poser en espérant secrètement qu'une séance dégustation des breuvages locaux est prévue au programme pour fêter l'évènement...
Car sans vouloir paraitre désobligeant, le germain s'en bat un peu les balloches que le grumeau se fasse asperger aujourd'hui, même si le mioche doit avoir droit à l'onction sacrée et tout le cérémonial qui va bien. Pas qu'il le trouve difficilement supportable, enfin si y a d'ça, mais c'est surtout qu'ils n'ont jamais été proches tous les deux et que le fil de l'existence du jeune Montmorency le laisse parfaitement froid en général. Le vieux guerrier sait juste que le futur baptisé est le petit protégé de la fille de la Louve qu'il ne côtoie plus beaucoup. On peut difficilement faire liens plus distendus.

Pas d'arrivée par la grande porte, pas de coche pour l'amener à Amboise, et pas besoin de valet pour guider ses pas. Malgré des visites plus espacées Hans reste un habitué des lieux, un rôdeur discret dont la silhouette jaillissant des ombres demeure familière, et tous le laissent déambuler à sa guise.
En cheminant vers la collégiale, le maître d'arme aperçoit d'ailleurs la vedette du jour, en bonne compagnie semble-t-il. Une jeune femme qu'il n'a probablement jamais vu et qu'il ne connait pas, ou bien sa mémoire défaillante lui joue encore des tours. Pourtant, s'il pouvait remettre un nom sur ce minois, ses affaires s'en trouveraient bien arrangées. Aléanore Alterac, c'est qu'il doit la voir cette petite. Une chose importante à lui demander, et qui normalement devrait lui être acquise d'avance si on l'a bien renseigné. Hélas, difficile de deviner. Peut-être qu'un air de famille aurait pu être décelé, mais le baron ne pousse pas l'incorrection trop loin et évite de dévisager trop longuement les deux compères. Il se contente de les dépasser en hochant légèrement du chef pour les saluer, n'attendant pas vraiment de réponse à ce geste de politesse élémentaire, et ne se demandant même pas si les jeunes gens lui ont prêté une quelconque attention.

La grande carcasse musculeuse s'arrête un peu plus loin, devant la chapelle du domaine. Hans n'a pas réellement fait d'effort vestimentaire. Il porte une tenue des plus classiques pour lui. Ensemble sombre, et fonctionnel. Plus la mise d'un soldat ou d'un aventurier que celle d'un noble poudré invité à une réception. Et toujours aucun signe distinctif. Pas de blason, pas de tabard à ses couleurs. Il est sans doute le dernier à présent, mais le deuil de Sa duchesse l'accompagne toujours, et depuis que Ferrière a été rendu, rien n'est venu remplacer le fer à cheval et l'onde d'argent sur son bouclier ou ses vêtements.

Les mirettes grises se plissent légèrement en scrutant un instant le ciel. Au moins la journée est belle, et si l'ennui devient trop profond, il pourra prévoir une petite balade dans les environs du château. Espérons tout de même que la chose qui doit attirer tant de beau monde ici débute sans trop tarder, et ne s'éternise pas plus que nécessaire. Sans s'en rendre compte, sans même le vouloir, voilà déjà l'invité surprise en train de marmonner alors qu'il amorce le mouvement vers les larges portes de la bâtisse. Il existe décidément des choses que l'on ne pourra plus changer en ce triste univers...


Dernière édition par Hans le Dim 23 Mai 2010 - 1:39, édité 1 fois

_________________
Maître d'Armes et Sénéchal d'Amboise
avatar
Hans

Nombre de messages : 431
Duché/Comté : Touraine
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 23/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Anthoyne le Dim 23 Mai 2010 - 1:31

Invité au baptême du jeune de Montmorency, Anthoyne préparait quelques affaires pour son départ pour Amboise. Affairé, il pensait beaucoup et notamment plusieurs questions lui vinrent à l’esprit. Comment Grimoald a-t-il eu la patience de suivre des cours ? Mais surtout comment l’homme d’église a obtenu le courage voire la persévérance de lui donner ces cours ? Il était certain que le sale môme avait été insupportable comme à son habitude. Ces questions étaient sans importance à priori mais attiser la curiosité d’Anthoyne. Quel est l’ingrédient magique pour supporter cet enfant ?

Impatient : voilà le terme qui décrit l’humeur d’Anthoyne en ce jour. Il n’est pas empressé d’assister au baptême de Grimoald, enfant surprotégé qui l’exaspère au plus haut la majeure partie du temps mais plutôt de passer du temps avec cette rousse.

Fin prêt, Anthoyne quitta son auberge et partit aux écuries, récupérer son cheval où il entendit pour la seconde fois les cloches de la cathédrale sonner. Attentif contrairement à la première annonce, il compta chaque coup. Il arriva vite à la conclusion, mais bien trop tard, qu’il était en retard. Il aurait déjà du se trouver en bas des murailles auprès d’Ewaële et l’impatience de la rousse n’allait pas lui pardonner ce minime écart de rien du tout.

Il la vit au loin à l’instant même où il arriva dans l’artère principale près de l’une des entrées de la ville. Après qu’elle l’ait remarqué à son tour, la Licorne ne tarda pas et décampa sans l’attendre. Anthoyne n’en crut pas ses yeux et s’arrêta net, l’observant prendre l’escampe. Il ne put retenir sa colère.


Mais ce n’est pas croyable d’être aussi susceptible que ça ! Mais quelle… Rah !

Quelques badauds le regardèrent surpris mais le brun n’en fit pas attention et donna un coup de talon dans le flanc de son destrier et fila à son tour. Le voyage fut long. Elle garda ses distances et ne décrocha pas un mot. Anthoyne soupirait intérieurement ayant marre de cette tension régnant entre les deux énergumènes. Cela ne l’empêcha pas de de garder son regard fixé sur elle pendant tout le trajet.

Après une longue chevauchée, ils arrivèrent enfin à destination et la langue de la femme se délia. Anthoyne retint ses sentiments et la colère bouillait en lui mais il ne préféra ne rien dire sachant que ça allait empirer les choses. Par contre, il la regarda et il lui demanda :


Vous souhaitez vous changer ? Il ne la laissa pas répondre et reprit. Je crois bien que non… Allons-y alors.
Il se décrispa et lui offrit un léger sourire avant de partir et prévenir les valets de leur arrivée. Une fois leur monture laissée à des palefreniers, ils se dirigèrent vers la collégiale. Dans l’allée menant au bâtiment aristotélicien, Anthoyne s’arrêta et offrit son bras à Ewaële avec un large sourire. Ils continuèrent bras dessus, bras dessous et arrivèrent près du futur membre de la grande famille aristotélicienne et une jeune femme qu’il n’avait jamais rencontré. Léger sourire vers le pubère.

Bonjour Grimoald. Il se tourne ensuite vers la jeune femme et incline la tête. Je me présente : Anthoyne de la Louveterie.
avatar
Anthoyne
Vassal(e)
Vassal(e)

Nombre de messages : 321
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 12/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Grimoald le Dim 23 Mai 2010 - 10:56

[HRP: un mot pour dire que je suis fan du post d'asdru. Vive le rock ! ^^]

Assis sur sa murette, Grimoald patientait. Il faisait balancer ses pieds qui ne touchaient pas le sol, et il regardait vers le poste d'entrée pour voir si personne n'arrivait. Mais rien. Le vide... Seuls quelques gueux passaient... Certains portaient des draps, d'autres des récoltes... Lorsqu'une jeune fille, a peine plus âgée que lui, passa avec des fraises, Grimoald se leva et alla en chercher, lui en piquant une. Une fois mangée, et la jeune fille remerciée par un fin sourire, il retourna s'assoir. Comme une pierre qui roule, il se remit sur la murette, attendant. Cependant, lorsqu'il fit tomber une pierre avec laquelle il jouait, il dut se pencher derrière la murette pour la rattraper. Et c'est alors qu'il entendit une voix...

« L’acédie, quel vilain défaut, n’est-ce pas Grimoald ? Attends-tu un signe ou tes invités ? »

Et les mirettes de s'ouvrir en grand, et le jeune homme de se relever pour la regarder, elle, la somptueuse, la grandiose, la magnifique. Il la regarde, ne sachant que trop dire, et son sourire qui grandit de plus en plus témoigne de sa pensée, dispensant de tous mots. Elle était là, et grâce à elle, sa journée sera colorée.

« Tu as pu venir... »

Toujours sur sa murette, le jeune homme est souriant. Il mit alors les mains sur la murette et descendit, se frottant les fesses pour enlever les saletés qui auraient pu rester. Il s'approche de la demoiselle, lui souriant, se met sur la pointe des pieds, bien qu'elle ne soit pas immense, et dépose sur sa joue un baiser.

« Tu m’as manqué. »

Comme dit plus haut, un sourire vaut tous les mots, et là, le sourire se fait complice, amical. Mais déjà, Anthoyne et sa rousse arrivent... Elle aussi, à pu venir. Au loin, Hans a aussi fait le déplacement. Il hésite à venir, alors Grimoald lui fait un signe de la main, pour le saluer et lui dire d'approcher. Et le jeune homme d'incliner la tête vers Anthyone, et de s'approcher de la rousse pour lui faire une bise.

« Bonjour, le breton. Je vois que tu as pris un bain, car ton odeur n'a pas fait fuir la rousse. »

Sourire amusé. Ce n'était pas de la méchanceté, simplement de la taquinerie. Ils n'avaient de cesse de le faire, tous les deux... Et les mots lui sont lancés à l'oreille, pour qu'ils soient les seuls à entendre. Puis il se tourna vers Ewaele.

« Tiens tiens... Une revenante... »

Et encore un sourire. Dites, va pas falloir que ça dure ! Les sourires à la bisounours, c'est bon pour Béatrice pendant son mariage, mais Grimoald pendant son baptême, non merci ! Mais déjà, la conversation s'engage.

« Je me présente : Anthoyne de la Louveterie. »

Comment il snobe le gnome pour la Aleanore, celui là ! Mais il connait la poupée sanglante, et il sait qu'elle ne répondra pas, et c'est pourquoi il répond à sa place.

« Aléanore Jagellon Alterac, Damoiselle de Concèze et de Thias, Égérie des couturiers de la capitale. Tu ne trouveras dans ce bas monde une jeune femme plus raffinée... »

Regard jeté à l'Alterac, amusé.
avatar
Grimoald

Nombre de messages : 188
Duché/Comté : Près de sa nouvelle maman
Date d'inscription : 22/11/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Ewaële le Dim 23 Mai 2010 - 13:22

[Le château… arrivée et suite!]

Cinglant, il pouvait l’être tout comme elle et se chercher de la sorte n’était pas une première pour les deux belligérants. Après avoir confié sa monture avec quelques recommandations d’usage -ben oui on ne se refaisait pas- elle scruta Anthoyne quand il lui tendit son bras. Moment de réflexion pour la rouquine, qui glissa sa main sur son avant bras, cachant une légère grimace en souvenir de la réplique qu'il avait fait par rapport à l'éventualité de changer de tenue. Elle préféra ne pas répondre et faire comme si elle n'avait rien entendu. Mais comme toute bonne Boesnière qui se respecte, elle releva le museau fièrement et suivit son cavalier en se disant qu'il ne l'emporterait pas au paradis!

Ils avançaient et son regard restait rivé sur le monument. Impressionnée? Non, mais admirative devant l’édifice en pierre. Elle avait toujours aimé les architectures de ce style, imaginer le temps qu’il fallait pour créer un tel chef d’œuvre et le nombre de personnes nécessaire. Et ses murs, arcs, linteaux, plate-bandes, voûtes, piliers, colonnes, frontons, corniches, balustrades, cheminées, escaliers… Un ravissement pour les yeux. Mais il n’était déjà plus temps d’admirer… Ils arrivaient devant Grimoald et… Aléanore. Surprise, elle l’était, si elle avait pensé rencontrer un membre de sa famille d’adoption, de cœur. La fille de sa suzeraine serait donc de la sauterie. Toujours aussi élégante et belle. Cette beauté si différente mais si semblable à celle de sa mère, mais, surtout pas mise en valeur de la même façon. Marie n’avait jamais été aussi frivole que sa première née. Malaise certain pour la Comtesse quant à sa tenue en voyant la péronnelle afficher autant de recherche dans ses atours. Imaginant d’ici la tête qu’elle pouvait avoir, elle remit en place une ou deux mèches folles et se rassura en pensant que, d’une avec le voyage il aurait été dur d’arriver avec une autre mise, de deux, elle n’aurait jamais eu l’idée d’arriver la veille et faire suivre une malle afin de ressembler à autre chose. De trois, vu ce qu’il y avait dans ses malles sous sa tente au campement licorneux… Et de quatre, point de coche pour voyager… Résumé vite fait de la situation, elle serait en total décalage et cela lui plaisait plus qu’on ne pouvait le penser.

Mais revenons à nos moutons ou plutôt aux jeunes gens vers qui Anthoyne et Ewaële arrivaient. Elle laissa le brun prendre la parole dans un premier temps, tout en se penchant vers sa presque filleule pour lui déposer un baiser du bout des lèvres sur la joue pour ne pas abîmer les efforts des gens qui avait du travailler des heures sur elle et lui donner autant de joliesse. Puis enfin elle afficha son premier sourire de la journée en regardant le sale gosse.

Ah mais je vois que si tu ne sais pas écrire pour donner de tes nouvelles, tu n’as pas perdu ta langue. Toujours aussi agréable quand tu le désires.

Elle attendit que les présentations soient finit pour reprendre.

Moi aussi je suis ravie de te revoir sale gosse, je ne vais pas dire que tu m’as manqué, juste que certains jours je trouve le temps long voire ennuyeux. Il faut dire aussi que tu m’avais habitué à des situations plus que rocambolesques.

Elle afficha un sourire en coin et vint murmurer quelques mots à l’oreille d’Aléanore, pour la féliciter sur sa beauté et lui dire combien elle était ravie de la revoir icelieu. Puis n’attendant pas spécialement de réponse, son regard s’était déjà arrêté ailleurs, intriguée par une silhouette qu’elle avait déjà croisée dans d’autres temps… Ses pas la guidèrent doucement mais sûrement en direction de la chapelle, bien sûr, elle avait lâché le bras de son compagnon, l’abandonnant pour un instant au reste du groupe. Elle s’arrêta pourtant dans l’allée, reprenant son observation, autant sur le personnage fantomatique qui déjà disparaissait, que sur les bâtiments, les parterres et tout ce qui pouvait l’entourer, devenant pensive. Tout cela la ramenait en Limousin, ça faisait bien longtemps qu’elle n’avait pas posé pied chez eux… ‘fin maintenant chez elle, uniquement chez elle. D’ailleurs il faudrait qu’elle prenne des dispositions suite à la disparition du Comte de Turenne. Elle balaya d’un geste de la main ses sombres pensées, ce n’était pas l’heure de se perdre dans le passé mais plutôt d’essayer de profiter de cette journée, du festif et… Elle se retourna pour le regarder avec un sourire naissant sur les lèvres, de lui.
avatar
Ewaële

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Errante
Date d'inscription : 17/05/2010

http://domainedelaboesniere.forumactif.org/index.htm?sid=b6974bd

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par boudicca le Dim 23 Mai 2010 - 15:33

La distance entre Tours et Amboise se transforma en promenade bucolique entre Kaelig qui volait attraper le moindre papillon qui voletait près de lui et Boudicca qui ramassait quelles plantes pour ses onguents au détour d'un chemin ou d'un bosquet. Bref, le petit groupe s'attardait plus qu'il n'aurait du.
Déjà les cloches de la chapelle d'Amboise battait le rappel des troupes ou plutot des ouailles. La jeune femme, tirant la chariotte de son fils, accéléra le pas puis ralentit à la vue du poste de garde pour reprendre son souffle. Elle aurait mieux fait de venir à cheval pour éviter ce retard mais bon ... Le temsp ensoleilé était si agréable après ce dur hiver qui semblait s'éternisait.
Elle salua le garde qu'elle commençait à bien connaitre pour s'approcha d'un petit groupe qui se formait autour du "prince du jour". Finalement, son retard n'était pas si important que cela. Certains visages lui semblait familier mais d'autres lui était inconnus.


Bonjour messire Grimoald et bonjour à tous! Je me nomme Boudicca d'Arkan et voici mon fils Kaelig pour ceux qui ne me connaitraient pas.

_________________

Intendante des domaines de Luynes et Vouvray
avatar
boudicca
Vassal(e)
Vassal(e)

Nombre de messages : 567
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Aléanore le Dim 23 Mai 2010 - 18:29

Le nez se fronce et la mine se fait mutine, bien sur qu’elle a pu venir, Saumur n’est pas si loin d’Amboise et aucune force n’aurait pu l’empêcher d’assister à cela. Le sourire s’élargit d’autant plus qu’il lui faut se mettre sur la pointe des pieds pour l’embrasser, pendant combien de temps encore ? Il ne devrait pas tarder à grandir le Montmorency et à la dépasser comme tous .. Comme tous et comme ceux qui arrive, le sourire se fait affable pour le jeune homme, elle ne le connaît pas, la tête s’incline tandis qu’il se présente, et se baisse franchement pour étouffer un sourire bien trop orgueilleux et trop amusé, et quand les noisettes se relèvent, elles se posent sur elle, elles se voilent de mélancolie, de tendresse, de peine et d’amour. Marraine. Pas la sienne, la Sienne, à lui. Plus maintenant, plus depuis six ans, mais elle reste l’Autre de sa mère et la Marraine de feu son frère. La mémoire ne s’oublie pas, les sentiments ne se dénouent pas, pas si facilement en tout cas. Et tout comme elle verrait arriver sa mère ou sa sœur en braies, elle ne dit rien, se contente de sourire, de dévorer des yeux l’arrivante, va-t-elle bien ? Est-elle malade ? Est-elle heureuse ? Les braies ? La coiffure ? S’en fout, oui, s’en fout Aléanore, Marraine est là. La joue est tendue en même temps que les lèvres comtales s’y posent, le sourire est puérile s’il en est. Marraine est là, vous dis-je !

Les mots glissent à son oreille, comme autant de douceurs que l’on pourrait donner à un enfant, c’est Marraine qui l’a dit ! Et oui, Aléanore rougit, de plaisir, de plaisir de savoir qu’elle la trouve belle, elle sera donc belle pour deux, pour lui là-haut. Regarde Arthur, Marraine l’a dit. Le sourire se pare d’une mélancolie vite échappée. C’est un jour de fête aujourd’hui, alors quand une nouvelle arrivante se pointe, le sourire est joyeux tandis qu’elle daigne enfin prendre la parole.


-« Le bon jour à vous deux. Excusez-moi. »

Et la main vient presser celle du futur baptisé avant que la jeune fille ne quitte le groupe pour rejoindre la licorneuse. La main vient glisser timidement dans celle de la comtesse, tandis qu’enfin les lèvres se descellent pour elle.

-« Resterez-vous avec moi, Marraine ? Je ne connais que vous pour le moment.. » Un flottement dans le temps, à l’orée de la collégiale, et les noisettes se posent sur le ciel bleu. « Je préfère quand vous souriez, vous avez l’air moins triste. »

Puérile malgré ses seize ans ? Y a de ça, mais enfin .. Marraine est là !
avatar
Aléanore

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Anjou
Signe(s) distinctif(s) : Un Caractère de Merde.
Humeur : A chier.
Date d'inscription : 15/05/2010

http://terre-des-framboises.forumactif.com/forum.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Esyllt Catarina le Dim 23 Mai 2010 - 19:38

Venir à Amboise était toujours une fête ! La Bourgogne avait beau être belle, grande et distrayante, le Duché maternelle avait tout pour plaire. Le château, avec son dédale de couloirs, ses ornements, ce qu'il dégageait, et le bourg où les souvenirs s'enfilaient, la vie se passait, tout autant de choses qui prenait corps, sentait bon ses origines.

Ce mot, cette invitation avait stimulé ses envies. Il ne faisait que quelques lignes, mais en quelques mots Grimoald avait su réveiller des souvenirs.
Partie d'Avallon avec Asdrubaelvect et Miguaël, la petite tribu avait fait un voyage sans encombre, les deux enfants occupés à s'évader en regardant à l'extérieur les paysans, la nature qui avait fini, au terme d'un printemps agréable, de reprendre le pouvoir.
Dans l'une des poches dissimulée de sa robe aux couleurs de framboises sucrées et gouteuses, la jeune fille avait dissimulé un petit bateau. Pour beaucoup cela ne représentait rien, c'était un secret, un instant partagé avec Grimoald.

Mais bientôt les remparts de la ville apparurent à l'horizon, le cocher les prévint alors. Dans la voiture l'excitation, une effervescence bien connue par le père, mais pas forcément à son goût. Alors que le petit frère s'était déjà levé, prenant toute la place disponible, Esyllt passait déjà une main dans ses cheveux pour voir si sa coiffure était toujours là, sur son chef, bien tenue par sa broche.

La chapelle, enfin !
Ils n'étaient pas les premiers, diable ! Mais finalement qu'importe lorsque ses prunelles noisettes croisèrent le regard de leur hôte, l'Homme du jour. Son visage se décrispa pour afficher un sourire de plaisir, pas de ceux de courtoisie ou d'ambassades, non, un sourire venu du cœur, dicté par les sentiments qui liée la cadette de la Louveterie au petit Montmorrency.


Je trépignais de te saluer enfin ! De partager ce moment avec toi !
avatar
Esyllt Catarina
Princesse Noisette
Princesse Noisette

Nombre de messages : 405
Duché/Comté : Turenne
Signe(s) distinctif(s) : les cheveux bouclés roux et les yeux noisettes
Date d'inscription : 10/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Ewaële le Dim 23 Mai 2010 - 21:44

Elle avait soudain cette notion de masque, je devrais dire « masques » au pluriel, qu’elle s’appliquait à poser partout sur elle, plus encore que les vêtements qui ne cachaient que la nudité du corps. Les masques escamotaient scrupuleusement le profond de soi, l’essence intérieure qui donnait au corps sa raison d’exister, ses expressions, sa vitalité ou son apathie. Elle cachait son moteur comme si elle avait peur d’un kidnapping ou peut-être d’une intrusion malveillante, alors qu’une main se glissait dans la sienne… Elle occulta un peu la première demande… Alors que ses derniers mots vinrent la percuter de plein fouet…

Je préfère quand vous souriez, vous avez l’air moins triste.

Elle entendait les mots résonner. Son visage parlait de lui-même. Parfois elle déchiffrait ce que voulait dire les expressions, parfois non, c’était à la fois rassurant et surprenant, parfois déroutant quand elle se fourvoyait dans l’interprétation des attitudes visuelles. Après tout, sourire, lui permettrait peut-être de respirer un bon coup, de laisser tomber les tensions auxquelles elle était perpétuellement confrontés dans sa chair autant que dans son esprit. Et surtout d’aller plus loin, d’explorer des espaces qui demeureraient dans l’ombre de son ignorance. Mais elle craignait de perdre contenance, perdre crédibilité, perdre assurance ou quelque chose comme ça. Le regard des autres était terrifiant. Mais pas que. Le sien à soi n’était-il pas tout aussi difficile à soutenir ? Il y avait dans le lâcher-prise cet abandon de soi à autrui et de soi à soi ce qui était aussi insoutenable, un peu comme si l’on montrait publiquement son visage lorsqu’on dormait et qu’on n’en maîtrisait plus les expressions. Un peu comme si on était le mort visité par les proches et les moins proches, livrant sans pouvoir s’en défendre, une espèce d’image qu’on ne pourrait plus façonner. En réalité peut-être qu’on était plus vivant que jamais !

Serrer doucement sa main dans la sienne, nul besoin de remerciement. Temps d’arrêt. Le millième. Si elle faisait le compte des années silence de sa vie, elle prendrait probablement peur. Son aisance la sidérait. Elle jouait la moitié d’elle-même aussi simplement que cela. Savait-elle la contagion de ses élans ? Cette manière de vivre, inimitable, surprenante. Ale était sève, elle était racine.


Je suis accompagnée d’Anthoyne de la Louveterie, mais tu peux rester en notre compagnie, tu sais que c’est toujours un plaisir que de te voir. Les occasions se font rares.

Femme d’ombre alors que tout en elle se tendait vers la lumière. Cette nécessité d’ouvrir portes et fenêtres ne la quittait plus. Y parviendrait-elle ? Pas encore. Elle avait les gestes partiels, l’équilibre hésitant entre deux galops. Entre deux temps, entre deux eaux, entre deux vies. Pile à cru, face en ténèbres, incertaine de l’instant d’après, comme s’il n’allait jamais venir ou plutôt comme s’il allait venir en traitre, un couteau dans la main, un rire vengeur sur les lèvres. Pour quelle revanche, dans quel but, pourquoi. Elle n’avait pas la réponse… Alors elle lui sourit, lui offrant sans doute par ce geste bien plus qu’elle n’avait à offrir.
avatar
Ewaële

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Errante
Date d'inscription : 17/05/2010

http://domainedelaboesniere.forumactif.org/index.htm?sid=b6974bd

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par LineXIV le Mar 25 Mai 2010 - 0:41

De la Bourdaisière à Amboise, il y avait certes quelques lieues mais rien de bien méchant, pas de quoi organiser une expédition… C’était même l’inverse et à trop penser qu’il y avait tout le temps, et bien inévitablement… Du coup, un véritable branle-bas de combat s’était engagé avec au centre le maître des lieux à tempêter pour activer tout le monde. Le page, Pitimanard, promu cocher, qui s’était encore perdu près d’une botte de paille, Burchard l’opportuniste qui estimait avoir le devoir de le remplacer. Puis il avait fallu attendre Line qui n’avait rien trouvé de mieux que d’aller visiter les caves et qui, une fois récupérée, avait dû retourner se changer. Et à la voir descendre les marches à deux à l’heure pour cause de talons, Pierre s’était même demandé s’il ne gagnerait pas du temps à aller la chercher pour la coller directement dans le carrosse, de manière à éviter également l’épreuve du marche pied qu’il savait par avance périlleuse.

De là à dire qu’ils arrivèrent en retard… Ne laissant rien au hasard, ou plutôt désireux d’éviter toute nouvelle péripétie, Pierre aida Line à descendre du carrosse avant de lui prendre le bras, seule façon de garantir qu’elle reste sur ses deux pieds. Suivant un valet, ils se dirigèrent vers l’église, il était grand temps que le parrain arrive tout de même.

A propos de parrain, Line aperçut le sien à proximité de la chapelle, ainsi qu’Ewaële dont elle avait fait brièvement la connaissance en Provence. Par contre, pour le reste, elle ne connaissait personne, jolie plongée en terrain inconnu. Surtout garder son calme, éviter le faux pas et se concentrer sur le môme qui à son habitude allait se débrouiller pour être le centre de l’attention, même si aujourd’hui, il en avait vraiment le droit.
avatar
LineXIV

Nombre de messages : 1
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 21/05/2010

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Anthoyne le Jeu 27 Mai 2010 - 1:28

Edit : [HRP]Avant toute réflexion... Ne sachant pas où ça en est et quelle décision HRP pour la cohérence a été prise, j'ai posté. De plus mon post ne remet en jeu rien du tout une donc pas de souci, je me suis permis de continuer. Voilà voilà.[/HRP]

L'enthousiasme s'était envolé en l'espace d'une phrase. Grimoald n'avait pas changé et était toujours aussi désobligeant. Généralement, ça lui passait au dessus mais là, Anthoyne n'était franchement pas d'humeur. Beau changement de tempérament en un temps record. Il était fort dans ce domaine, il avait ses petites tendances lunatiques surtout lorsqu'il était fatigué. Aujourd’hui était une journée où son humeur jouerait aux montagnes russes ou au yo-yo comme vous voulez. Même si bien entendu, il n’utiliserait pas ces expressions puisqu’elles n’existaient pas à l’époque mais ceci est un détail.

Sa gaieté s’étant envolé, son agacement étant à son paroxysme, le jeune de la Louveterie ne pensait plus qu’à trouver différentes façons de se venger de Grimoald. Pas maintenant, puisque la vengeance est un plat qui se mange froid mais surtout c’est qu’il n’arrivait pas à départager la meilleure méthode. Intérieurement, il fulminait mais il se devait de se montrer calme et posé. C’était un événement festif, pas une bataille. Toutefois, il n’avait pas le courage de faire l’hypocrite et de sourire au môme, Anthoyne essaya donc de rester neutre avec beaucoup de mal.

Essayant de passer à autre chose, il s’était présenté à la jeune femme qui tombait très bien. Elle n’aurait pas pu se trouver mieux ailleurs. Ayant retrouvé un semblant de calme, il attendait une présentation en retour de la part de la représentante de la gente féminine mais la réponse ne vint pas d’elle mais du Montmorency. Le champenois de sang était à deux doigts (auriculaires bien entendu) de lancer une réflexion ce qui metterait en place un sentiment de mal-être dans toute l’assemblée. C’est pour cette raison qu’il s’abstint. Ewaële, quant à elle, savait manier la diplomatie et Anthoyne se dit qu’il fallait qu’il en prenne de la graine. Un léger sourire se dessina quand elle fit la réflexion au gamin. Ce sourire ne resta quelques instants puisqu’Ewaële s’écarta du groupe sans dire un mot. Anthoyne se demanda s’ils ne s’étaient pas réunis auparavant pour se mettre d’accord pour l’agacer. Il la regarda partir mais un léger sourire quelques secondes plus tard le rassura.

Son attention reporté sur les deux énergumènes notamment sur la jeune femme le fit réfléchir et il comprit que la jeune femme en face de lui était sûrement la fille de Marie Alice. Il n’eut pas le temps de réellement y songer à ceci puisqu’une autre femme se présenta avec son fils. Anthoyne lui attribua un léger sourire. Il l’avait déjà croisé mais se demandait bien si elle se souvenait de lui.


Bonjour à vous dame. Léger regard sur l'enfant à qui il sourit. Et vous jeune homme.

Quelques instants après qu’Aléanore ait quitté le groupe, Anthoyne la suivit après avoir présenter poliment ses excuses. Il rejoignit Ewaële à qui il adressa un large sourire et la jeune Altérac. Yeux portés sur la rousse avec un regard interrogateur.

Vous vous êtes écartée du groupe précipitamment. Tout va bien ?
avatar
Anthoyne
Vassal(e)
Vassal(e)

Nombre de messages : 321
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 12/10/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Ellesya le Dim 30 Mai 2010 - 23:21

[hrp : bon, essayons de coller les morceaux de rp un peu trop dispersés, surtout sur la ligne du temps... et puisque le conseil s'est assemblé autant tenter d'être un peu cohérent. j'espère que cela conviendra aux personnes concernées... sinon, baaah, elles ont eu le temps de me faire parvenir leurs desiderata. Na! Wink]

A peine Grimoald avait-il filé pour accueillir les personnes qu'il avait convié, qu'un messager turon se fit amener, clamant qu'il avait une affaire à l'entretenir avec le plus grande diligence.
La mine sereine et réjouie de la jeune Duchesse s'estompa, laissa place à un visage blême dont le regard vif argent s'assombrissait. Colère, déception, honte ? Peu importait pour les servantes hormis filer à toutes jambes pour ne pas récolter les premières expressions du sentiment animant la jeune femme.

Le ciel radieux disparut aux yeux d'Ellesya. Ne restait plus que les mots tracés sur le parchemin et la scène imaginé. Et un temps, ce fut la honte qui la submergea, la laissant tremblante. Puis ce fut la colère qui raidit ses doigts froissant le document du diocèse. 15 jours ne pénitence lui semblait une peine bien légère !

Le temps s'écoula sans qu'elle ne daigne en prendre connaissance. Peu importait après tout, elle devait réfléchir et vite. Faire procéder à la cérémonie lui effleura l'esprit. Après tout, elle seule avait connaissance pour l'heure de la décision... Mais alors la scène d'un Grimoald énonçant le serment des baptisés sans broncher, se parjurant à chaque mot, sans se soucier de l'ignominie qu'elle y verrait lui retourna le coeur. Et ce fut cette image qui lui dicta la suite. Il aurait pu s'en prendre aux regnants, même à la limite à Couronne de France... mais l'Eglise... et à la veille de son baptême...

Dans sa jolie tenue de cérémonie, qui n'avait plus aucune importance, elle quitta le logis ducal. Elle évita l'entrée principale de la collégiale et se glissa dans la sacristie où se trouvait Hakon. En quelques mots, et lettres à l'appui, elle l'informa...
Les deux amis s'entretinrent. Hakon lui sembla bien conciliant. En fait, tous lui semblaient conciliant... peut-être parce qu'elle se sentait trahie totalement par son protégé. Plus qu'il ne pouvait l'imaginer. Aveuglée par cette blessure, elle pénétra enfin dans le lieu de culte, saluant sans vraiment les voir les personnes présentes -sinon elle aurait interrogé celle qu'elle pensait être la fiancée de son oncle sur la disparition de celui-ci-, embrassant tout de même sa jeune soeur sur le front -courte pause de douceur-.

Le visage de marbre, trop froid, trop impassible, se tourna alors vers Grimoald.
Sur un ton bas, elle lui adressa quelques mots.


Je crains que quelques soucis ne soient advenus qui remettent en cause ton baptême...

Puis plus fort, à l'attention de tous.

Je suis désolée de jouer les trouble-fêtes mais l'Eglise a déchu temporairement Grimoald de sa possibilité de se faire baptiser. La cérémonie ne peut donc avoir lieu en ce jour.

Membres du Conseil d'Amboise, je vous attends ce tantôt au Logis ducal pour que nous nous entretenions de cette nouvelle.


Cela étant dit, avec un regard d'excuse pour ses proches, elle tourna les talons. La Collégiale n'était pas le lieu adéquat pour entamer le débat.

_________________

Chevalier de France, Duchesse d'Amboise & de Luynes, Comtesse de Cagli, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 10835
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Baptême de Grimoald

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum