Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Roséedumatin le Mer 15 Avr 2009 - 0:25

La douce lueur pâle et tiède de l'astre du jour éclairait les pointes de la chevelure brune de la Dame de Montmorillon, la petite fenêtre du carrosse traçait de petits angles de lumière à l'intérieur ou étaient installé quelques Sœurs d'armes et de cœur qui prenait le chemin vers le Duché d'Amboise. Silencieuse la Demoiselle, regard dans le vide, sans vraiment songer à quelque chose de particulier. Les réflexions s'étaient trop stimulé ses temps-ci, et elle en était lasse. Une mèche se balançait de temps à autre, brouillant la vue de son regard d'azur, par son intentionnel souffle vif. La chevauchée des chevaux freine doucement, signalant aux Dames leur arrivée à destination, enfin... Le regard se lève, émerveillée par la grandeur et la splendeur du domaine, cela lui fit le même effet que la première fois ou elle mis les pieds dans le duché de son suzerain Pair de France. Elle mets les pieds à terre, regard circulaire pour contempler les détails autour d'elle, même les moindres, étant donné qu'elle a depuis toujours apprécié l'art et la peinture en tout genre. On l'accueille quelques instants après et la guide au lieu ou allait se tenir les funérailles, funérailles d'une grande Dame qu'elle connaissait naturellement par sa réputation, mais n'a eu point la chance de la rencontrer, ni même de la voir de près, enfin, que son portrait bien évidemment. C'est d'ailleurs à cause de cela qu'elle s'était portée volontaire à la salle de travail des Muses Blanches pour rédiger et enluminer un mot au nom de l'Ordre dans cette triste occasion.

Elle fait son entrée dans le lieu indiqué, vêtue d'une robe sobre d'un violet sombre virant au noir profond, cheveux en chignon simple, silhouette vierge de tout bijou ou ornement quelconque, par respect pour la famille de la défunte, et pour la défunte elle-même, témoignant sa tristesse que le Royaume ait perdu une Dame valeureuse, que la Louveterie ait perdu une épouse, une mère et un membre de la famille, que l'Ordre de la Dame Blanche ait perdu une ancienne Amazone ayant œuvré pour son bien et l'ayant conduit à la reconnaissance Royale. Quelle perte...quel dommage. La jeune Auvergnate ne s'étonna point de voir tant de monde, et que du beau monde aux funérailles de la Louve, n'en connaissant personne malheureusement. La compagnie des guerrières lui suffisait assez. Resteras-tu coincée à la porte Rosée ? Vas donc entrer et prendre place sagement, tu encombres le chemin ! C'est alors que cette idée réussit à faire bouger notre solitaire Blanche, une jeune femme à peu près de son âge accueillait ceux qui venait rendre un dernier hommage à la défunte, elle avait les traits de sa mère il semble-t-il, elle s'approche,la salue et lui murmure quelques mots de condoléances, qui normalement se disaient pour réconforter et rendre courage, mais pour ceux qui perdent un être cher, ces mots ne sont que de vagues paroles. Geste de tête et elle part à la recherche d'un siège, siège qui sera bien trop loin des premiers rangs, là-bas, à l'écart, elle réussira peut-être à suivre tous les détails de la cérémonie.

Roséedumatin

Nombre de messages : 1
Date d'inscription : 14/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Thomas de Clérel le Mer 15 Avr 2009 - 1:02

Chose promise, chose due, le Duc de Dun-le-Roy arriva à la collégiale du Duché d’Amboise et alla s’installer discrètement. Il avait promit au veuf, son ami, d’être là pour le soutenir le jour des funérailles de feu son épouse, il entendait bien tenir parole. Thomas n’avait que peu connu la défunte, suffisamment peu pour ne pas avoir d’avis sur elle. Juste le souvenir d’une personne discrète au conseil des grands feudataires et d’une rencontre en taverne à Châteauroux, où il avait trouvé les époux fort proche et complice et où le jeune homme c’était dit que si un jour il devait épouser une femme, il aurait aimé qu’elle soit d’aussi agréable compagnie que semblait l’être la Duchesse.

Il attendit pieusement le début de la cérémonie, les prières tournées vers la défunte et le Très Haut, puisse-t-il alléger les douleurs des proches.
avatar
Thomas de Clérel

Nombre de messages : 3
Humeur : Chasser le renard berrichon...
Date d'inscription : 17/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Juliette le Mer 15 Avr 2009 - 9:26

Aliénor ne disait mot. Face à ce silence, Juliette ne dit rien de plus et se dirigea comme un guide vers le parvis pour saluer la famille de la Louveterie. Un regard derrière elle pour vérifier si sa fille suivait bien, elle s'approcha de la jeune damoiselle, en suivant. Celle ci leur sourit aimablement. Alors Juliette inclina la tête respectueusement pour lui rendre poliment sa salutation.
Elle glissa un mot en passant :


mes condoléances les plus sincères... Comme à chaque cérémonie de ce genre, Juliette n'était jamais très à l'aise au point de ne sortir pas plus de cinq mots. Bavardage, rire et amusement se terrait dans les profondeurs de son âme désormais recouverte du voile du deuil et de la tristesse. Elle posa sa main sur l'épaule de sa fille lui indiquant par la même occasion de saluer les personnes présente d'un signe de tête. C'était ainsi qu'il fallait se comporter en bonne société.

Elles rejoindraient l'intérieur du bâtiment religieux par la suite.
avatar
Juliette

Nombre de messages : 21
Duché/Comté : Normandie (Bourguignonne de naissance)
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Fagnard le Mer 15 Avr 2009 - 12:21

Le Graf von Heidelberg n'avait plus franchi la frontière tourangelle depuis bien des années. Après y avoir vécu quelques temps du temps de la jeunesse de ce duché, il avait migré vers le Baden et l'Empire dont leur famille était issue. Il y avait fait sa vie, sa carrière. Y avait regné aussi. Il y avait tant d'années. Il était devenu membre de l'Ordo teutonicorum, ce qui avait poussé sa soeur aujourd'hui défunte à lui confier son fils ainé, né de son union avec le Duc de Touraine Fnor. Le jeune Aldur alors ecuyer l'avait accompagné lors d'une mission de l'Ordre en Suisse... et y avait disparu. La distance et les remords avaient creusé l'écart entre la soeur et le frère. Elle avait beau eu l'assurer qu'elle n'avait aucune rancune contre lui, qu'il ne pouvait rien contre certains mauvais tours de la vie... il s'était peu à peu retiré du monde, ne sortant guère plus de ses terres d'Heidelberg.
C'est dans sa retraite qu'il avait appris l'existence d'un demi-frère qu'il n'avait jamais rencontré. Lui, avait vécu son enfance et sa prime jeunesse avec sa soeur. L'autre avait du connaitre la période de la maturité.

Fagnard était arrivé deux jours auparavant. Le temps de croiser un court instant l'époux de sa soeur, de faire plus ample connaissance avec ses neveu et nièces. Ces enfants l'avait charmé. En prévision de cette rencontre, il avait apporté maints cadeaux et jouets comme l'on en fait dans le Baden.

Vêtu de deuil, il quitta sa chambre du logis ducal. Le reste de la famille devait déjà être à la collégiale. Il hâta le pas avec la crainte d'être en retard. Il ne devait pas manquer l'arrivée de la dépouille de Gwen. Surtout que sa nièce lui avait fait l'honneur de l'inclure parmi les porteurs de sa soeur, pour l'accompagner vers son dernier repos.

Le soleil baignait la collégiale de lumière, rendant plus blanche encore les pierres dont elle était construite. Cette vision lui serra et réchauffa le coeur tout à la fois, lui rappelant sa duchesse de soeur.
L'ancien Markgraf du Baden rejoignit l'entrée de la collégiale, salua les personnes déjà présentes et se tint en retrait, en attente.

_________________
avatar
Fagnard

Nombre de messages : 8
Duché/Comté : Baden-Württemberg
Date d'inscription : 11/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Angelyque le Mer 15 Avr 2009 - 12:37

Angélique arriva au Duché d'Amboise en compagnie de son époux, toute de noire vétue, la nouvelle du décès de Morgwen l'avait profondément affecté. Elle avait d'emblée été conquise par celle qui allait devenir l'épouse de son ami Asdrubaelvect, sa grâce naturelle et son humour l'avait fait accepter dans toute la Bourgogne.

Elle s'approcha du Duc d'Amboise n'osant même pas le regarder dans les yeux afin de ne pas voir le chagrin et le désespoir dans son regard et l'embrassa ainsi que sa fille Ellesya.


Je vous présente mes condoléances les plus sincères.

Elle n'osa en dire davantage, de peur de fondre en larmes devant eux.
avatar
Angelyque

Nombre de messages : 19
Duché/Comté : Bourgogne
Date d'inscription : 11/08/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Rosebudy le Mer 15 Avr 2009 - 13:21

Le coche aux couleurs de Pouancé avançait.

Le sol pavé faisait résonner le cerclage des roues d'un sinistre Glas qui frappait de migraine les occupants .

Ils étaient peu nombreux dans cette voiture.

Mais tous avaient au front une indicible peine.

Devant le Parvis, le cocher fit stopper l'attelage, descendit en ouvrir les portes, libérant les occupants de leur premier calvaire de la journée.

Mais celui ci n'avait rien de comparable avec ce qui les attendait tous, en cette journée funeste.

Rose descendit la première et se rendit rapidement sur le parvis,

saluant d'un signe contrit de la tête les membres de la famille encore présents, et entreprit d'entrer dans le lieu consacré.

L'atmosphère y était à l'instar de celle qui y reposait déjà , sereine, claire, et silencieuse.

Rose se remémora les quelques mois passés dans les couloirs des bureaux héraldiques de la Louve , et le silence qui accompagnait le plus souvent leur travail, bavardes ni l'une ni l'autre, les mots échangés furent rare, et donc si précieux.

De blanc vêtue, Elle n'avait pas voulu ajouter à la tristesse ambiante, une note supplémentaire de noirceur et de tristesse, ses cheveux cendrés éparses sur les épaules en signe de deuil pour les femmes du Sud dont elle aimait les coutumes, elle tenait à la main une des Roses de Pouancé qu'elle avait l'intention d'offrir en dernier hommage à la défunte.
avatar
Rosebudy

Nombre de messages : 56
Duché/Comté : Anjou
Date d'inscription : 28/02/2008

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ayerin le Mer 15 Avr 2009 - 14:22

Coincée en terre inconnue, la gamine avait reçu missive l'invitant à une cérémonie ou elle n'pourrait guère être présente si elle n'voulait point s'faire occire sa carne d'ange...
Mais par égard pour son Suzerain et père adoptif, le charismatique et si bienveillant Charles de Savigny-sur-Orge, dict Strakastre, elle décida d'envoyer missive afin d'présenter ses derniers hommages à une Dame qui lui ouvrit portes d'son domaine d'Amboise à une époque ou la gamine était encore domptable... pas mince affaire pour elle que d'écrire mots afin d'honorer la mémoire de qui que ce soit et là, c'était pire que tout puisque peu coutumière d'ce genre d'écriture,... mais malgré sa brusquerie, sur vélin, elle déposera ces quelques lignes et tant pis si le style diffère de celui d'autrui !

Air assombri, la gamine, les mirettes plissées afin d'mieux s'concentrer, grignotait l'bout d'sa plume afin d'tenter d'penser,... affaire bien difficile,... mais après tout s'disait que pêtre que seul le geste compte plutôt que le style !


En ce jour bien sombre, et par ces quelques mots qui seront certain'ment fort maladroits, j'présente mes condoléances les plus sincères à tout ceux qui furent proches de Sa Grâce Morgwen de la Louveterie, amis, famille, ou autre,... !
Locarin, dicte Ayerin
Dame C. d'la Beaume-Cornillanne,
Ayerin d'Bramafan ... à ses heures
avatar
Ayerin

Nombre de messages : 3
Date d'inscription : 30/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Theognis le Mer 15 Avr 2009 - 14:30

Bottes en cuir de taureau noires, bas sombres, pourpoint couleur d'ébène moulant les cuisses jusqu'aux genoux, piqué de perles brillantes comme du jais, chapeau de feutre orné d'une plume de cygne évidemment teintée, Théo fut satisfait de sa métamorphose, jusqu'aux gants de soie loués fort chers chez un tailleur de Tours. Ces bougres profitaient du deuil au château d'Amboise pour plumer tout les étrangers de passage en Touraine. "Les pleurs valent de l'or", soupira Théo, en chassant d'une pichenette une étamine jaune très inconvenablement placée sur son épaule. Hélas, déjà les marguerites et autres jonquilles encerclaient ses bottes de leurs menaçantes pétales. Courroucé, le Baron les foula au pied avant de s'engager sur les graviers de l'allée centrale, pendant qu'un valet récupérait ses affaires dispersées sur les haies du jardin.
D'un pas lent et grave, il se rendit à la collégiale, s'exerçant à composer un visage de deuil, lèvres serrées, regard plongeant, épaules affaissées. Il déglutit deux trois fois pour se donner bonne contenance, et s'essaya à penser à des choses tristes. Peut-être une larme, pendant la cérémonie, viendrait couronner ses efforts. Car il était pour l'heure irrémédiablement joyeux.
A vrai dire, il connaissait peu Morgwen, encore moins sa fille. Il lui apparut que c'était elle par la position qu'elle occupait. Alors, il se présenta, le visage tout affligé, inclinant la tête bien bas devant ce symbole de la douleur filiale.


Mes condoléances, demoiselle Ellui....Ella....Ellesya, je suis un bon ami de votre père, enfin sauf parfois, mais...Il est déjà entré, n'est-ce pas? Je vais le rejoindre....Enfin je veux dire, je vais m'asseoir près de lui et partager sa peine....Ainsi que la votre bien entendu.

Passé ce fameux discours, il aurait bien voulu se peindre le visage en noir, également.
avatar
Theognis

Nombre de messages : 3
Duché/Comté : Bourgogne
Humeur : Heureux
Date d'inscription : 30/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ingeburge le Mer 15 Avr 2009 - 15:11

Ellesya l'avait vue et lui avait adressé un petit signe de la tête. Ingeburge regarda encore un instant la jeune fille qui tenait son rang avec dignité et patience. Une telle force de caractère à cet âge ne pouvait qu'être qu'exceptionnelle.
Puis, elle observa d'un air lointain le ballet des arrivants, adressa de temps à autre un petit salut.

Son neveu arriva enfin, elle se laissa baiser la main, scrutant le visage du jeune homme et détaillant sa mise. Il y avait bien longtemps qu'elle ne l'avait vu mais l'heure n'était pas aux effusions familiales dont elle n'était de toute façon guère coutumière. Elle fut néanmoins heureuse de le revoir et appréciant de trouver en lui un soutien précieux pour Ellesya.

Le Duc d'Amboise apparut enfin et tout comme elle avait été frappée par son visage quand elle s'était entretenue avec lui dans les jardins du château, quelques jours auparavant.
Il sembla impassible quand il traversa le parvis et pénétra dans la Collégiale mais elle ne s'y trompa pas. Elle le suivit des yeux, songeuse et préoccupée, se demandant s'il pourrait supporter l'épreuve que serait pur lui la cérémonie.

Le flot des arrivants ne tarissait pas et Ingeburge demeurait en retrait, patientant. Elle reconnut quelques personnes mais ne dit rien, esquissa à peine quelques mouvements de tête.

Mais elle fut distraite par le bruit de sabots foulant un chemin caillouteux.
Le chariot amenant la dépouille de Morgwen arrivait, avec lenteur.

Elle s'écarta des personnes présentes afin d'aller à la rencontre de la funeste livraison. Le cocher immobilisa enfin la voiture et Ingeburge attendit que les porteurs viennent la rejoindre.
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Hans le Mer 15 Avr 2009 - 15:43

Hans attendait déjà depuis plusieurs minutes, dans son coin, peinant à rester en place, que la cérémonie débute enfin.
Enfin... il aurait plutôt préféré que ce moment n'arrive jamais bien sur. Il avait redouté ce jour, sans jamais réellement y songer, une sorte de peur ancrée en lui, qu'Elle l'abandonne la première.

Le temps de lui dire adieu était pourtant arrivé, et en soulevant le cercueil, le seigneur de Ferrière Larçon portait le deuil de sa duchesse au sens littéral du terme, comme si le poids du monde reposait sur ses épaules.

L'instant était solennel, comme il convenait à ce genre de circonstance, et les porteurs se mirent en branle, marchant lentement vers l'édifice religieux.
Portant une tenue entièrement noire, sans aucun ornement ni aucune touche d'originalité, la mine sombre, et le visage fermé, Hans portait son fardeau avec une peine un peu masquée en apparence, mais qui lui enserrait le cœur plus fortement à chaque nouveau pas.
Il aurait sans doute préféré rester plus discret en ce funeste jour, et pouvoir se recueillir sans faire attention aux autres personnes présentes, mais il se devait d'accompagner Gwen vers sa dernière demeure.

Heureusement, il n'était pas seul dans cette épreuve. Ses amis et frères d'armes avaient accepté de le rejoindre, pour rendre hommage à celle qui avait tant œuvré pour leur duché d'origine. Amie pour certains, même si les liens s'étaient un peu distendus avec le temps qui passe, simple connaissance pour les autres, il était en tout cas certain que tous avaient un profond respect et beaucoup d'estime pour la grande dame qui allait être mise en terre aujourd'hui.

Sans un mot, sans bruit, le cortège traversa le parvis avant d'arriver devant les portes de la collégiale d'Amboise.

_________________
Maître d'Armes et Sénéchal d'Amboise
avatar
Hans

Nombre de messages : 431
Duché/Comté : Touraine
Humeur : Mélancolique
Date d'inscription : 23/06/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par elzebur le Mer 15 Avr 2009 - 16:16

Elzebur était arrivé à la cérémonie tout de noir vêtu.
Il avait appris la nouvelle quelques jours auparavant. Celle-ci était bouleversante, tant sur le point humain que symbolique.
Car le Vicomte de Montrichard perdait une personne qui tenait une place très importante dans son cœur.

C'est en effet Morgwen qui l'avait accueilli à son arrivée à Chinon. Qui l'avait incité à la rejoindre pour la première fois sur une liste ducale.
Puis qui lui avait octroyé la baronnie de Montrichard.
Tant de souvenir remontaient. C'était dur.

Quand Elzebur reçut la proposition de Hans, il ne pu que l'accepter.




Il était donc là, droit, aux côté de Hans, et de ses autres compagnons d'armes.
L'émotion était immense. C'est en tremblant qu'il souleva le cercueil, et s'avança vers le parvis avec ses compagnons.

Elzebur observa la foule venue se recueillir. Parmi cette masse silencieuse, beaucoup de têtes connues.
Et en voyant la mine triste de ces célébrités, Elzebur comprenait que Morgwen n'était pas uniquement une icône de la Touraine, mais du Royaume entier. Il était fier d'avoir participé à cette Histoire.


Le cortège se rapprochait des portes de la collégiale d'Amboise.
avatar
elzebur

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Touraine
Humeur : Maussade
Date d'inscription : 03/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par titoukiki le Mer 15 Avr 2009 - 16:46

Se retrouer à Amboise ne faisait que faire croitre en elle un profond malaise, c'était non loin d'içi qu'elle avait perdu sa fille mais Titou se devait d'être présente en ces circonstances, non qu'elle éprouve un profond chagrin pour la disparition de celle qui avait mis a mal son mariage mais parce que derrière cette femme se cachait une mère et elle ne savait que trop ce qu'était de perdre un être cher
Elle se devait d'être présente également pour son époux qui souffrait de cette perte
Jamais elle ne comprendrait cet attachement mais ce lieu devait être préservé de son ressentiment et sa jalousie en ce jour de deuil

Lentement , le cortège passait, les yeux ne pouvant quitter son époux, elle pouvait sentir sa douleur ce qui lui étreignait le cœur
Pourquoi devait il encore endurer une telle épreuve ? si seulement…..

Elle entoura l'assemblée d'un regard et l'arrêta devant la jeune fille qu'elle avait eu l'honneur de rencontrer il y avait de cela quelques temps
Pauvre enfant, il était injuste pour une si charmante enfant de perdre sa mère
Titou ferma les yeux un instant et pria pour les enfants de la louve ainsi que pour le Duc , elle ne le connaissant point mais il devait être un brave homme.....mais elle le fit également pour que ses propres enfants n'aient pas à subir pareille épreuve avant des années

Elle attendait la suite de la cérémonie retranchée dans un coin
avatar
titoukiki
Baron(ne)
Baron(ne)

Nombre de messages : 30
Duché/Comté : loches
Date d'inscription : 04/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ellesya le Mer 15 Avr 2009 - 17:00

Un court instant, Sya répondit d'un rapide pression de la main à celle qui s'était tendue vers elle. Sa belle-soeur et son filleul étaient là. Sans un mot, elle remercia Cyrielle du regard avant de le reporter sur Gaïlen qu'elle se permit de saisir pour lui offrir un bisou débordant de tendresse. Elle aimait le contact avec les enfants, surtout ceux de l'âge de son frère et de son filleul.

Bonjour Gaïlen. Tu deviens un beau et grand garçon, toi.

Un sourire plus léger, frais et franc fut envoyé à l'enfant avant qu'elle ne le rende à sa mère, en essayant de ne pas trop penser à l'absence, pour ne pas flêtrir le sourire que le petit lui avait suscité.

Merci, Cyrielle d'être venus tous les deux. Cela me fait chaud au coeur. Mon père, Esyllt et Miguaël sont déjà à l'intérieur, vous pouvez les rejoindre. Des places vous sont réservées.

Les gens affluaient encore vers la collégiale. Beaucoup de têtes inconnues, d'armoiries qu'elle n'avait pas encore appris à reconnaitre. Alors que son regard clair fouillait la foule, le visage entrapercut de la baronne Juliette réapparut plus proche. Accompagnée de sa fille, elle lui remit ses condoléances.

Je vous remercie, Baronne. Cela nous fait plaisir de vous accueillir, Alienor et vous. La cérémonie va bientôt débuter, vous pouvez aller prendre place si vous le désirez.

Alors qu'elle s'adressait, elle apercut son oncle. Un léger signe de tête pour le saluer et lui dire que tout allait le mieux possible en pareilles circonstances. Sur ce court entrefait, un couple présent au mariage de ses parents se présenta à elle. Surprise que la dame lui fasse la bise, elle ne sut d'abord que répondre puis murmura finalement un "merci" avant de les inviter à entrer dans la collégiale.

Des voitures arrivaient encore. Heureusement qu'ils n'avaient pas opté pour une chapelle et que la collégiale avait d'agréables et généreuses proportions.
Un homme passablement élégant et visiblement affligé fit bientôt face à la jeune fille. Non sans avoir buté sur son prénom, il lui présenta également les mots de rigueur auxquels elle répondit d'un petit hochement du chef et d'un sourire sans joie.


Oui, messire. Mon père est déjà à l'intérieur. Je vous en prie, il sera heureux de votre présence.

En fait, elle n'en savait rien, ne connaissant guère l'individu ni les rapports qu'il entretenait avec son père adoptif, mais que répondre d'autres? Elle le remercia une dernière fois pour ses condoléances puis lui céda le passage.
Le grondement de roues et de sabots de chevaux lui fit quitter sa tâche d'accueil. Relevant le nez, elle admira le spectacle.
Descendant le chemin, des chevaux tiraient un char orné de fleurs immaculées au centre desquelles reposait le cercueil de sa mère. Le soleil et l'ambiance printanière, associée à ce superbe spectacle, créaient une étrange disparité entre ce que les yeux voyaient et ce que le coeur ressentait. Ce fut le coeur qui gagna et la jeune fille se détourna pour essuyer discrètement ses yeux chargés maintenant de nuages de pluie dont les premières gouttes roulaient sur la peau claire de ses joues. Son beau hâle, son sourire éclatant de vitalité étaient resté en Savoie...

L'attelage stationna près de l'entrée de la collégiale. Hans, accompagnés de Nobles de Touraine, ce qui toucha la jeune fille, et son Oncle, se chargèrent alors de la dépouille ducale. Prenant Hakon par le bras, elle pénétra dans la collégiale afin d'aller prendre place au premier rang avec son ami. La surprise et l'émotion l'étreignirent de plus belle lorsqu'elle découvrit le spectacle irréel qu'offrait le lieu consacré. Ingeburge avait fait de la belle collégiale, un cadre sobre, magnifique et élégant pour cette cérémonie. Si celle-ci s'était trouvé tout près, elle aurait pu voir tout le ravissement et l'émotion de la jeune fille. Un souvenir effleura la jeune fille. Pair, pairle, perle... Aucune autre couleur n'aurait pu mieux illustrer aux yeux d'Ellesya le souvenir de sa mère. Remontant l'allée, précédant encore largement les porteurs, elle s'en fut prendre place et regarder le spectacle poignant.

_________________

Chevalier de France, Duchesse d'Amboise & de Luynes, Comtesse de Cagli, Vicomtesse de Montbazon, Baronne de Vouvray
avatar
Ellesya
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr
Maîtresse des lieux - Walkyrie de Tyr

Nombre de messages : 10868
Duché/Comté : Touraine
Signe(s) distinctif(s) : Tatouée à la nuque (épée ailée) et au poignet gauche (aigle)
Humeur : Lunatique
Date d'inscription : 20/01/2007

http://amboise-vouvray.actifforum.com

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Miguaël Enguerrand le Mer 15 Avr 2009 - 19:51

Le jeune Miguaël commençait à marcher comme un grand, il réussissait à présent à aligner trois ou quatre pas seul, puis tomber doucement, et se relever en recommençant à trotter.
On l'avait habillé entièrement en noir, on lui avait dit qu'aujourd'hui, il faudrait se tenir tranquille car personne n'aurait la patience d'écouter ses babils et ses quelques mots. Alors, un peu vexé, il suivait son père jusqu'à la collégiale et les premiers rangs, où on l'avait installé, sur un banc trop haut pour lui.
D'un côté, sa sœur Esyllt qu'il regardait avec attention pendant quelques secondes, il l'admirait -pour l'instant- parce qu'elle était grande, bien plus que lui du moins, et qu'elle parlait aussi, couramment. De l'autre son père de qui il chercha la main en grattant sur sa manche, laquelle il trouva avec la bénédiction du veuf.

Il profita de cette nouvelle donne -une certaine position de puissance- pour se retourner et regarder un peu tous ces gens présents. Il ne comprenait pas la cérémonie, il ne savait même pas pourquoi tous étaient rassemblés ici, mais ce dont il était sûr, c'est qu'ils avaient tous une mine triste, en particulier son père.
C'était un sentiment qu'il avait déjà croisé sur le visage de sa mère et de sa sœur il y a peu, lors de la mort de son grand frère.
D'ailleurs, cette même sœur était bien peu loin de lui, lorsqu'il la vit, il lui adressa un signe de la main. C'était plutôt le signe qu'on lui avait appris pour dire "au revoir" mais il ne savait pas encore quand l'employer, alors il s'en servait quand l'envie lui disait.
avatar
Miguaël Enguerrand
Comte palatin
Comte palatin

Nombre de messages : 224
Duché/Comté : Amboise
Signe(s) distinctif(s) : Cheveux auburn et yeux vert émeraude
Humeur : Adorable et joyeuse
Date d'inscription : 07/01/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Persan le Mer 15 Avr 2009 - 20:28

Persan aperçut Juliette alors qu'il hésitait encore à entrer dans la collégiale. Il lui fit un léger signe de tête en guise de salut puis, résigné, s'enfonça dans le bâtiment religieux. Les lieux lui semblèrent irréels, baignés d'une lumière irisée par les vitraux. Il songea un instant remonter l'allée centrale mais apercevant le dos d'Asdrubaelvect, il demeura à l'arrière. Il contourna les bancs, trouva un pilier confortable contre lequel s'adosser et debout, une jambe croisée sur l'autre, attendit la suite des événements. Il entrevit Theognis qui pénétrait à l'intérieur, bientôt suivi par d'autres, puis Ellesya et ce qu'il convenait d'appeler un cercueil. Persan ne put en détourner le regard. Comment une vie entière, si pleine, pouvait-elle tenir dans une si petite boîte ?
avatar
Persan

Nombre de messages : 17
Duché/Comté : Bourgogne
Signe(s) distinctif(s) : Cheveux noirs, regard sombre, grande stature
Humeur : Triste
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Methemvor le Mer 15 Avr 2009 - 20:49

Methemvor était finalement tombé sur Hans au castel, et il avait pu compter sur son ami pour se rafraîchir un bref moment et se débarrasser de la poussière de la route. Alors que d'autres nobles de Touraine les rejoignaient, Hans leur avait proposé de rendre un dernier hommage à la duchesse, et c'est avec fierté qu'ils avaient accepté.

Suivant ses amis, le baron avait observé la foule présente et le char magnifiquement décoré. Au moment de prendre le cercueil, une tristesse teintée de nostalgie le submergea brièvement. Ses premiers pas en Touraine lui revinrent en mémoire, alors que la duchesse en tenait les rênes. Il l'avait croisée régulièrement, à mesure qu'il s'impliquait de plus en plus pour le duché, sans vraiment nouer de relation approfondie. Elle avait fortement marqué la Touraine de son empreinte, et resterait comme une icône, une statue sur son piédestal, lointaine et proche à la fois.

Le visage fermé, sec, il l'escortait une dernière fois, et c'est avec une vraie peine qu'il voyait se tourner cette page de l'histoire tourangelle.
avatar
Methemvor

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 29/03/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par teia le Mer 15 Avr 2009 - 21:10

Dés que Teïa avait appris le décès de la maîtresse de la Louveterie, elle avait su qu'elle irait aux funérailles même si elles avait lieu à Amboise. Morgwen était comme elle une Dame Blanche mais une grande Dame Blanche et surtout elle était Bourguignonne et de Dijon.

Elle l'avait déjà croisé plusieurs fois et avait pu voir qu'elle grande dame elle était avec beaucoup de bienveillance et de sensibilité. Elles avaient parlé fleurs, un point commun qu'elles avaient et s'étaient échangées des graines rares. Elle connaissait aussi son époux le Duc AsdrubaelVect, elle l'avait côtoyé lorsqu'elle était procureur de Bourgogne. Elle le trouvait trés secret mais un homme volontaire, qui savait ce qu'il voulait. Ils formaient une trés belle famille et auraient besoin les uns des autres pour surmonter leur chagrin.

Elle avait mis une robe sombre, une cape noire et son collier trés fin que lui avait offert son mari en guise d'amour. A cette pensée une vague de tristesse passa dans ses yeux bleus, son mari.....ou était-il? que lui était-il arrivé?

Elle avait galopé sur Démon jusqu'à la Collégiale Saint Bynarr et arrivée prés du porche avait sauté du cheval, défroissé sa robe et avait attaché l'animal à un anneau. Puis s'était avancé, elle avait aperçu sa sainteté Ingeburge, le Duc la tête baissé, on pouvait voir toute sa tristesse sur ses épaules et à côté Théo...euh le Baron d'Arquian.

Elle chercha ses soeurs du regard et les aperçut dans un coin, elle s'approcha sans bruit, se signa et s'assied prés d'elle.

Bonjour mes soeurs.
avatar
teia

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Bourgogne
Date d'inscription : 14/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Zalina le Mer 15 Avr 2009 - 21:23

Zalina avait traîné les pieds entre le poste de garde et la Collégiale. Elle espérait ainsi que la cérémonie serait commencée lorsqu’elle franchirait la porte, ou du moins que tous seront déjà à l’intérieur et qu’elle pourrait éviter les regards.
Oui, éviter tous ces regards dans des circonstances où les mots n’ont plus d’utilité.
Que pouvait on dire à la famille d’une Grande Dame qui venait de quitter ce monde ?
Que pouvait on dire aux amis tristes qui ressentaient le vide de l’absence ?
La Peste avait franchi les portes d’Ambroise juste pour être là, dans l’ombre, mais ne comptait pas se montrer. Maistre Rassaln lui avait enseigné à ne pas tourner autour du pot ou faire de long discourt quand quelques mots suffisaient. Et là, il n’y avait aucun mot à prononcer. Elle n’en prononcerait donc aucun.

Mais elle avait été trop vite. Le parvis était encore encombré de visages inconnus, et quelques uns de connus, ou juste reconnus. Zalina s’arrêta à bonnes distances et observa sans bouger.
Zya… Pour elle aussi elle aurait dut être plus présente lors des recherches de Rehaël. Trop de missions ne lui laissait plus de temps pour rien. Elle irait l’aider… un peu plus tard. Parce que ces rumeurs de la mort de Rehaël, la Licorneuse ne voulait pas y croire. Il était bien trop jeune pour mourir. Il n’avait pas passé assez de temps avec son fils. Il ne pouvait pas être mort lui aussi. Cela aurait fait beaucoup trop de décès pour une seule famille en si peu de temps.
Lui aussi, comme Wanou et Guillaume, était en vacances quelque part et rentrerait bientôt à la maison.

Au défit humain, plus que mérité pour cette Grande Dame, suivit le cercueil.
La cérémonie allait bientôt commencer, mais la Damoiselle de Haisnes resta en retrait.
Ce ne fut qu’une fois le cercueil, la famille et les amis entrés qu’elle se décida à avancer en silence. Tête baissée et visage fermée, elle fit un bref signe de croix et s’installa sur l’un des bancs du fond et attendit le début de la cérémonie.
avatar
Zalina

Nombre de messages : 39
Duché/Comté : Poitou
Signe(s) distinctif(s) : brunette au regard émeraude
Humeur : sombre, très sombre...
Date d'inscription : 28/04/2006

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Kazert le Mer 15 Avr 2009 - 21:41

Le pied de l’homme toucha le sol pavé au moment ou le glas résonna. La main tenant la porte du carrosse Kazert regarda l’édifice, la foule. Certains n’étaient là que par curiosité, obligation, devoir, amitié.
Kazert ce souvient d’un pas d’armes a Clerieux, et de la première rencontre avec Morgwen. A cette pensé il laissa échapper un soupir.
Kazert avançait tout en réajustant ses vêtements. Il avait refusé de porter du noir, il avait choisie des vêtements sombres de couleurs marrons.
Alors qu’il s’apprêtait a pénétrer a l’intérieur de la Collégiale Saint Bynarr, Le Vicomte commençait a ce dire qu’il ne voyageait plus pour ce battre mais pour rendre hommage a des amies. Autre soupir.
A croire qu’une vie est en train de disparaître de la surface de ce monde. Il sourit. Les enfants poussent les parents doucement vers leurs destins.
Il avait appris le décès que récemment. Il avait frôlé la mort de très peu il y a quelques semaines ce qui lui avait valu de garder la chambre plus d’un mois. Mais aujourd’hui il était bien présent, même si les médecins étaient contre ce voyage.
Il avait croisé du monde devant les grandes portes, de sa démarche lente il avait salué par politesse, ne connaissant pas les personnes. Certaines étaient bien jeunes, certainement de la famille proche.

A l’intérieur, Kazert eu froid. Il mis un moment avant de distinguer les différentes formes, puis il remonta l’allée en silence. Arrivé a la hauteur du troisième rang a droite il mis un genou a terre, fit le signe de crois et pris place en silence.

Il regarda autour de lui reconnu le vieux, songea que c’était triste de rencontrer les personnes que l’on estiment lors de cérémonie si funeste.
Un nouveau soupir.
Son regard s’arrête sur une silhouette en train de prier, il ce dit que cette femme ressemble beaucoup a une personne qu’il connaît très bien. Sibella ?
Il ce promet après d’aborder cette femme pour en avoir le cœur net.
avatar
Kazert

Nombre de messages : 24
Date d'inscription : 19/11/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par burin_khazad le Mer 15 Avr 2009 - 22:11

Combien de jours s'étaient-ils écoulés depuis sa dernière rencontre avec la Louve ?

Cette question ne cessait de hanter l'esprit du baron de Vallères ...
Comme s'il s'en voulait de ne pas avoir passé plus de temps avec l'ancienne suzeraine de sa femme; comme s'il regrettait amèrement de n'avoir pas plus exprimé la reconnaissance qu'il avait envers cette dame qui fit de lui ce qu'il était devenu.


Aujourd'hui, il ne pouvait plus que l'accompagner vers sa dernière demeure. Une nouvelle mission aux côtés de ses frères d'armes qui tous avaient connu cette dame.

Entièrement vêtu de noir, le baron portait pour la première fois celle qui l'avait porté lors de son arrivé dans la ville de Chinon, mais également dans son implication pour la Touraine.
avatar
burin_khazad

Nombre de messages : 59
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 01/12/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Fagnard le Mer 15 Avr 2009 - 22:27

Le cercueil de sa soeur arriva, l'impérial se redressa, perdant alors l'aspect vouté qu'il avait pris sans s'en rendre compte. Il se joignit aux tourangeaux. Dans un bel ensemble et sans à-coups, ils soulevèrent la Louve de son lit de fleurs immaculées et prirent le chemin de la Collégiale, puis l'allée centrale dans un silence poignant.

_________________
avatar
Fagnard

Nombre de messages : 8
Duché/Comté : Baden-Württemberg
Date d'inscription : 11/11/2005

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Ingeburge le Mer 15 Avr 2009 - 23:27

Les cloches avaient depuis quelques instants déjà cessé de faire vibrer l'air et les murs de leur tintement sinistrement solennel.

Les porteurs s'approchèrent du cercueil et s'en emparèrent afin de le transporter à l'intérieur de la Collégiale.
Ingeburge précédait le convoi funéraire et les six enfants de chœur la suivaient, graves et impressionnés.

Mains jointes et tête légèrement inclinée, elle avançait, psalmodiant quelques phrases ponctuées par le pas des porteurs :

— Après tous nos regards qui ont croisé le sien que Morgwen puisse enfin voir Le tien, Seigneur.
Les enfants répliquèrent :
— Seigneur, ne détourne pas ton regard de notre amie.
Elle poursuivit :
— Après l’amitié qu’elle a reçue et qui a guidé sa vie, accorde-lui l’amitié ultime qu’est La tienne, Seigneur.
Ils répondirent à nouveau :
— Seigneur, ne détourne pas ton regard de notre amie.
Elle ajouta :
— Après les peines et les larmes qui ont obscurci sa vie, illumine sa route pour l’éternité.
Ils répétèrent une troisième fois :
— Seigneur, ne détourne pas ton regard de notre amie.
Elle conclut :
— Seigneur, nous tournons vers toi nos espoirs à l’heure où disparaît le corps de l’amie qui nous est chère. Accorde-nous l’espérance de la revoir auprès de Toi pour les siècles des siècles.
Amen.


Alors, les chanteurs placés dans le déambulatoire entonnèrent un premier air * afin d'accompagner la fin de la progression de la dépouille.

Ingeburge parvint devant le catafalque installé au niveau de la croisée du transept et le contourna afin de laisser les porteurs déposer le cercueil.

Elle garda un instant le silence, le temps d'être rejointe par son confrère, la Camerlinge Aaron de Nagan et que les hommes ayant transporté la dépouille puissent gagner leur place.

Les chants se turent.

Le Cardinal inspira profondément et déclara :

— Christos a affirmé : « Il n’est de noblesse que d’âme, et c’est dans votre cœur qu’il vous faut être noble. Mais sachez que même ainsi, vous serez vulnérable, car la noblesse est souvent blessée par la bassesse. »
Ce logion me semble s'appliquer parfaitement à notre sœur Morgwen et tous ceux qui ont eu la chance de la croiser un jour, et peu importe l'occasion, qu'elle ait été professionnelle, privée, mondaine ou amicale, ont pu le constater.

Mes très chères sœurs, mes très chers frères, nous sommes aujourd'hui réunis afin de rendre un dernier hommage terrestre à cette grande dame qui possédait la noblesse d'âme.
Mais nous sommes également ici afin d'accompagner ses proches dans ce moment douloureux et leur témoigner ainsi toute notre amitié en ce jour où ils doivent dire au revoir à une personne qui aura marqué leur vie.


Elle poursuivit :
— Mais avant toute chose, demandons pardon au Très-Haut pour les fautes que nous avons commises, adressons-lui cette requête qui en ce jour revêt un sens particulier au regard du passage de notre sœur devant Lui afin qu'Il juge ses actes.
Elle joignit à nouveau les mains et récita :

Je confesse à Dieu mes fautes. Je demande pardon au Très-Haut et à tous les Saints pour les péchés que j'ai pu commettre et qui m'ont éloigné de la Vertu. Dieu puisses tu m'accorder l'absolution et la rémission de tous mes péchés. Amen.


Elle laissa un instant le recueillement flotter puis reprit :
— Réaffirmons maintenant notre foi en Notre Père, en Son Eglise, en Ses prophètes et leurs préceptes, récitons notre Credo.
Elle entama la prière : :

Je crois en Dieu, le Trés-Haut tout puissant,
Créateur du Ciel et de la Terre,
Des Enfers et du Paradis,
Juge de notre âme à l'heure de la mort.

Et en Aristote, son prophète,
le fils de Nicomaque et de Phaetis,
envoyé pour enseigner la sagesse
et les lois divines de l'Univers aux hommes égarés.

Je crois aussi en Christos,
Né de Maria et de Giosep.
Il a voué sa vie à nous montrer le chemin du Paradis.
C'est ainsi qu'après avoir souffert sous Ponce,
Il est mort dans le martyre pour nous sauver.
Il a rejoint le Soleil où l'attendait Aristote à la droite du Trés-Haut.

Je crois en l'Action Divine;
En la Sainte Eglise Aristotelicienne Romaine, Une et Indivisible;
En la communion des Saints;
En la rémission des péchés
En la Vie Eternelle.

Amen.


Les différentes voix des fidèles reprenant la prière se mêlèrent et se répercutèrent sous les voûtes de la Collégiale.

Durant ce temps, Ingeburge indiqua aux enfants de chœur de préparer et d'allumer les cierges pour le signe de la lumière.




-----------
* Mille regretz, Josquin Desprez
Mille regretz de vous habandonner, / Et deslongiers vostre fache amoureuse, / Jay si grant doeul et paine doloreuse, / Quon my verra brief mes jours definer.
avatar
Ingeburge
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille
Marraine de la Walkyrie et de la Merveille

Nombre de messages : 244
Duché/Comté : Auxerre
Signe(s) distinctif(s) : Toujours en noir & toujours la tête voilée
Humeur : Olympienne
Date d'inscription : 10/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Satureia le Jeu 16 Avr 2009 - 0:10

Satureia n'aimait pas les enterrements et celui-ci ne relevait pas son adoration, bien au contraire.
Elle ne connaissait pas la grande dame qui venait de laisser le duché tourangeau, ni même sa capitale Tours, en deuil.

La seule fois où elle l'avait approché fut lors d'une soirée en taverne municipale, où elle était venue demander une confection à la meilleure tisseranne.
Morgwen avait montré tant de candeur, de prestantce, que Satureia n'avait osé l'interrompre...
La seule fois où elles avaient débattu ensemble, était celle où le cadastre avait été remanié. Satureia se rappelait encore la façon dont Morgwen s'était montrée peu ravie des changements qu'elle avait opérés. Mais elle avait eu la gentillesse de ne pas porter l'affaire aux tribunaux et exiger un retour au vieux plans...
Satureia se souvenait qu'elle pensait de la dame être une vraie noble, et laisser la chance aux nouveaux arrivants, ce qu'elle était en ces temps...

Satureia avait donc essayé tant que possible de se faire discrète pour cet ultime au-revoir. Sa marraine Boudicca avait été bien meilleure qu'elle dans ces occasions. Elle avait l'air si naturelle parmis ces hauts dignitaires...
Cela dit, même si la mairesse turonne n'avait été remarquée au début des funérailles, elle le fut à la fin.

Lorsqu'elle entonna le crédo... puis lorsque les enfants de coeurs allumèrent les cierges, l'émotion que ressentait Satureia fut si grande qu'elle vascilla légèrement et perdit ses couleurs. Son teint pâle, inquiéta son proche voisin, Spm, lui aussi présent à ces funérailles, qu'il tourna vers elle un regard aussi doux mais inquiet à son encontre.
Elle sortit alors un petit mouchoir, le porta à son visage...l'odeur mentholé de celui-ci la raviva, et elle put se relever, tenant le bras de son aimé, et le rassurant du regard... Toujours aussi pâle, elle lui dit de ne pas s'inquiéter pour elle.
Comme tous les représentants tourangeaux, mais surtout comme l'avait été Morgwen, elle serait forte et digne, portant haut les couleurs de Tours.


Dernière édition par Satureia le Jeu 16 Avr 2009 - 0:18, édité 1 fois
avatar
Satureia

Nombre de messages : 2
Duché/Comté : Tourraine
Date d'inscription : 15/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par gatimasse le Jeu 16 Avr 2009 - 0:18

Après avoir signé le livre destiné a Morgwen elle rejoignit tout le monde pour l'enterrement, et les adieux.
Elle vit nombres de ses amis, tous venus pour saluer cette grande dame.
Meme si Morgwen et elle n'avait jamais été amis, elle tenait a etre là.
Elle resta très discrète, silencieuse, dans un coin, a se rememorer le passé, et le parcours de la dame...
avatar
gatimasse
Vicomte(sse)
Vicomte(sse)

Nombre de messages : 31
Duché/Comté : Touraine
Date d'inscription : 14/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Oyotouf le Jeu 16 Avr 2009 - 1:41

[i]Oyotouf se tenait là et pourtant il n'en revenait pas. Il avait appris la nouvelle il y a quelques jours mais n'y avais pas cru et avait encore du mal à y croire et pourtant le voilà de noir vêtu pour l'occasion. De vague souvenir lui revint en mémoire... Les relations entre lui et La Dame n'avait pas toujours été au beau fixe! Et pourtant il se souvient parfaitement du jour où on lui avait demandé d'écrire quelque chose sur la duchesse en vue d'une possible admission à la pairie. On pourrait le résumer ainsi "C'est une dame exceptionnelle comme il n'y avait jamais eu en Touraine et probablement comme il n'y aura jamais à nouveau!".
Pour Oyotouf , elle faisait partie depuis longtemps de ces grands fondateurs de la Touraine que l'on connait et c'est avec de grands regrets qu'il la voyait partir rejoindre une grande partie de ces fondateurs.

Et voilà donc devant ce cercueil la confirmation que même ces pillers peuvent disparaitre et qu'on aurait surement du en profiter plus longtemps...
avatar
Oyotouf

Nombre de messages : 13
Duché/Comté : Béarn
Date d'inscription : 16/04/2009

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Tcharly le Jeu 16 Avr 2009 - 9:35

Le Vicomte de Montrésor avait rejoint Amboise comme nombre de nobles tourangeaux. Il se rappela qu'il était déjà venu assister à des joutes ici même alors qu'il était le Régnant de Touraine. A l'époque il n'avait pas la possibilité de jouter puisque monter à cheval lui était impossible... Mais l'organisation et le nombre d'invités l'avaient impressionné.
Là encore il l'était par le nombre de personnes qui venaient lui rendre un dernier hommage. Même s'il n'était pas ami de la "Louve", il avait un profond respect pour ce qu'elle avait accompli pour la Touraine et pour le Royaume.
Charles de la Roseraie reprit d'un air las la prière du cardinal.


Amen
avatar
Tcharly

Nombre de messages : 4
Duché/Comté : Touraine.
Signe(s) distinctif(s) : Vicomte de Montrésor
Date d'inscription : 09/12/2007

Revenir en haut Aller en bas

Re: Funérailles de Sa Seigneurie Morgwen de la Louveterie

Message par Contenu sponsorisé


Contenu sponsorisé


Revenir en haut Aller en bas

Page 2 sur 5 Précédent  1, 2, 3, 4, 5  Suivant

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum