Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Tcharly le Jeu 16 Avr 2009 - 9:35

Le Vicomte de Montrésor avait rejoint Amboise comme nombre de nobles tourangeaux. Il se rappela qu'il était déjà venu assister à des joutes ici même alors qu'il était le Régnant de Touraine. A l'époque il n'avait pas la possibilité de jouter puisque monter à cheval lui était impossible... Mais l'organisation et le nombre d'invités l'avaient impressionné.
Là encore il l'était par le nombre de personnes qui venaient lui rendre un dernier hommage. Même s'il n'était pas ami de la "Louve", il avait un profond respect pour ce qu'elle avait accompli pour la Touraine et pour le Royaume.
Charles de la Roseraie reprit d'un air las la prière du cardinal.


Amen

Tcharly

Nombre de messages : 4
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par AsdrubaelVect le Jeu 16 Avr 2009 - 12:02

Le Duc d'Amboise avait adressé un hochement de tête silencieux à Angelique, toujours si imperturbable.
Il voulait demeurer concentré jusqu'au discours qu'il devrait prononcer, s'émouvoir avant l'obligerait irrémédiablement à perdre sa concentration.
La seule chose qui réussit à le toucher outre mesure fut la main de son fils qu'il attrapa avec douceur. Miguaël n'arrêtait d'ailleurs pas de gigoter et fut bientôt calmé par un commentaire bien senti de la part de son père du genre "Miguaël, tiens toi !", ce qui calma le louveteau, mais pour combien de temps ?

Asdru ne se retourna pas lors de l'entrée du cercueil, il préférait écouter sans les regarder les paroles d'Ingeburge et des enfants de chœur. Son intérêt ne s'en départait pas.
Ses yeux se tournèrent vers celui-ci lorsqu'il arriva à quelques travées de l'autel. Une nouvelle émotion qu'il aurait voulu contenir le submergea. La sensation le fit frissonner et lui humidifia les yeux, gouttelettes qu'il chassa bien vite d'un revers de manche.

La chanson initiée par les artistes placées dans le déambulatoire était émouvante, les paroles tout autant - Wink .

Le cardinal commença ensuite son blabla (sic) officiel, et le Duc ne pouvait qu'être d'accord avec les paroles prononcées à propos de Morgwen, lui qui la connaissait depuis quelques années à présent.

A la suite de la Princesse, il joignit les mains et se confessa, car Dieu savait qu'il avait des choses sur le cœur et dont il devait se libérer.



Le pieux Duc -voir limite fanatique- poursuivit en récitant avec assurance le credo, à la suite de son amie et patronne :



Puis vinrent des moments de silence, ou le Duc se recueillait silencieusement, en attendant l'homélie, prononcée par Aaron.
avatar
AsdrubaelVect
Duc toisonné d'or
Duc toisonné d'or

Nombre de messages : 313
Duché/Comté : Bourgogne
Signe(s) distinctif(s) : Toison et couleurs voyantes
Humeur : Changeante : gentil ou très gentil
Date d'inscription : 09/09/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Laurre de Lasteyrie le Jeu 16 Avr 2009 - 12:21

Laurre avait réfléchi à deux fois avant de venir à cette cérémonie, il faut dire que la vie l'affectée pour le moins. Un mari défunt, une marraine partie trop tôt, un père fort malade. Discrétement la vicomtesse prit place sur les bancs, humblement ne regardant personne, de peur qu'elle n'éclate en sanglot en croisant le regard d'un proche.
Dignement elle serra son rosaire et joins ses mains et pria silencieusement.
avatar
Laurre de Lasteyrie

Nombre de messages : 34
Duché/Comté : Duché de Gascogne
Signe(s) distinctif(s) : Porte un collier en perle avec en pendant un "B"
Humeur : Bonne ^^
Date d'inscription : 06/11/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par bitterly le Jeu 16 Avr 2009 - 12:23

Elle arriva en carosse, avec quelques unes de ses soeurs dont Rosée. Vêtue de sa seule et unique tenue de deuil, elle avait relevé ses cheveux et même mis une sorte de chapeau qui se voulait a peu près distingué. Devant le chateau, la fille de feue Morgwen accueillait et dirigeait les invités. Ne sachant pas trop quoi dire, la Baronne se contenta des mots d'usage, à son plus grand désarroi. Elle avait envoyé un courrier, tout était dit dedans, remuer le couteau dans la plaie ne servait à rien et puis... Les mots communs prononcés par de purs etrangers n'effacent pas la douleur.

Elle s'assit à côté de Rosée, avec les DB, celle-ci semblait bien sombre, autant qu'Alixe ces derniers temps. Etait-ce l'enterrement qui la rendait ainsi ? Elle esperait qu'elle allait bien. La Vendômoise jeta un oeil aux alentours. Beaucoup de gens de sa connaissance, elle en salua quelques uns d'un geste de la tête. Enormément de Tourangeaux, de gens de Bourgogne, des Blanches aussi bien sur... Du beau monde en général. Aimée, respectée voire les deux, la duchesse était connue et avait oeuvré dans le Royaume entier. On ne pouvait cracher sans honte sur son parcours incroyable.

Teïa fit alors son apparition.
Bonjour Teïa. Murmura-t-elle à l'attention de la jeune femme.

Quelques temps après, le Cardinal, rencontré quelques fois, commençait la messe.
Bitterly écouta avec attention, chanta, pria, tout en refléchissant profondément sur le sens de la vie, sur ce que laissait Morgwen derrière elle... Sur bien des choses au fond.
avatar
bitterly

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 14/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Nennya le Jeu 16 Avr 2009 - 12:48

C'était de nombreux souvenirs qui frappaient dans la tête de la Blackney...Premiers pas dans son éducation martiale, première vision de son avenir, premiers émois, premiers sursauts. Amboise, un domaine qu'elle avait pu admirer lors des festivités de 1455, un grand jour. Alcalnn se tenait près d'elle, représentants tout deux de la Normandie, et de ce chemin vers des souvenirs somptueux. Elle caressa le bras de son époux qui n'était que son maître d'armes lors de sa dernière visite.

Elle désigna un banc, et ils prirent place pour la cérémonie. En silence, elle pria pour cette grande dame, et signifia un "Amen" à la fin de liturgie.
avatar
Nennya

Nombre de messages : 60
Date d'inscription : 06/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Badgirl30 le Jeu 16 Avr 2009 - 12:56

Le couple était arrivé quelques jours plus tôt en Touraine pour assister aux funérailles. Leur fils ainé les accompagnait. Malgré son jeune âge, Gawen avait tenu à être présent, afin de rendre hommage une dernière fois à sa marraine. Il n’avait que peu de souvenirs, mais appréciait grandement cette Dame.

Bad entra donc dans la collégiale en compagnie de son fils. Burin restait dehors. Il aurait, accompagné de ses amis, un dernier geste envers Morgwen. Ils prirent place, ensemble, sans un regard envers les personnes présentes, pourtant bien connues pour certaines.

Gawen se tourna pour suivre l’entrée du cercueil, tandis que sa mère, agenouillée, s’était mise à prier. Bad se releva, son regard allait du cercueil à son mari. C’est grâce à Morgwen qu’elle en était là aujourd’hui.

Le Cardinal commença la cérémonie, tirant Bad de ses songes. Gawen prit les mains de sa mère pour l’accompagner dans ses prières, et la soutenir dans cette épreuve.
avatar
Badgirl30

Nombre de messages : 80
Date d'inscription : 09/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Alcalnn Blackney le Jeu 16 Avr 2009 - 13:18

Le Duc de Normandie chevauchait avec sa douce et une petite escorte. Force avait été d'accélérer l'allure et de changer régulièrement de monture pour aller plus vite que les cinq jours nécessaires d'habitude pour relier la Normandie à Amboise.
Voyage qui était parti dans la gaieté et qui aux abords du Duché d'Amboise s'était terni. L'enterrement de la Duchesse succédait de peu celui du Vicomte Cronos d'Yvetot, Pair de France et ami du Duc de Normandie. Mauvais temps pour le royaume de France.
Mais le Chat était d'un naturel optimiste et il était sûr que la relève était assurée...

Dignes et sobres, le couple ducal avait fait étape dans le monastère de Saint Menoux et son hostellerie avant de reprendre la route le jour de la cérémonie.

Parvenus devant le parvis de l'église, le couple laissa là ses armes et son escorte et entra discrètement pour s'installer sur un banc. Il communia avec les autres à demi mot avant de se signer et finir avec un "Amen".
avatar
Alcalnn Blackney

Nombre de messages : 67
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Persan le Jeu 16 Avr 2009 - 13:35

Persan écoutait les salamalecs religieux sans y prendre part, observant le cercueil, et les proches de Morgwen. Ils étaient si nombreux à emplir les lieux, petit à petit. Cela lui fit chaud au coeur de voir combien cette grande dame avait eu d'amis.
avatar
Persan

Nombre de messages : 17
Duché/Comté : Bourgogne
Signe(s) distinctif(s) : Cheveux noirs, regard sombre, grande stature
Humeur : Triste
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ingeburge le Jeu 16 Avr 2009 - 15:49

Ingeburge franchit la distance qui la séparait du premier rang où avait pris place la famille de la Louveterie avec lenteur.

Elle se dirigea vers Esyllt, non sans avoir jeté un coup d'œil préoccupé à Asdrubael qui demeurait toujours enfermé dans sa réserve. Elle se pencha vers la petite fille et lui murmura quelques mots, avec douceur avant de se redresser et de faire un petit signe de la tête à Ellesya.
Puis, elle prit la main de la plus jeune fille de Morgwen dans la sienne et la conduisit vers l'autel où brillaient les chandelles qui venaient d'être allumées.

Elle confia un des cierges à Esyllt et en garda deux pour elle. Elles se dirigèrent toutes deux près du cercueil et Ingeburge déposa les deux bougies au sol en déclarant :

— L’Amitié est la lumière du monde, c’est la flamme qui réchauffe notre cœur.
Qu'elle éclaire maintenant la route de Morgwen, qu'elle la conduise maintenant au Royaume du Très-Haut.


Elle sourit à la petite fille, attendant qu'elle pose sa chandelle à son tour.
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ellesya le Jeu 16 Avr 2009 - 20:01

Le petit signe peu approprié de Miguaël la fit fondre. Elle ne pouvait s'en empêcher, depuis la disparition de leur mère, elle cherchait à la remplacer auprès de son frère surtout et de sa soeur, pour les préserver le plus possible du manque. Le caractère calin et rieur de son petit frère l'émerveillait, l'adoucissait aussi. Elle lui répondit d'un petit signe de la main et d'un bisou qu'elle lui envoya par les airs.

Quand les porteurs déposèrent le cercueil sur le catafalque, Ellesya revint à la triste réalité. D'un signe de la tête, elle remercia en silence son oncle qui venait les rejoindre et les tourangeaux dont les places étaient de même réservées non loin. La Duchesse expatriée devait être profondément touchée d'où elle était par cette attention et toutes celles que sa mémoire recevait en ce jour.
Et la grâce qu'apportait Ingeburge à cette cérémonie, rien n'aurait mieux convenu. Oui, jusqu'à présent, tout était parfait. Au moins cela soulageait la jeune fille.
La musique émouvant prit fin. Le silence -relatif- s'invita un moment dans la collégiale jusqu'à ce qu'Ingeburge le rompe. Ellesya adhéra à ses propos, dont celui sur la vulnérabilité.

Enfin, joignant ses mains gantées, elle récita la demande de pardon.



Puis enchaina avec le credo.



A l'invitation d'Ingeburge, Sya la suivit d'un pas lent, la gorge serrée. Sa petite soeur suivait sagement les directives du Cardinal. Tout en priant pour ses parents, Ellesya prit à son tour un cierge à la flamme vacillante. Arrivée au cercueil, elle l'effleura de sa main libre et se mordit la lèvre. Elle plia le genoux et posa la chandelle, encourageant Esyllt Catarina également d'un petit sourire pour qu'elle fasse de même.


Allez, Princesse, pour maman... Elle sera fière de toi !

_________________

Chevalier de France, Duchesse d'Amboise & de Luynes, Comtesse de Cagli, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 10966
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Esyllt Catarina le Jeu 16 Avr 2009 - 20:26

Ooooohhhhhh

Le spectacle était si beau! Et tout cela pour Maman ? Pour fêter qu'elle était au Soleil?
Tout le monde avait l'air triste. Alors c'était pas vrai qu'elle devait être contente pour sa maman si même les grands étaient tristes !
Malgré les calins que Miguaël et elles lui faisaient tout le temps, leur papa était très malheureux. Et aujourd'hui, il ne disait presque rien.

L'amie de papa disait des choses gentilles sur maman. Elle avait très envie qu'elle revienne et la prenne dans ses bras. Sya était très gentille mais ce n'était pas la même chose.
Ensuite, tout le monde récita des prières. Cela, Esyllt le savait. Elle commencait à les apprendre mais ne comprenait pas tous les mots. Alors elle marmonna dans le même rythme que les gens.

Ingeburge lui murmura quelques mots. Elle hocha la tête vivement pour assurer qu'elle avait compris et lui donna la main.
Quelques mois auparavant, on lui avait déjà demandé d'aller déposer des fleurs près du cercueil de son premier papa, le Prince de Fontainebleau. Elle était allée à Paris avec maman et son parrain. Aujourd'hui, il n'y avait que son parrain et elle n'avait pas encore pu lui faire de bisou.
Le cierge entre ses mains, elle se mit sur la pointe des pieds pour le chercher du regard. Elle ne le voyait pas et ses yeux s'emplirent de larmes. Une drôle d'impression d'attente la tira de ses recherches. Ingeburge lui souriait. Ellesya aussi et lui rappela ce qu'elle devait faire. Elle rougit et posa le cierge un peu maladroitement, en mettant de la cire sur ses doigts.


Je peux retourner près de papa maintenant?
avatar
Esyllt Catarina
Princesse Noisette
Princesse Noisette

Nombre de messages : 405
Duché/Comté : Turenne
Signe(s) distinctif(s) : les cheveux bouclés roux et les yeux noisettes
Date d'inscription : 10/07/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Seraphine le Jeu 16 Avr 2009 - 20:26

Seraphine resta un instant à l’écart. La tristesse d’être là, en ce triste jour. Une grande Dame avait rejoint le Très Haut. Elle décida d’avancer vers le cercueil pour y déposer la gerbe de fleurs qu’elle tenait en ses mains.

S’approchant, elle murmura en y posant sa gerbe :


Que le Très- Haut, vous accueille en Grande Dame que vous étiez. Reposez en paix !! Dans nos cœurs vous y seraient toujours.
avatar
Seraphine

Nombre de messages : 22
Date d'inscription : 14/10/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Eldwin le Jeu 16 Avr 2009 - 21:42

Peu à peu une foule très importante s'était rassemblée devant la collégiale. De nombreux nobles en majorité. Ellesya était arrivé et accueillait les "invités". La cardinal avait ensuite rejoint le parvis et accueillait elle aussi les personnes venues rendre un dernier hommage à la Louve, les invitant à aller s'installer dans l'édifice religieux. Et le cortège des nobles continua. Les paniers déposé à l'entrée se remplissaient d'écus petit à petit : aujourd'hui la générosité était de mise, et bien que la famille ne soit pas dans le besoin cet argent, plus qu'une aide financière, était le symbole de l'amitié que tous portaient à la Grande Duchesse qui avait à présent rejoint le Paradis solaire. Harduin avait rejoint la petite Valkyrie, bientôt suivit par le sympathique neveu d'Ingeburge. Et toujours le cortège de nobles, et d'autres, roturiers, qui arrivaient pour assister aux funérailles.

Asdrubael arriva alors, accompagné de la fille du défunt prince du Berry, qu'il avait adopté, et de son héritier. Celui ci ne s'arrêta pas et gagna directement le premier rang des bancs de la collégiale. Eldwin regarda les enfants avec tendresse, ils étaient plus grands que les siens, mais ils étaient tout aussi mignons. La tristesse ne les habitaient pas comme les adultes malgré le drame qu'ils avaient vécus, et les voir s'amuser et remplir le château de leur joie en cette période de deuil était une vraie bénédiction. Et toujours, à leurs suite, la foule des personnes présentes pour l'occasion augmentait. L'intendant craignit un instant que la collégiale ne puisse tous les accueillir, mais elle était grande et tout le monde pourrait certainement rentrer, et quand bien même le temps était beau, certains pourraient donc suivre depuis le parvis, les portes ouvertes.

Un chariot arriva, apportant le cercueil où reposait la Louve. Il fut accueilli par la cardinal et ses porteurs vinrent rapidement le prendre pour l'amener en la collégiale. Amis et famille, tels étaient les six hommes portant Morgwen devant l'autel pour son "dernier voyage". Eldwin gagna alors, avec Boudicca, les premiers rangs de bancs, derrière la famille et les proches de la défunte Grande Dame. Il écouta les paroles d'Ingeburge amenant le cortège funèbre. Une fois le cercueil devant l'autel, les porteurs assis et les officiants en place le coeur de la cérémonie commença. Les mains jointes il écouta avec piété les paroles prononcées et récita à mi-voix la prière du pardon, puis le Credo. Vint alors le moment dit "signe de la Lumière", Ingeburge accompagna alors Esyllt, suivie d'Ellesya, auprès du cercueil de leur mère, avec chacune un cierge dans les mains, qu'elles déposèrent auprès du cercueil.
avatar
Eldwin
Intendant
Intendant

Nombre de messages : 254
Duché/Comté : Lorraine
Signe(s) distinctif(s) : Mitre, croix pectorale, anneau épiscopal et crosse, entre autres choses ...
Humeur : Assez variable ...
Date d'inscription : 22/12/2008

http://renart.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Alienor le Jeu 16 Avr 2009 - 22:55

Comme elle s'en doutait elles approchèrent toute deux vers la jeune dame, Alienor leva la tête puis lui fit un petit sourire timide s'imaginant bien qu'une salutation plus enjouée ne serait surement pas la bienvenue, puis tout ces visages triste commençait à influencer l'humeur de la petite.
Lorsqu'on la pressa de saluer celle qui était surement une des filles de sa marraine elle inclina la tête comme on le lui avait apprit et bredouilla quelques choses de tout à fait incompréhensible.

La mère et la fille firent ensuite quelques pas vers l'intérieur sans encore entrer, peut être pour attendre que quelques personne soient déjà installé, pensive, puis finirent par entrer.
L'endroit était beau, surement décoré pour cette triste occasion et pour rendre hommage une dernière fois à Morgwen.
Alienor passa devant, plus rapide que sa mère puis choisit un banc libre pour s'assoir.
Elle examina les visages autour d'elle, regardant d'un œil bien trop innocent tout ce qu'il se passait, l'avançait du cercueil.
Et écoutant de la même manière la première prière puis le credo.
S'il fallait qu'elle dise quelques choses elle ne le savait pas et la petite damoiselle restait toujours impassible entrain de contempler lieux et visages.
avatar
Alienor

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Normandie
Date d'inscription : 23/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ingeburge le Jeu 16 Avr 2009 - 23:20

Les deux filles de la Louve déposèrent un cierge près du cercueil renferment leur mère, la plus jeune imitant son aînée.
Ingeburge, toujours accroupie, les couvait d'un œil grave mais bienveillant.

Soudain, elle sentit comme une ombre passer au-dessus d'elle et entendit un murmure. Elle se redressa quelque peu, intriguée, mais le catafalque lui masquait la vue.
Et de toute façon, Esyllt réclamait son attention en lui posant une question; ce qu'elle avait cru percevoir fut donc relégué dans les tréfonds de son esprit.
Elle acquiesça et répondit en chuchotant à la petite fille :

— Oui, bien sûr... va le rejoindre. Il a besoin de toi.

Elle adressa un petit clin d'œil à l'enfant et la regard s'éloigner en compagnie de sa grande sœur.

Ingeburge se releva ensuite afin de retourner vers l'autel mais son regard fut accroché par des fleurs ornant le dessus du cercueil pourtant dépouillé de tout ornement auparavant. Elle demeura un moment interdite cherchant une raison rationnelle à ce qu'elle voyait, se disant que personne ne se serait permis de s'approcher en plein milieu de la cérémonie d'hommage.
Elle s'empara du bouquet, préférant ne pas pousser ses réflexions plus avant et les confia à un enfant de chœur.

Finalement, elle revint vers le long coffre en bois et déposa dessus une croix aristotélicienne.
Elle déclara :

— Morgwen, nous déposons cette croix aristotélicienne sur ton cercueil.
Cette croix est le signe qui relie Aristote et Christos, qu'elle soit pour toi signe de salut et de vie éternelle.


Le signe de la foi avait été acccompli, il temps maintenant de célébrer celui de l'amitié et Ingeburge invita Eldwin et Boudicca à s'avancer à leur tour avec les deux corbeilles d'offrandes.
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par rampa le Jeu 16 Avr 2009 - 23:40

Et Enguerrand arriva à ce moment. Ce ne fut pas dans un grand fracas car cela n'aurai pu se concevoir de sa part mais les tintements incessants de sa canne contre le marbre de la Collégiale.

La mine sombre et le teint presque aussi livide que celui de la défunte, il prit place légèrement en retrait. Il n'était pas de la famille mais pour lui cela ne faisait guère de différence, le couple qui avait fait de lui un homme de noblesse était sur le point de se séparer de la plus belle mais la plus triste des manières qu'il soit.

Le coeur gros et la fatigue n'aidant pas, il ne prêta que peu d'attention aux visiteurs.

Un mutisme profond, rien ne sortait de la bouche du chevalier teutonique.
avatar
rampa

Nombre de messages : 10
Duché/Comté : Bourgogne
Signe(s) distinctif(s) : Vieux, borné et impulsif
Humeur : maurose
Date d'inscription : 11/08/2008

http://laromagne.forumpro.fr/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Eldwin le Jeu 16 Avr 2009 - 23:46

Une fois que les filles de la Louve eurent rejoints leurs places Ingeburge poursuivit la cérémonie avec le signe de Foy en apposant une croix aristotélicienne de fidèle sur le cercueil de Morgwen, tout en récitant les paroles rituelles, comme pour le précédent signe. La cardinal se tourna ensuite vers Eldwin et Boudicca et leur signifia que c'était eux, pour le signe de l'amitié. Eldwin se leva donc, suivi de Boudicca, chacun des intendants des terres tourangelles de la Grande Duchesse portant un panier contenant les dons des amis de Morgwen.

Ils gagnèrent le devant de l'autel et Eldwin posa sa corbeille du côté droit du cercueil, non loin d'un cierge allumé, alors que la cardinal récitait une nouvelle fois les paroles consacrées. Il s'inclina puis regagna ensuite sa place pour suivre le reste de la cérémonie avec le même recueillement qu'avant de s'être levé.
avatar
Eldwin
Intendant
Intendant

Nombre de messages : 254
Duché/Comté : Lorraine
Signe(s) distinctif(s) : Mitre, croix pectorale, anneau épiscopal et crosse, entre autres choses ...
Humeur : Assez variable ...
Date d'inscription : 22/12/2008

http://renart.forumactif.com/

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par boudicca le Ven 17 Avr 2009 - 0:19

Boudicca suivit avec ferveur et un air impressionné la cérémonie, répétant chaque parole de l'officiant quand il le fallait. C'était la première fois qu'elle assistait à une cérémonie d'une telle importance.
Elle sourit avec émotion quand les deux filles de la Louve apportèrent les bougies près du cercueil.
Ingeburge invita Eldwin et Boudicca à apporter les signes d'amitié. Boudicca eut un moment d'égarement soudain. Que faisait elle ici? que devait elle faire? Dans une semi conscience, Boudicca prit la corbeille en compagnie d'Eldwin effectuant les memes gestes que lui. Elle sortit peu à peu de sa torpeur en approchant du cercueil. Elle vint déposer la corbeille à gauche près de l'autre bougie consumée. Elle se recueillit quelques secondes sur le cercueil puis regagna sa place à la suite d'Eldwin.

_________________

Intendante des domaines de Luynes et Vouvray
avatar
boudicca
Vassal(e)
Vassal(e)

Nombre de messages : 567
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 11/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Soizic le Ven 17 Avr 2009 - 1:47

Soizic avait appris la nouvelle bien tard, mais sans attendre, elle avait fait préparer un attelage suffisamment rapide pour arriver avant que tout ne se termine. La nouvelle l'avait accablé.
Bien qu'elle ne soit pas particulièrement attachée à Morgwen, elle vouait un profond respect à son suzerain, et le savoir accablé d'un si triste sort l'avait véritablement attristée.

Le chemin se fit sans encombre, Aristote soit loué. Arrivée à Amboise devant le lieu de la cérémonie, Soizic entra sans faire de bruit. Beaucoup de monde se pressait déjà pour rendre un dernier hommage à cette femme. Elle ferait de même quand viendrait son tour. Elle voulait croiser le regard d'Asdru, lui faire savoir qu'elle était là même si rarement dans de telles situations on éprouve le besoin d'être entouré...
avatar
Soizic

Nombre de messages : 5
Duché/Comté : BOURGOGNE
Date d'inscription : 12/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Fildaïs le Ven 17 Avr 2009 - 2:36

La petite berrichonne était venue avec ses soeurs en carrosse, secouée à l'intérieur du véhicule, l'esprit fuguant sur le décor fuyant qui se déroulait à elle au pas rapide des chevaux. Il y avait des choses qui restaient immuables dans ce bas monde, le cycle ininterrompu de la vie s'achevant par la mort. Perpétuellement ce balais se répétait sans cesse. Regard qui courra sur ses compagnes, plongées dans un mutisme pensif, Fil n'avait peur que d'une chose hormis l'eau qui lui prodiguait une panique viscérale, c'était de perdre un être cher, une de ses soeurs par exemple, cette seule pensée la fit frissonner de tout son corps fluet, resserra les pans de sa cape sombre, comme pour exorciser le froid de cette idée.

L'arrivée à la Collégiale fut un moment qui la prit d'émotion, pourtant la petite ne se laissait jamais aller à ce genre de sentiments. La beauté des lieux emprunt de la solennité du deuil contribuait certainement à cela. Ne quittait pas l'ombre de Bitter, de Rosée et des autres Blanches. La jeune fille mit quelques mots dans sa bouche à l'égard de la fille de la défunte, d'après ce qu'elle avait compris. Des mots vides de sens qu'elle appuya de son regard gris fournies des paroles du coeur bien plus sensées au goût de l'apprentie.

Fildaïs se signa discrètement à son entrée dans la bâtisse, puis prit place aux côtés des Dames Blanches, salua Teïa d'un signe de tête, silencieuse. Elle toucha le coquillage invisible sous sa cape, de manière presque inconsciente, lui procurant sérénité dans ce moment là. Remarqua une autre de ses soeurs Nennya Blackney accompagné de son époux, lui fit un signe léger de la main à peine perceptible, puis son oeil repéra sa capitaine bien plus en avant.

La cérémonie commença, juste le temps de penser à la Grande Dame, que Fil ne connaissait seulement de réputation, étant auparavant Dame Blanche. Joignit les mains pour prier, et demanda au Très-Haut de donner la force et le courage à ses proches de supporter cette épreuve. Cet événement donna à remâcher du souvenir à Fildaïs, celui de sa propre mère, morte étouffée par sa propre haine et sa rancoeur.
avatar
Fildaïs

Nombre de messages : 1
Duché/Comté : Berry
Date d'inscription : 17/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par la Balafre le Ven 17 Avr 2009 - 2:43

Ce n'est pas sans retard que le Balafré rejoignit la procession des endeuillés qui s'était réunie pour pleurer la Louve. Pas sans peine, non plus. Devait-il pleurer une femme qu'il n'avait jamais enlacée ?
Et le cas échéant, pourquoi devrait-il pleurer ? Le regret de ne l'avoir jamais fait, ou le déchirement de perdre à tout jamais une amitié précieuse, sincère, et ancienne ?
Son dilemme était celui-la, assailli par les larmes alors qu'il s'approche à grands pas de la collégiale, bientôt submergé. Pourquoi pleurer ? Pourquoi s'affaisser, se laisser terrasser par un torrent de sanglots, qu'il ne s'explique guère, sinon par le prétexte rationnel de l'épuisement, de la lassitude ?
Son coeur saigne, oui, semblant être pressé en lui comme une éponge, dont les eaux ambrées reflueraient en larmes, étreignant sa gorge comme le ferait la main d'un assaillant. Mais il ne sait trop quelle en est la raison, car son esprit malade ne s'explique pas, ne s'explique plus d'où, de quand lui vient sa peine. Il titube, c'est tout, ivre de chagrin, tantôt paralysé, stoppé net par un sanglot qui menace et qu'il faut à tous prix réprimer, retenir, comme un nauséeux luttant vainement contre les hauts-le-coeur qui le prennent. C'est aujourd'hui qu'il enterre sa dernière amie. Aujourd'hui, sans doute, qu'il enterre une part de lui-même.

Le visage fermé, l'oeil agard, le regard vitreux, il s'arrêta un instant sur le parvis de l'Eglise. Désert.
Son faciès éclairé par un paradoxal rayon de soleil, troublant le recueillement et la tristesse de ce jour de grand deuil aussi sûrement qu'un coup de tonnerre déchirant le ciel un jour de fête, il ne put distinguer l'intérieur de la Collégiale.
Fronçant son unique sourcil valide, il fit quelques pas de plus, pour se trouver à l'ombre et à la fraicheur de l'édifice Religieux. Il ne bougea plus, à nouveau. S'acclimatant à la pénombre, il voyait s'étendre devant lui un par-terre de fidèles, serrés comme des sardines, ficelés dans leurs plus nobles atours et drapés dans leur illusoire dignité, qui n'était pour certain qu'une indifférence polie.

Aucune rumeur ne s'élève pourtant de cette foule importante, tout à son recueillement qu'elle se doit de paraître. Une grande muette de civilités qui, l'espace d'un instant, insuffla à Tithieu le besoin instinctif de s'enfuir, loin de tous ceux-là, pour ne revenir que plus tard honorer seul la mémoire de sa vieille amie, et deviser avec elle durant des heures... une dernière fois.
Mais il réprima cette envie folle, récupérant conscience de la réalité. De sa réalité. Morgwen était morte, Amboise avait changé de mains, et cette occasion funeste serait sa dernière opportunité de visiter son amie, avant de trouver porte clause.
Il avança davantage dans la collégiale, omettant de se signer, concentré qu'il était sur les quelques silhouettes qui se tenaient au bout de la nef, au bout de l'horizon, autour de l'autel et du cercueil de la défunte. Il lui parut reconnaître un visage, celui de l'officiant de cérémonie, paré d'un habit dont les formes n'étaient pas celles que l'on attendait habituellement d'une soutane.

Pris d'effroi, de surprise, il renonça à marcher plus avant dans la nef. De peur de se découvrir, pas de se faire remarquer. Rageant de ne pouvoir croiser le regard du veuf chanceux, dans l'espoir belliqueux de provoquer un embryon d'esclandre, il ne put que se résoudre. Il fit quelques pas de côté, furtif, et alla -comme à son habitude- se placer contre l'un des nombreux piliers qui soutenaient l'édifice, une épaule appuyée dessus la pierre froide, une main caressant distraitement le pommeau de son épée.
Silhouette haute, massive, solitaire. Qui le connaissait pouvait le distinguer dans cette foule homogène, presque uniforme. De par la cicatrice qui traversait son faciès, d'abord. Mais également par son habit, le lourd pendentif qui pendait à son cou, l'épée qui battait son flanc, et le broigne noir de jais et passant pour un pourpoint qu'il avait enfilé. Il se surprit, d'ailleurs, à chercher du regard une autre grande tenue, souvent des plus remarquables, et dont il espérait un signe de tête amical, un sourire... Mais les deux prunelles de la Louve ne fendraient plus jamais la foule pour se poser sur lui. Il se sentait bien seul, à présent, à l'heure de lui dire aurevoir...
L'ostentation de son appareil était insolite, source de quelques regards outrés que lui adressent son entourage. Mais sa tenue n'avait rien de déplacé à ses yeux, ou du moins, elle l'était beaucoup moins que l'hypocrisie de ceux qui se pressaient à ce genre de cérémonie, ne se souciant que de leur image, de leur représentation.
Lui, au moins, avait l'amour et le respect de la défunte. Et c'est pour elle et pour nulle autre qu'il était venu.


Qu'il leur plaise de me juger si tel est leur bon plaisir... Toy, tu n'en as jamais rien fait.
avatar
la Balafre

Nombre de messages : 10
Duché/Comté : Anjou/Penthièvre
Signe(s) distinctif(s) : Balafré
Humeur : Angevin, de coeur de corps et d'esprit
Date d'inscription : 29/03/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Juliette le Ven 17 Avr 2009 - 10:50

Juliette et sa fille étaient donc entrées prendre place dans la collégiale. La Baronne avait tout de même aperçu le salut d'un duc qu'elle connaissait de Bourgogne, le duc Persan. Elle inclina à son tour la tête pour le saluer. Juliette chercha du regard Morkar dans la foule. cela était plus fort qu'elle mais ne le trouva pas. Il s'isolait sûrement. Elle récita le crédo doucement et écouta attentivement les propos de la cardinal. Un regard se posa sur sa fille. Parfois, Juliette avait l'impression de mal agir pour elle, de ne pas assurer comme il fallait pour son avenir au profit de sa vie à Elle. Pourtant, elle essayait au travers de projets qu'elle souhaitait réaliser d'y arriver. De perdre sa marraine n'aidait pas mais personne ne pouvait rien contre cela. Le très Haut l'avait rappelé à Lui tout comme il l'avait fait pour Milamber. c'était étrange comme la perte de Morgwen réanimait la tristesse connue à la mort de son Epoux. Encore une personne qu'Aliénor ne pourra pas connaitre. Cette culpabilité s'évanouit à hauteur que Juliette reprenait la réalité du moment.

Elles étaient là pour rendre hommage à une Grande Dame du Royaume. Juliette songea qu'il faudrait aller saluer Asdrubaelvect à la fin de la cérémonie.
avatar
Juliette

Nombre de messages : 21
Duché/Comté : Normandie (Bourguignonne de naissance)
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ingeburge le Ven 17 Avr 2009 - 12:55

Les paniers furent déposés de part et d'autre du catafalque apr les intendants des domaines tourangeaux de la défunte.
Ingeburge récita les paroles rituelle à leur approche :

— Morgwen, nous déposons ces présents près de ton cercueil, signe de notre amitié, signe de notre prière, signe de notre cœur.

Elle regarda Eldwin et Boudicca reprendre leur place puis, de nouveau, elle retourna devant l'autel, aux côtés de son confrère.

Elle savait pertinemment ce qu'elle devait dire mais elle sentait soudainement lasse, constatant avec surprise qu'elle ne pourrait rester aussi impassible qu'elle l'aurait souhaité. L'attitude étrange du Sombernon, la moue d'Esyllt, la dignité d'Ellesya... jusqu'à Miguaël qui dans son joyeux babillage montrait combien la perte que la famille subissait était cruelle.

Elle continuerait, avec la résignation de l'habitude, ne comptant plus les personnes enterrées. Mais autant il est aisé de célébrer les funérailles de ses paroissiens, autant il en va autrement lorsque le défunt vous est connu.
Elle en avait fait la douloureuse expérience lors des obsèques de Kreuz.

Elle fronça les sourcils, s'accrochant à la promesse faite de conduire la cérémonie et elle reprit d'une voix plus ténue :

— Cet enterrement nous rappelle deux choses.
Tout d'abord, le souvenir d'une amie aristotélicienne qui vient de nous quitter, d'une femme qui avait une histoire, unique, avec le Très-Haut, qui était entourée de tendresse par Lui. Nous voici nombreux dans cette église, autour de Morgwen, pour prendre conscience de ce lien d'amour qui l'a toujours unie à Notre Créateur, qui unit chacun de nous à Lui, à tout instant.

Elle fit une pause, bien consciente de ceux qui ne seraient pas d'accord vace ce qu'elle venait de déclarer mais à vrai dire, elle s'en foutait et dans les grandes largeurs, elle avait mis sa vie à Son service et elle n'était pas là pour eux mais pour Morgwen et Asdrubael; elle laissait les esprits chagrins à leur aigreur.

Elle reprit :
— Ensuite, la mort viendra pour chacun de nous. Pour les uns tôt, pour les autres plus tard, pour les uns dans leur jeunesse, pour d'autres dans leur vieillesse. Le Très-Haut nous prévient : « Soyez prêts, soyez toujours prêts car vous ne savez ni le jour ni l'heure . »
Aristote nous a guidés et Christos nous invite à prendre exemple sur lui, à trouver notre joie à vivre pour les autres, à aimer comme ils nous ont aimés.

Morgwen aura trouvé sa joie et sa raison de vivre dans sa famille qu'elle aura aimé d'un amour inconditionnel et entier. Prions en ce jour pour ceux qu'elle laisse mais qu'elle aura entourés de cet amour professé par nos prophètes et sur qui elle veillera à jamais maintenant qu'elle a trouvé sa place auprès de Notre Père.


Elle baissa la tête et joignit les mains. Déglutissant avec efforts, elle s e força à ne penser à rien, laissant le silence l'entourer et profitant de ce recueillement si bien venu.

Puis, elle revient au présent et dit simplement :

— Merci.

Puis, elle regarda Aaron, superbe de concentration et lui prit la main. Le Camerlingue procèderait à la lecture d'un extrait du dogme et poursuivrait par une homélie.
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Theognis le Ven 17 Avr 2009 - 15:20

Loin de l'affliction générale, Théo priait, sans conviction, debout, le dos raide, le menton haut et le regard curieux. Il vit Juliette et sa fille, heureux de les voir il osa un salut de la tête. Il ne vit pas Enguerrand, dont l'entrée discrète le rendit invisible à sa curiosité. Il aperçut Persan, sans savoir s'il devait se réjouir de sa présence ou se promettre de lui casser la figure à la fin de la cérémonie. Mille fois, Il s'assura que la couronne de fleurs qu'il avait acheté fort cher à Tours, décidément une ville de voleurs sans scrupules, tenait bien sur ses petites pétales, appuyée contre la première marche menant à l'autel. Mirant les autres couronnes, il cachait à peine des hochements de tête approbateurs, puis, s'apercevant de son attitude, rentrait aussitôt son visage entre les épaules, pour mimer une contrite mine.
Las, distrait par les décorations somptueuses de la litière funèbre, il ne pouvait s'empêcher d'admirer la méticulosité de Son Eminence dans tous les détails des préparatifs de la cérémonie. La musique, notamment, était parfaite. Rêveur, Théo ferma les yeux pour attirer la mélodie à lui, car le regard gêne la pureté du son. Ce n'était pas un spectacle courant d'entendre de si beaux musiciens, sauf à certains matchs de soule.
Ouvrant les yeux pour écouter Ingeburge, dans l'infini paradoxe de la pensée humaine, il fut, pour la première fois, ému. La falaise tremblait sur ses bases, résistant à grand peine au torrent d'émotions qui l'eusse submergé sous le flot tempétueux d'une inconvenante perle de tristesse sur sa joue fardée. Le temps que la pensée puisse reprendre son souffle, l'Albâtre avait reconstitué sa force autour d'un discours solide, sans fard, voire un peu plat. Il crut se souvenir alors qu'elle n'était pas douée pour l'éloquence, mais ô combien perceptible était son émotion dans chaque syllabe prononcée....Théo salua d'un pâle sourire le silence retrouvé, de même qu'il s'aperçut que chaque main triturait les doigts de l'autre dans une grande émotion. Il n'avait pas connu Morgwen, mais voir Ingeburge triste rendait la douleur bien présente.
Dissimulant un soupir, il baissa les yeux, enfin pénétré de l'ambiance du lieu. Du moins pour le moment.
avatar
Theognis

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Bourgogne
Humeur : Heureux
Date d'inscription : 30/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Sibella le Ven 17 Avr 2009 - 15:30

La superbe Collégiale se remplissait toujours. Les personnes des plus connues arrivaient sans cesse. Sibella reconnaissait de nombreuses têtes qu'elle irait saluer plus tard.

Elle priait et se recueillait en pensant à son amie disparue, qui n'avait même pas eu le temps de connaitre son fils. La vie passait trop vite. Tout s'enchainait à grande vitesse et à présent, elle n'était plus là.

Elle récita le Crédo, prière qu'elle aimait beaucoup et se recueilli


Je crois en Dieu,
le Père tout-puissant,
créateur du ciel et de la terre.

Et en Jésus-Christ,
son fils unique, notre Seigneur,
qui a été conçu du Saint Esprit,
est né de la Vierge Marie,
a souffert sous Ponce Pilate,
a été crucifié,
est mort et a été enseveli,
est descendu aux enfers,
le troisième jour,
est ressuscité des morts,
est monté aux cieux,
est assis à la droite de Dieu
le Père tout-puissant,
d'où il viendra juger
les vivants et les morts.

Je crois en l'Esprit Saint,
à la sainte Eglise catholique,
à la communion des saints,
à la rémission des péchés,
à la résurrection de la chair,
à la vie éternelle.

Amen


A la fin de la prière, elle se signa puis écouta attentivement la messe
avatar
Sibella

Nombre de messages : 46
Duché/Comté : Tarbes en Béarn
Signe(s) distinctif(s) : Morgwen me manque
Date d'inscription : 08/02/2008

http://manoirdeazdrineetsib.fr-bb.com/index.htm

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Aaron le Ven 17 Avr 2009 - 23:04

Livide, sans expression, les lèvres pincées, le regard vide, posé au bout de la nef, sur le porche d’entrée, les bras posés le long du corps sur sa soutane neuve qu’il avait mis pour l’occasion. Tel était l’état dans lequel se trouvait l’évêque de Reims. Sa consoeur avait mené le début de la cérémonie avec brio. En aurait-il été seulement capable ? Malgré l’apparente assurance de son allure, ses jambes lui semblaient immobiles, ses bras figés, son buste pétrifiés… Les cérémonies d’Aaron, s’était les mariages, pas les enterrements, pas les enterrements… Les défunts ont toujours pour dernières volontés d’avoir pour célébrant un clerc ami, proche de soi lorsqu’on était encore du monde des vivants. Mais quelle douloureuse mission que de devoir présider à une cérémonie qui sonne comme un adieu, fut-il celui qui mène au Père Universel !

Le Cardinal ne récita pas même le credo, gardant ses forces pour la lecture du Livre Saint. Il fixait maintenant le cercueil de bois, posé là, devant lui, tout aussi immobile que sa personne. Son temps de parole était arrivé ! Levant les yeux vers la voûte, il s’approcha de la chaire et débuta la lecture…


Lecture du Livre sacré- L'Eclipse, chapitre VIII

Gloire à toi Seigneur

    Nous nous approchâmes si près de l’astre divin que des flammes de plusieurs lieues de long
    nous frôlèrent. Je me demandai si je n’allais pas partager avec les sept Archanges une bien
    funeste fin. Mais Michel, sur lequel j’étais toujours juché, me dit: « N’aie crainte et
    regarde. » Je vis alors les flammes qui couvraient le soleil s’ouvrir, pour laisser place à un
    magnifique spectacle. Sous cette couche brûlante se trouvait ce dont j’avais entendu parler
    depuis ma plus tendre enfance, sans jamais savoir ce en quoi cela consistait : le Paradis!

Puis, subitement, il s’arrêta ! Il scruta l'assemblée, plissant les yeux pour ne pas que perle à ses yeux l’humidité qui les emplissait. Etait-ce l’instant qui l’émouvait, le texte, ou de voir une dame pour qui il avait de l’amitié s’en aller ? Il reprit alors…

Veuillez un instant fermez les yeux et écoutez… écoutez et vous plongez dans cette histoire, la suivre et la vivre, comme si vous aviez dans votre main celle de notre amie qui git devant nous…

    Nous atterrîmes dans un lieu magique. Tout était baigné d’une douce lumière. Où que je
    regardais, je ne trouvais pas la moindre obscurité. A perte de vue, il n’y avait ni habitation,
    ni la moindre construction. Ceux qui avaient faim se servaient sur les arbres fruitiers. Ceux
    qui appréciaient les plaisirs de la détente s’allongeaient dans l’herbe. Des enfants jouaient
    innocemment, riant et courant à travers les hautes herbes. Les sept Archanges me prévinrent
    qu’ils devaient me laisser, leur mission étant terminée. Je les remerciai grandement et leur
    dis au revoir.

    Je décidai de visiter ces lieux enchanteurs. Tous ceux que je rencontrais me souhaitèrent la
    bienvenue en me souriant. Je leur rendais leur sourire et les remerciais. Tout respirait le
    bonheur, la bonté et la joie. Alors que je m’approchai d’une petite fontaine où l’eau semblait
    si claire que je ne résistais pas à l’envie de m’y désaltérer, je vis deux hommes discuter. Ils
    me remarquèrent et me firent signe de venir. J’eus alors en face de moi rien de moins
    qu’Aristote et Christos. Ils m’accueillirent avec la plus grande gentillesse. Ils me
    demandèrent si les lieux me plaisaient et si j’avais fait un bon voyage. J’étais si ému que je ne
    savais pas quoi répondre. Je bafouillai quelque vague parole, alors que j’essayai encore de
    réaliser qui se trouvait devant moi.

Louange à toi Seigneur

Un long silence se fit avant que le cardinal ne reprenne pour son homélie…

_________________
avatar
Aaron
Parrain de la Walkyrie
Parrain de la Walkyrie

Nombre de messages : 115
Duché/Comté : Champagne - Rome
Signe(s) distinctif(s) : Très élégant
Humeur : Concensuelle
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 3 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum